Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarChamallow Sanguinolent


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 22

Messages : 1436
Localisation : Perdue en montagne
Emploi/loisirs : Cuisinière
Humeur : Envie de découvertes~

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel & Gretel
Arme(s): Un poignard et mon couteau de cuisine~
Un petit mot ?: Un cookie ? ♥

MessageSujet: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Sam 25 Aoû 2012 - 12:49
Il n'était pas encore midi quand Gretel avait quitté le manoir, son sac sur les épaules. Elle s'était enfoncée dans la Dead Forest qu'elle connaissait si bien et avait marché en direction du Cannibale Village. Fatiguée, elle arriva là-bas à l'heure du dîner et chercha discrètement une auberge, faisant particulièrement attention à ne pas tomber sur son frère. Elle entra dans une petite auberge qu'elle ne connaissait pas et fut la cible de tous les regards. Que faisait donc une aussi adorable petite fille dans un endroit aussi insolite ? Certains se léchèrent les babines. Gretel avança sans crainte vers l'accueil et demanda une chambre. Le jeune homme qui s'y trouvait la dévisagea de haut en bas et laissa s'étaler un sourire appétissant.

"Mais bien sûr ma petite demoiselle. A quel nom dois-je la mettre ?
- Gretel Friedrich, s'il vous plait."

La petite blondinette l'avait énoncé avec assurance et bien distinctement, sans aucune expression particulière sur son visage. Toutes les conversations et tous les murmures cessèrent brusquement. Le jeune homme écarquilla les yeux et commença à paniquer. Il attrapa la clef de la meilleure chambre qu'ils avaient et la lui tendit, fondant en milles excuses. Même pauvre, Gretel restait la princesse de ce Royaume et tous craignaient son grand frère si protecteur.

"Vous désirez également manger ?
- Oui. Et quelque chose de non-humain si possible.
- Oui oui, bien sûr, évidemment !"


Gretel déposa ses affaires dans la chambre, redescendit, attendit, mangea et remonta se coucher.

Quand le lendemain elle demanda à l'aubergiste combien elle lui devait, il annonça que la maison offrait et Gretel quitta satisfaite l'auberge. Elle fit quelques petites courses et reprit la route en direction de Candis, lui semblait-il en tout cas. Elle fit une pause à midi et mangea un sandwich confectionné avec ce qu'elle avait acheté plus tôt dans la matinée. En milieu d'après-midi, elle se retrouva dans un champ de citrouilles où elle se retrouva affublée d'un ridicule costume de sorcière. Elle soupira. Si elle se trouvait là, c'est qu'elle avait légèrement dévié de sa trajectoire. Après l'avoir rectifiée du mieux qu'elle le pouvait, elle continua sa route. Elle passa la nuit dans la Dead Forest, appuyée contre un arbre. Elle dormit paisiblement. Cette forêt avait quelque chose de très apaisant pour Gretel. Pas un bruit.

Le lendemain, elle finit par arriver dans l'Alive Forest. Contrairement à la forêt de son Royaume, Gretel n'aima vraiment celle-ci. Tous les arbres pleuraient en cœur autour d'elle, lui donnant envie de s'arracher les cheveux. Elle ne le fit pas mais elle passa finalement sa journée à pleurer avec les arbres. Le soir, d'autant plus fatiguée par ses larmes, elle eut beaucoup de mal à s'endormir à cause des pleurs environnants.
Alors qu'elle s'était efforcée depuis son départ à ne pas y penser, la petite fille ressassa toute la nuit cette lettre qu'elle connaissait par cœur. Il y avait encore quelques détails qu'elle ne comprenait pas. L'amour n'était pourtant pas quelque chose d'agressif... Elle aimait son frère par-dessus tout et elle ne s'était jamais imaginée se comporter violemment avec lui. Et puis... Qu'est-ce qu'était que ce "viol" que ce détestable nain reprochait si bien à son frère ? Elle ne connaissait pas ce mot et n'en comprenait pas le sens. Pourtant cela avait l'air important... Gretel serra les dents. Elle s'était toujours méfiée des femmes, elle les avait toujours haïes pour la proximité qu'elles avaient avec Hansel, elle en avait tué plus d'une qui l'avait approché de trop près, alors... Pourquoi un homme ? Non.. Pourquoi un gamin détestable comme celui-ci ? Comment aurait-elle pu y croire...? le savoir...? le deviner...? Elle ne pensait pas que de telles choses pouvaient se passer entre deux personnes du même sexe... Pourquoi Hansel ne lui avait-il rien dit ? Elle aurait peut-être pu lui pardonner, si seulement elle l'avait entendue de sa bouche... Mais il lui avait menti, il s'était joué d'elle. Elle pensa tout à coup qu'elle lui avait menti aussi mais c'était différent, elle s'était préparée à tuer son cher ami et s'il ne s'était pas enfui, elle l'aurait fait. Mais Hansel ne le ferait pas. Bien qu'il fasse souffrir Hans, il ne le tuerait pas et continuerait de lui offrir son amour. Gretel pleura à nouveau. Cet amour ne devrait appartenir qu'à elle. Elle ne voulait pas le partager.

