Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 Éveil. Renaissance. [Alone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarAzami Nara Chevalier servant ♥


Date d'inscription : 07/02/2010
Age : 22

Messages : 11
Localisation : Au côté de ma princesse
Emploi/loisirs : Bonne à tout faire et Chevalier à temps partiel~
Humeur : Décédée

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Aucun
Arme(s): Mon katana
Un petit mot ?: Non

MessageSujet: Éveil. Renaissance. [Alone]   Lun 20 Aoû 2012 - 11:49
Noir.
Noir.
Noir.
Tout est noir.
Noir.
Noir.
Noir.
Le noir m'étouffe.
Le noir m'oppresse.
Noir.
Noir.
Noir.
Tout n'est que Néant.
Noir.
Noir.
Noir.
Le Néant m'étrangle.
Le Néant m'asphyxie.
Noir.
Noir.
Noir.
Le Néant noie mes cris.
Le Néant aspire mes larmes.
Noir.
Noir.
Noir.
Le Néant méduse mon corps.
Le Néant se dérobe sous mes pas.
Le Néant m'entraîne dans son gouffre.
Noir.
Noir.
Noir.
Le Néant...
Une lumière. Infime. Mais une lumière.
La lumière attire mes cris, mes larmes, mon corps, mes pas. Moi.
Noir...

"Tout va bien."
Un liquide frais coulait sur son front. Un tissu légèrement râpeux le lui frottait. Il était humide. Le liquide venait de ce tissu. Une main douce, froide, un peu humide, se posa sur sa joue et la caressa avec délicatesse.
"Tout va bien."
La voix était agréable, harmonieuse. Elle se répètait avec grâce, paisible, sans perdre une once de sens. Elle ressemblait un peu à l'appeau des sirènes, elle donnait envie d'ouvrir les yeux. Ouvrir les yeux pour voir à qui appartenait cette voix, pour plonger ses yeux dans ceux de sa propriétaire, pour se livrer à elle entièrement.
"Tout va bien."
Ses paupières étaient lourdes. Trop lourdes. Mais il ne fallait pas abandonner. Un battement de paupières. La lumière agressa violemment les pupilles habituées au noir. Ses yeux se refermèrent rapidement. Un nouveau battement de paupières. Puis deux puis trois et ainsi de suite. La main se retira de sa joue comme surprise et le tissu humide fut enlevé de son front.
"Je crois qu'... se réveille..."
La voix s'était faite plus faible, comme un murmure. Un murmure pour un autre. Il y avait donc une autre personne dans cette pièce trop lumineuse. Enfin, cela dépendait sans doute du point de vue. Mais peu importe. L'obscurité, le noir, le Néant lui faisaient peur. Il lui fallait de la lumière et l'envie de voir le visage de l'inconnue était tellement forte... Ses pupilles s'habituèrent finalement suffisamment à la lumière pour que ses yeux restent ouverts. Un léger mouvement de tête. Noir. Sombre. Un mouvement de recul agita son corps. Des cheveux de jais et des yeux sombres dont on ne distinguait pas la couleur. Après quelques regards aux alentours, finalement la lumière n'était pas si forte que ça, au contraire il faisait même plutôt sombre. Son regard se reposa sur l'objet de sa peur et celle-ci s'envola sans aucun retour possible. Lumière. Ce fut le seul mot qui s'afficha en lettres capitales dans son esprit. Elle souriait. C'était un sourire tellement lumineux que sa bouchée resta entrouverte, immobile. Ses yeux parcoururent la jeune fille. Elle était belle, très belle. En fond se trouvait une pièce à l'aspect délabré, ce qui faisait ressortir sa beauté. Dans un coin était assis un vieillard à l'expression tranquille.
"Quel soulagement ! J'avais peur que tu ne te réveilles jamais..."
Son regard se reporta à nouveau sur la jeune fille. Ses lèvres s'entrouvrirent, formèrent un mot mais aucun son n'en sortit. L'idée de ne plus pouvoir parler statufia son corps. La jeune fille dut le remarquer car elle lui servit un verre d'eau et le lui tendit. Une fois bu, elle le récupéra et lui tendit du pain. Une fois rassasié, son corps se fit lourd et le sommeil l'enlaça avec tendresse.