Le lendemain soir, elle arriva enfin au Crooked Village. Ses maisons tordues et multicolores lui donnèrent envie de vomir. Elle décida d'utiliser son deuxième meilleur talent et se fit passer pour une petite lectrice complètement perdue. Elle fut donc nourrie et logée à l'Ambassade du lecteur. Gretel en profita tranquillement, fit semblant d'écouter tout ce qu'on lui racontait, tout ce qu'elle savait déjà. Mais elle entendit également des choses qu'elle ignorait, se rendant compte que son frère l'avait véritablement maintenue dans un cocon sécurisé où elle ne risquait rien, préservant l'innocence qu'il lui restait.
Elle passa une bonne nuit et elle trainassa toute la journée suivante, en profitant pour éliminer la fatigue qu'elle avait accumulée ainsi que ses douleurs à force de marcher. Elle en profita également pour faire des courses et se renseigner sur les endroits où aller. Gretel eut souvent l'envie de massacrer tous ces mignons ignorants qui l'entourait mais son corps était trop lourd pour agir. Elle n'avait jamais été aussi fatiguée de toute sa vie. Elle dormit une deuxième nuit dans ce sublime cocon de lecteurs innocents.

Elle opta finalement pour la petite île dont on lui parla. Nobody Island. Apparemment, à part des prisonniers de la Reine de Cœur et des soldats de Crudelis, il n'y avait personne. Cela convenait parfaitement à Gretel qui se dit qu'elle pourrait peut-être passer ses nerfs sans ennuis sur des prisonniers qui allaient de toutes façons être exécutés. Elle marcha donc jusqu'à la plage et chercha un bateau. Elle trouva finalement un groupe de pécheurs sympathiques qui tentèrent de la dissuader mais elle insista. Les payant à l'avance, elle put finalement monter à bord.
C'était la première fois qu'elle montait dans un bateau et elle en était toute excitée. Finalement, ce voyage était une bonne chose. Elle allait pouvoir se ressourcer et découvrir des choses qu'elle n'imaginait même pas possibles. Elle dormit à bord, bercée par les vagues, trouvant la sensation particulièrement agréable.

Les pécheurs la déposèrent un peu après midi, ils mangèrent tous ensemble une dernière fois. Les marins lui firent encore des recommandations, Gretel acquiesça encore et encore et les quitta avec le sourire, dans une petite robe blanche plutôt chaude vu la fraicheur qu'il faisait ici -apparemment due à la proximité de l'Océan glacé-. Elle marcha une petite heure avant d'apercevoir un village. Il semblait complètement désert. D'après les pécheurs, il s'agirait du Last Village dont personne n'était jamais revenu.
Gretel le traversa et s'arrêta devant un mur. Elle s'avança vers lui et déchiffra quelques gravures. Un grand sourire sadique s'étira sur ses lèvres. Ce mur était particulièrement intéressant et Gretel y découvrit des tortures auxquelles elle n'aurait jamais pensé. Satisfaite après une bonne heure de lecture, elle attrapa son poignard et en grava quelques unes, peu importe si elles y étaient en double ! Puis elle s'en détourna et avança vers la place. En son centre trônaient toutes sortes de machines de tortures. Amusée, Gretel s'avança vers une d'elle, tendit sa main gauche et laissa ses doigts parcourir la structure froide. Elle trouva quelques traces de sang qui lui tirèrent un sourire comblé.
Elle entendit des bruits de pas et, sur ses gardes, elle se retourna vers l'origine du bruit, glissant sa main droite dans son dos, attrapant son poignard mais le laissant caché. On ne savait jamais. Elle prit un air un peu paniqué et observa le nouveau venu.


[Je tiens à préciser que Gretel arrive le septième jour de son voyage, donc tu vois que tu peux pas te plaindre ! T'imagine tout ce qu'elle a enduré pour venir te voir è__é]
[Sinon désolée pour mon petit pavé mais j'avais envie de tout raconter 8D Tu peux ne lire que le dernier paragraphe xD En tout cas, j'espère que ça te plaira.]



« Le cœur n'apprend que par la souffrance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-end.forums-actifs.com
avatarThe Nobody Island, Guardian


Date d'inscription : 08/07/2012
Age : 26

Messages : 144
Localisation : Nobody Island
Humeur : Massacrante héhé

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Les deux 8D *Sors*
Arme(s): Une lance
Un petit mot ?: Bouh !

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Mar 28 Aoû 2012 - 0:48
Un jour comme les autres. Du moins c'est l'impression que cela a donné à Taylor, lorsqu'il s'est réveillé. De bonne heure comme à son habitude. Après une toilette toujours aussi modeste que d'habitude réalisée par l'eau de mer qu'il avait au préalable pris soin d'aller chercher au bord de la foutue plage de cette île. C'est d'ailleurs là-bas que se dirigea notre jeune homme en premier lieu, pour son footing quotidien. Il courait pendant une bonne heure au moment du levé de soleil. Le paysage était bien beau et motivait de plus notre cher ami à courir le long de la côte de l'île. Par ailleurs en parlant de paysage, la météo du jour était aussi au beau fixe. De quoi présager l'arrivée de quelques invités sur l'île.

M'enfin si il s'agissait seulement des petits pêcheurs venus du continent, cela donnerais moins de travail à Taylor. Heureusement pour lui l'île était tellement crainte que même la majorités des pêcheurs n'aimaient pas s'en approcher de trop près. Alors des visiteurs cela serait le comble. Une fois le footing terminé, Taylor décida de piquer une tête dans l'eau de mère qui semblait être à une température idéale pour cela. Il sorti de l'eau se sentant plus frais et plus réveillé. Il se dirigea vers la prison pour sa ronde habituelle, passant devant sa modeste cabane qui ne disposait d'aucune serrure. Bizarre non ? Pas tant que ça sachant les conditions de vie dans lesquelles Taylor subsiste, on se doute bien qu'il ne possède rien de valeur. Puis de toute façon il est satisfait de son mode de vie. Il est libre, et ne manque de rien. Alors pourquoi essayer d'avoir plus ? C'est une façon de voir les choses en effet, mais je pense que certaines personnes dans ce monde ne sont pas du même avis que toi malheureusement Taylor. M'enfin je pense que tu n'est pas une menace très importante à leurs yeux donc tu peux être tranquille vis-à-vis des ce genre de personnes.

Bref rien à signaler à la prison. Comme à son habitude Taylor a été accueillie avec joie, à coup de mine renfermée, de feinte de sommeil, de regards vers le sol, et de rampements au sol. Rien de bien neuf, ni du côté des gardiens, ni de celui des prisonniers. Il semblerait qu'ils soient toujours aussi peu réceptifs au travail grandement accomplit par Taylor. C'est dommage. Même si je les comprends d'un côté, ce « travail accompli » s'apparente plus à de la torture qu'autre chose. Et n'épargne aucun des deux camps. Les prisonniers sont choisis pour une petite chasse, et les gardiens pour un petit entraînement. Et il ne survivent pas généralement. Les pauvres, je leur conseille de se montrer plus coopératifs si ils veulent gagner des chances de survie. Et encore le lunatisme de Taylor peut leur être fatal.

Bref notre jeune homme s’ennuie dans la prison quoi. Il décide donc d'aller voir ailleurs au plus grand soulagement des occupants du lieu. Il se mit à réfléchir un peu... L'île n'était pas bien vaste, il y avait donc la prison des tortures, la forêt bien glauque, et le village de brutes... Ah ! Et si il allait faire un tour dans ce fameux village tiens ? Il n'apprécie pas forcément les habitants et eux non plus. Pourquoi ? Oh c'est simple, ils sont forts. Et vous savez Taylor aime que les gens lui obéissent docilement. Ils ne cessent de le provoquer. Mais s'en tiennent là. En effet notre jeune homme à déjà réussi à leur échapper lors de sa première venue. Ce qui tient de l'exploit ! Puisque ce village ne se nomme pas « Last Village » pour rien. Chaque personne y étant entrée n'est jamais revenue. Par ailleurs Taylor aurait eu à se faire du soucis si il n'avait pas décidé de vivre sur cette île. Les villageois ont préférés ne pas créer de carnage en essayant de chasser quelqu'un d'aussi habile que lui et donc ont préféré le laisser tranquillement aller et venir sur l'île mais en continuant à ce méfier de lui. Au final les deux parties ne s'appréciant pas vraiment préférés éviter au plus le contact.

Mais Taylor se considère comme le gardien de l'île. Et le village fait parti de l'île, il est donc pour lui légitime d'aller faire un petit tour là-bas au moins une fois par mois. Il se mit donc en route à son petit rythme. Passant au préalable à sa cabane se prendre un peu de steak de loup qui avait été cuit la veille et un peu d'eau potable provenant du stock de la prison. Il n'en restait plus beaucoup dans la bassine d'ailleurs, va falloir qu'il aille refaire un emprunt à très long terme.