Noir.
Noir.
Noir.
Le noir m'enlace.
Le noir m'embrasse.
Noir.
Noir.
Noir.
Mais ce n'est pas le Néant.
C'est un noir apaisant.
Noir.
Noir.
Noir.
Je sens l'eau fraiche couler sur mon front.
Je sens sa douce main sur ma joue.
Noir...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarAzami Nara Chevalier servant ♥


Date d'inscription : 07/02/2010
Age : 22

Messages : 11
Localisation : Au côté de ma princesse
Emploi/loisirs : Bonne à tout faire et Chevalier à temps partiel~
Humeur : Décédée

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Aucun
Arme(s): Mon katana
Un petit mot ?: Non

MessageSujet: Re: Éveil. Renaissance. [Alone]   Sam 25 Aoû 2012 - 17:13
Ses yeux s'ouvrirent doucement et son corps se redressa dans le lit. Son regard parcourut la pièce. Ce n'était donc pas un rêve. Avec maladresse, ses pieds se posèrent au sol et son corps tenta de se tenir droit sur ses jambes mais celles-ci n'en supportèrent pas le poids et son fessier retomba lourdement sur le lit. Alarmée par le son, une personne marcha rapidement dans une pièce voisine et entra dans la pièce. C'était elle. La jeune femme de son rêve. Elle sourit avec tendresse et s'approcha doucement.

"Tu ne devrais pas bouger. Ton corps est encore faible."

Elle s'avança vers une petite table, remplit un verre d'eau puis elle s'avança vers le lit et le lui donna. Ses mains attrapèrent le verre, effleurant les doigts de la jeune femme. Alors que ses joues chauffaient légèrement, ses mains portèrent l'eau à la bouche.

"Je t'ai trouvée dans la forêt... Je m'appelle Agathe et toi ?
- Je..."

Ses mains se posèrent sur son visage. Rien. Le Néant. Aucun souvenir ne lui revenait. Même pas son nom... Sa gorge se ferma, plus aucun son ne voulu en sortir. C'était horrible, oppressant. Ne se souvenir de rien. Tout ignorer de soi. Devoir tout réapprendre. Devoir se forger un nouveau caractère, une nouvelle personnalité. Un nouveau soi. Mais si rien ne lui revenait en mémoire, il y avait tout même une explication, peut-être qu'il ne valait mieux pas se souvenir...

"Je ne me souviens de rien..."

Sa voix se brisa dans l'air. Depuis combien de temps n'avait-elle retentit ? Elle était faible et hésitante. Plus aigüe que ce à quoi ses oreilles s'attendaient. La dénommée Agathe eut l'air triste et prit ses mains dans les siennes, sans aucune hésitation, alors que ses propres joues lui brulaient, c'était gênant d'entrer en contact avec une jeune femme aussi belle.

"Ce n'est pas grave. Je vais t'en donner un !"

Plongeant ses yeux sombres dans les siens, un sourire lumineux sur les lèvres, Agathe sembla réfléchir. Plusieurs minutes s'écoulèrent, un feu brulait de plus en plus ses joues. Puis tout à coup, la jeune femme eut l'air d'avoir un déclic et parut encore plus heureuse.

"Que dis-tu de Skia ?"

Ses yeux s'écarquillèrent, ses sourcils se soulevèrent. Skia. La sonorité sonnait étrangère à son oreille mais le prénom lui sembla tout de même très agréable à entendre -surtout dans la bouche de la belle jeune femme- et ne lui sembla pas difficile à porter. Avait-il un sens ?

"Skia..."

Le prononcer lui apporta une satisfaction surprenante mais très agréable. Un sourire s'étira sur ses lèvres.

"Je l'aime bien. Je vais le garder. A-t-il un sens particulier ?
- C'est un secret !"

Elle souriait. Elle était si rayonnante. Malgré son amnésie, la chose lui apparue comme une évidence. Son cœur lui appartenait. Son corps également. Elle était comme une princesse enfermée dans un endroit insolite. Dans ce cas, il suffisait de devenir son chevalier servant ! -parce qu'on ne décide pas de devenir prince comme ça-

Par la suite, Agathe lui expliqua qu'elle avait trouvé en même temps une étrange épée qu'elle lui présenta. Skia la prit et ressentit quelque chose de très familier et après quelques mouvements, Skia se rendit compte que même s'il ne lui restait aucun souvenir, son corps se rappelait très bien comment manier cette épée. Ce qui satisfit autant la princesse que son chevalier.

De plus, Skia découvrit également, le soir-même, avec horreur, son corps et ses cris d'effrois firent trembler la petite boutique. Skia ne voulait pas y croire. Skia voulait devenir le chevalier -et si possible un jour le prince- de sa tendre aimée ! Pas... sa simple servante. Déstabilisée par son corps de jeune femme en fleur, Skia déprima toute la nuit. Mais qu'importe, Agathe l'accepta telle qu'elle était. Aussi bien comme bonne à tout faire que comme chevalier servant~

[Moi ? Avoir bâclé la fin ? Nooooooooooon~]



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Éveil. Renaissance. [Alone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: × Boutique Paumée-
Top-Sites


Merci ♥