Après plusieurs heures de marche continue à un rythme plutôt constant, il finit par arriver à l'entrée du village plutôt glauque. Une porte cassée se dressait devant notre jeune homme avec au dessus d'elle une enseigne crasseuse et à moitié pendante sur laquelle on pouvait lire « Ast Vilge ». Certaines lettres avaient fini par s'effacer avec le temps. Puis vu l'état du village il est normal que personne ne s'en soit occupé. Tout comme ce théâtre délabré et tombant en ruine devant lequel passa Taylor. Un sourire s'afficha sur les lèvres du jeune homme lorsqu'il remarqua que les diverses personnes du village le dévisageaient de façon plutôt agressive lorsqu'il passait près d'elles. Notre ami se serait fait une joie de trancher toutes ce têtes d'un coup de lance bien placé. Mais mieux valait qu'il se retienne. Certes Taylor est fort, mais faut pas abuser non plus contre une village entier il ferait pas le poids. Même si il pourrait faire un carnage bien plus important que cette petite jeune fille qui se tiens devant lui par exemple.

Euh... Attends, une petite fille toute seule ? Et qui plus est devant un instrument de torture. Par ailleurs Taylor se souvenait bien de cet instrument. Une idée assez saugrenue il faut avouer de la part de son créateur, en effet ce dernier permettais à la fois de trancher les mains et les pieds de la victime... C'était un sorte de socle disposant de deux étages munis chacun de deux feintes, qui pouvaient être resserrés à leur guises grâce a des vis permettant de mouvoir chacune des « lèvres » du socle. Un objet et un endroit qui ne devrait pas être du goût d'une telle jeune fille. Surtout au vu de ses habits. Elle semblait étrangère à l'île et cela Taylor le remarqua de suite. Il se dirigea donc vers elle et pris la parole.

« Une petite fille tel que toi ne devrait pas s'approcher de ce genre d'instrument. Qui ce qui pourrait lui arriver. »

Il n'avait pas totalement tort. Certains appareils de torture de ce village étaient bien défaillants, et y mettre la main ou autre chose pourrait s'y avérer un point de non-retour.

N'attendant pas de réponse il lança :

« En fait, une petite fille comme toi ne devrait pas être dans un endroit tel que celui-ci. Je peux te raccompagner jusqu'à la côte pour que tu t'en aille si tu veux. »

Faire partir les « intrus » de son île était un des passe-temps favori de Taylor. Enfin les faire fuir plutôt. Mais en l’occurrence comme il s'agissait d'une petite fillette, Taylor semblait vouloir se montrer clément. Finalement tu n'est pas la pierre que tu prétends être mon cher Taylor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChamallow Sanguinolent


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 22

Messages : 1436
Localisation : Perdue en montagne
Emploi/loisirs : Cuisinière
Humeur : Envie de découvertes~

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel & Gretel
Arme(s): Un poignard et mon couteau de cuisine~
Un petit mot ?: Un cookie ? ♥

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Mar 28 Aoû 2012 - 13:06
Gretel ne connaissait pas l'étrange instrument sur lequel glissaient ses doigts mais il lui semblait fascinant. Malheureusement, des bruits de pas la détournèrent de son plaisir curieux et elle quitta à regret la structure froide pour se retourner vers l'importun. Se trouvant en lieu inconnu aux milieux de personnes inconnues, Gretel préférait rester prudente. C'est pourquoi alors que son visage affichait un parfait air paniqué au parasite, sa main droite, passant dans son dos, se glissa dans le ruban enlaçant sa taille et attrapa son poignard. Elle garda sa main dans son dos et dévisagea l'homme.
Il était plutôt imposant. Gretel se sentit légèrement mal quand la pensée qu'il était aussi grand que son frère la traversa. Pas que la chose en elle-même soit grave mais le simple fait de penser à Hansel la déstabilisait un peu trop ces derniers temps. Enfin, pour en revenir à l'homme, il devait bien avoir la vingtaine, était plutôt mal habillé -sûrement un sauvage mal élevé- et tenait une lance dans sa main. Le fait qu'il est une arme embêtait Gretel car cela ne faisait pas tourner la situation à son avantage. Elle renforça son expression d'innocente petite fille perdue et paniquée. Même parmi les plus sanguinaires des tueurs, peu s'en prenait aux enfants, ce qui l'avait toujours arrangée. Ses yeux croisèrent les siens et un frisson parcourut Gretel. Celle-ci dut se battre pour ne pas laisser transparaître le sentiment qui venait de la traverser. Oh, cependant ce n'est pas ce que l'on pourrait s'imaginer. N'importe quelle personne dotée de bon sens aurait frissonné de peur, néanmoins Gretel n'était pas n'importe qui, quant à son bon sens on pouvait se pouvait la question de son existence. Des yeux rouge sang. C'était fascinant, excitant. Gretel réussit -à sa grande surprise d'ailleurs, peut-être avait d'elle finalement un peu de bon sens- à retenir sa brutale et soudaine envie de sauter sur cet homme pour lui arracher les yeux. Elle les aurait mis à conserver dans un bocal et s'en serait servi de décoration dans sa chambre. Intérieurement, elle soupira de tristesse. Enfin bon, elle ne pouvait pas abandonner de sitôt, peut-être en aurait-elle l’occasion, elle ne pouvait pas savoir à l'avance ! Un autre détail attira l'attention de la jeune fille. Des cheveux blancs. Ce n'était pas vraiment courant à la vingtaine mais après tout, pourquoi pas. D'ailleurs, ne lui avait-on pas déjà parler de ça ? Ils avaient un nom, ces personnes à cheveux blancs et à yeux rouges, non ? Blan... Ban... Bi... Binos ! Non...? Ah oui ! Albinos ! L'homme était donc un albinos. C'était plutôt rare. Gretel empêcha un sourire de naître sur ses lèvres fermées en moue peureuse. Il lui faisait penser aux lapins. Et si elle le dépeçait comme un lapin ? Ça serait tel-le-ment amusant ! Surtout qu'elle avait une folle envie de passer ses nerfs sur quelqu'un. Elle s'était déjà un peu trop bien retenue à l'Ambassade.
Gretel fut sortie de ses profondes pensées sanguinaires par la voix de l'homme qui s'avançait vers elle. Elle resserra sa prise sur le manche de son poignard, gardant l'air paniqué, faisant mine de reculer d'un pas.

"Une petite fille telle que toi ne devrait pas s'approcher de ce genre d'instrument. Qui sait ce qui pourrait arriver. En fait, une petite fille comme toi ne devrait pas être dans un endroit tel que celui-ci. Je peux te raccompagner jusqu'à la côte pour que tu t'en ailles si tu veux."

Petite fille ? Même si Gretel s'en servait beaucoup, elle ne supportait pas qu'on le dise. Elle n'avait rien d'une enfant ! Elle avait trente-sept ans tout de même, il ne fallait pas rigoler avec ça ! Elle avait conscience de n'en paraître que quinze autant physiquement que moralement, mais c'était déjà assez vieux pour être qualifiée de jeune fille, non ? Gretel crispa ses doigts sur son manche, énervée, affichant une expression plus sereine et détendue. Elle était arrivée il y a à peine une ou deux heures maximum et il voulait déjà qu'elle s'en aille ? Non mais quelle impolitesse ! Ils ne savaient pas accueillir les visiteurs dans ce village ?! Enfin, elle supposait qu'il n'était pas qualifié de particulièrement dangereux et cruel pour rien, après tout, peut-être qu'elle avait de la chance de ne pas être déjà attachée sur une de ses superbes machines de torture ! Bien qu'elles paraissent sûrement moins magnifiques quand on les subit. Finalement, l'homme lui proposait de la raccompagner jusqu'à la côte. Soit il était plus gentil qu'il n'en avait l'air, soit il préférait l'emmener dans un coin plus sombre pour assouvir seul des désirs cachés [et je tiens à préciser que cela n'a aucune connotation autre que meurtrière pour l'innocente Gretel~]. Et bien qu'il en soit ainsi ! Gretel n'avait rien contre aller à l’abri des regards, peut-être repartirait-elle avec celui de cet homme si généreux. Elle rangea son poignard à sa place et laissa retomber sa main le long de son corps avant de s'approcher timidement de l'albinos. Elle prit une voix craintive et demanda faiblement.

"C'est un endroit dangereux ici ? Les pêcheurs m'ont pourtant dit que j'y trouverais un toit et à manger..."

Sa voix se mit à trembler sur la fin, comme si elle allait pleurer. Elle leva ses mains vers ses yeux et les frotta doucement. Puis elle se reprit et tenta un sourire rassuré avant de s'avancer avec légèreté vers l'homme. Elle l'interrogea alors à nouveau, d'une voix plus mélodieuse avec une teinte de joie qui avait échappé à sa volonté.

"Mais vous êtes gentil, n'est-ce pas ? Puis-je demander votre nom ?"

Le nom à inscrire sur ta tombe.


[OMG ! J'ai pris vraiment trop trop de plaisir à l'écrire ! (ça faisait longtemps !) Je me suis éclatée ! Toutes ces contradictions entre ses pensées et ses gestes ! J'adore Gretel ! Je t'aime Drew ♥]



« Le cœur n'apprend que par la souffrance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-end.forums-actifs.com
avatarThe Nobody Island, Guardian


Date d'inscription : 08/07/2012
Age : 26

Messages : 144
Localisation : Nobody Island
Humeur : Massacrante héhé

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Les deux 8D *Sors*
Arme(s): Une lance
Un petit mot ?: Bouh !

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Lun 10 Déc 2012 - 17:09
*Étrange petite fille tout de même.*

Voilà ce que pensais Taylor. Elle était seule dans un endroit aussi infâme que celui-ci. Certes elle était étrangère à cette île et donc ne savait sans doute pas qu'elle venait de mettre les pieds, dans un lieu dans lequel même les plus braves hommes ne touchaient le sol. Mais bon rien qu'au regard de l'état du village, l'on remarque bien vite que ce n'est pas un endroit dit très fréquentable.

Puis à la regarder de façon plus attentionnée. En la dévisageant notamment de haut en bas, Taylor remarqua qu'elle n'avait pas l'air si « petite » que ça. Elle devait sans doute avoir la quinzaine voir un peu plus. Donc elle devait avoir l'âge de raisonner par elle-même au point de pouvoir tout de même remarquer là ou elle avait atterrit. Puis cette main masquée dans son dos s'était sans doute empressée d'empoigner une arme. Taylor en était sûr. Il reconnaîtrait entre milles ce geste qui lui est si familier, et qu'il croise de manière assez fréquente en se baladant non seulement dans ce village mais aussi dans la prison de l'île.

Mais bon Taylor décida de ne pas porter plus d'attention à ces petites contradiction qu'il venait d'observer. Après tout cela faisait un bon moment qu'il n'avait pas croisé quelqu'un d'aussi jeune. Puis à force de fréquenter les brutes qui fleurissent sur toute cette île, il en est sans doute devenu trop méfiant. Il est tout à fait normal qu'une jeune fille seule dans un endroit aussi glauque empoigne une arme lorsqu'un inconnu, qui plus est plutôt imposant, se dresse devant elle. A force de vivre dans ton monde tu as sans doute perdu cette logique qui est des plus élémentaires. Même si parfois la méfiance peut être d'une grande utilité. Surtout lorsque de celle-ci en dépends ta vie. Mais ça tu ne le sais que trop bien, mon petit Taylor.

Pour en revenir à notre situation la jeune fille finit par prendre la parole, d'une voix frêle, hésitante, apeurée. On pouvait limite se demander si elle n'allait pas éclater en sanglot de suite. De quoi justifier la position précédemment évoquée, Taylor devait être paranoïaque c'est une simple jeune fille perdue au milieu d'un village de coyotes affamés.

Gretel Friedrich a écrit:
"C'est un endroit dangereux ici ? Les pêcheurs m'ont pourtant dit que j'y trouverais un toit et à manger..."

Elle était vraiment perdue la pauvre. Bien sûr que c'est un endroit dangereux. Suffit simplement de jeter un regard aux diverses machines munies de dents de scies disposées ici et là, pour remarquer que cet endroit n'as pas l'air spécialement sûr. Mais que voulez vous, parfois lorsqu'on est perdu, on en perds justement la notion de discernement des choses. Enfin c'est ce que pensa Taylor, lui est un peu un cas à part. Puisqu'en atterrissant à Queer Tales il s'est senti mieux que n'importe qui et n'importe où sur cette île. Qui en réalité est est d'une dangerosité extrême. Surtout quand on sait que la seule prison de Queer Tales se trouve dessus.

Par ailleurs la jeune fille venait de dire des mots qui ont retenu l'intérêt de notre jeune homme plus que la première question. Elle était venu ici pour se loger et se nourrir. Se loger et se nourrir à Nobody Island ? Qui plus est dans le Last Village ? Impossible. Sauf si bien sûr on fait parti de la garde armée de la Reine de Cœur chargée de la surveillance de la prison, ou que l'on est un fugitif recherché dans tout le royaume de cette dernière pour avoir commis de nombreuses atrocités. Et en regardant cette jeune fille qui venait de s'avancer légèrement vers lui, cela lui semblait tout bonnement impossible qu'elle puisse entrer dans l'une de ces catégories. Et sur ce point, je pense qu'on est tous en accord avec lui. Vous voyez c'est rare mais ça arrive, on peut s'entendre avec Taylor ! De façon très limitative, oui je le conçoit. Quel était donc la raison pour laquelle cette jeune fille était venue se réfugier ici ? Une question à laquelle, elle devra sans doute répondre, puisque Taylor pris par curiosité allait s'empresser de lui poser la question, lorsqu'il fut interrompu dans son élan, de nouveau par la voix de la jeune fille.

Gretel Friedrich a écrit:
"Mais vous êtes gentil, n'est-ce pas ? Puis-je demander votre nom ?"

Cette fois sa voix était moins hésitante, voir même carrément directe. Et Taylor perçu même une sorte de petit réjouissement dans le ton de sa voix. Sans doute se réjouissait elle de la proposition que Taylor lui avait faire à la fin. Elle venait enfin de trouver quelqu'un qui allait l'aider et surtout l'orienter. Tout de même ce changement instantané d'humeur, en rajoute un peu sur le petit doute qu'avait gardé Taylor dans sa petite tête. Mais bon, que craignez-t'il d'une jeune fille ? Sans doute pas grand chose. Et c'est donc pour cela qu'il laissait de nouveau de côté le doute qui germait dans sa tête et s'empressa de répondre enfin, esquivant délibérément la première question de cette phrase :

« Je me nomme Andrew Taylor. Et je suis le gardien de cette île. »

Il dit cela d'une façon très solennelle. Il faut avouer qu'il était très fier de ce titre. Même si je tiens à préciser qu'il s'est auto proclamé ainsi. Mais apparemment sa réputation suit cette surestimation qu'il a de lui-même.

Sentant par ailleurs les regards peser sur eux tout autour de lui. Taylor s'empressa de dire :

« Oui c'est un endroit même très dangereux. Et il risque de le devenir bien plus, si l'on reste ici à discutailler. On ferait mieux de sortir d'ici. »

Il se retourna donc sur le champ et repris une marche un peu plus lente que celle qu'il avait à l'arrivée, afin de permettre à la jeune fille de le suivre. Tout en marchant il dit ensuite :

« Cette île entière est en elle même très dangereuse. Ce n'est pas un endroit dans lequel une jeune fille devrait rester. »

Il hésita un instant, se demandant quelle serait la réaction de la jeune fille si il lui demandait les raisons pour lesquelles elle souhaitait rester ici. Puis la curiosité l'emporta sur cette hésitation et il demande enfin :

« Dites-moi, je vais paraître plutôt curieux. Mais je me demande ce qui vous pousse à vouloir rester une sur une telle île. Je suppose que vous n'êtes ni un soldat au service de la Reine, ni un fugitif, alors je ne sais pas. Et j'aimerais bien savoir. »

Tout en disant cela, Taylor observait du coin de l'oeil ce qu'il se passait autour d'eux. Des ombres bougeait ici et là entre les cabanes délabrées et les instruments de torture. Apparemment ces sauvages d'habitants n'avaient pas l'intention de laisser repartir cette jeune fille tranquillement avec lui.

*Tant pis, pour eux.* – se dit Taylor, laissant un petit sourire s'afficher sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChamallow Sanguinolent


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 22

Messages : 1436
Localisation : Perdue en montagne
Emploi/loisirs : Cuisinière
Humeur : Envie de découvertes~

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel & Gretel
Arme(s): Un poignard et mon couteau de cuisine~
Un petit mot ?: Un cookie ? ♥

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Lun 10 Déc 2012 - 19:58
Gretel en avait conscience. Elle était passée de la peur à la joie un peu trop facilement et rapidement. D'autant plus que la configuration et l'apparence des lieux ne laissaient pas le moindre doute sur leur dangerosité. Son interlocuteur n'était sûrement pas dupe. Elle le savait, son jeu de comédienne ne pouvait vraiment exceller que dans leur manoir et sur des lecteurs naïfs. Mais jusqu'où imaginait-il que sa tromperie aille ? Pouvait-il seulement imaginer toutes les atrocités que ses yeux si dorés avaient dévorées, toutes les actions inhumaines que ses mains si blanches avaient commises ? Pouvait-il même concevoir le nombre de jouets auxquels son sourire avait répondu chaleureusement avant de les accompagner jusque dans leurs derniers instants si ce n'est plus ? Qu'importe, si cet homme à l'aspect dangereux, bien qu'ayant des paroles rassurantes -Gretel savait pertinemment que cela ne voulait rien dire, il suffisait de voir son frère et elle-, commençait à avoir des doutes sur son innocence, elle avait de quoi s'inquiéter. D'ailleurs, même sentir son poignard dans son dos et savoir la présence de son couteau de cuisine dans son sac ne suffisaient pas vraiment à la rassurer. Elle savait indubitablement qu'elle ne ferait jamais le poids face à ce colosse s'ils devaient en venir "aux mains".
Enfin, qu'importe. Que ce qui devait advenir, advienne.

"Je me nomme Andrew Taylor. Et je suis le gardien de cette île."

Andrew, Gretel en apprécia immédiatement les sonorités. C'était le genre de nom dont elle avait l'habitude. Un nom de lecteur. La jeune fille sourit. Il se disait le gardien de l'île mais maintenant elle savait. Peu importe ce qu'il faisait, peu importe comment il survivait, un lecteur restait un lecteur, naïf ou cruel, un lecteur pour toujours. Il semblait fier de sa fonction mais cette île avait-elle besoin d'un gardien ? N'appartenait-elle pas à la Reine ? Seuls ses fidèles gardes devaient veiller sur cette île. Pour qui se prenait donc ce misérable lecteur ?
Un frisson parcourut soudainement le dos de l'étrangère. Elle était observée, et pas avec les meilleures intentions qui soient. Les regards posés sur elle ressemblaient quelque peu à ceux des habitants du Cannibale Village -notamment à ceux qui ignoraient son identité- si ce n'était la légère différence d'intention qu'elle pouvait sentir. Elle le savait. Ceux qui l'observaient en ce moment-même ne voulait pas la dévorer toute crue mais la torturer, la découper en rondelle, lui arracher les membres, lui trancher la langue, lui retirer les yeux à la petite cuillère, lui faire bouffer ses entrailles, lui... Enfin pour faire court, leur regard ressemblait un peu trop à celui qu'elle portait à ses victimes quand celles-ci lui tournaient le dos. Et apparemment, son interlocuteur l'avait remarquer lui aussi.

"Oui c'est un endroit même très dangereux. Et il risque de le devenir bien plus, si l'on reste ici à discutailler. On ferait mieux de sortir d'ici."

Gretel n'en doutait plus. Cet endroit, bien que fascinant, était bien trop dangereux. Pour la première fois de sa vie, la peur s'engouffrait dans ses jambes et fourmillait dans son dos. S'ils se jetaient sur elle, il n'y aurait personne pour la défendre, personne pour leur faire peur. Elle était faible, si faible. S'accrochant à sa dernière lueur d'espoir, retenant la peur véritable de se répandre sur son visage, bien que ce fut plus par orgueil et dignité, Gretel s'engouffra dans les pas d'Andrew, marchant à ses côtés.

"Cette île entière est en elle même très dangereuse. Ce n'est pas un endroit dans lequel une jeune fille devrait rester."

Sans pouvoir la retenir, la surprise s'étala sur la frimousse de Gretel. Jeune fille... C'était bien ainsi qu'il l'avait désignée ? Elle fit disparaître l'étonnement de son visage. Elle ne devait vraiment pas se laisser ainsi influencer par ses émotions ! Malgré tout, une certaine joie se répandit en elle, contrebalançant avec sa crainte. Elle n'était plus une enfant et elle venait d'en avoir la confirmation. Après... cela ne faisait en rien changer le fait que, au vu de sa corpulence, elle était fragile, un peu trop à son goût.

"Dites-moi, je vais paraître plutôt curieux. Mais je me demande ce qui vous pousse à vouloir rester sur une telle île. Je suppose que vous n'êtes ni un soldat au service de la Reine, ni un fugitif, alors je ne sais pas. Et j'aimerais bien savoir."

Gretel ne s'attendait pas du tout à ce genre de question. Elle espérait que, s'il en avait, il se les garderait pour lui. Il fallait croire qu'il sortait des normes. Mais que pouvait-elle lui répondre ? Qu'elle était venue sur cette île pour torturer des prisonniers et passer toute sa colère sur eux car son frère l'avait abandonnée pour un nain bleu ?! Non, bien sûr que non, elle ne pouvait pas répondre une chose de ce genre.
Tout à coup, Gretel remarqua le sourire étalé sur le visage d'Andrew. Pourquoi ? Un nouveau frisson lui parcourut le dos. Des ombres se mouvaient entre les habitations, plus d'ombres encore que l'instant précédant. Le village tout entier était-il hypnotisé par l'appel d'un sang neuf et frais ?
Gretel se reprit, il fallait d'abord qu'elle réponde à la question du jeune homme. Peut-être que rester avec lui sauverait sa peau.

"Je..."

Mais la question était : devait-elle lui dire la vérité ? Ou était-il préférable de mentir à nouveau ? Un ange passa. Bien qu'elle ait habituellement une bonne répartie, la blondinette était ce jour-ci complètement perdue, elle était dépossédée de tous ses moyens et ne savait plus comment agir.

"Je me suis disputée avec mon frère et je suis partie... Mais je ne savais pas que cette île était dangereuse..."

Ce n'était ni vraiment la vérité ni vraiment un mensonge. Gretel était bel et bien partie à cause d'un différent avec son frère. De plus, elle ignorait vraiment la dangerosité de l'endroit, pas qu'on ne l'ait pas prévenue, mais parce qu'elle n'en avait pas mesuré l'ampleur. Gretel n'était pas une petite fille à papa mais elle restait une enfant pourrie gâtée qui n'avait jamais quitté les chemises de son frère. C'est pourquoi, jusqu'à cet instant, elle avait tout bonnement toujours ignoré la dangerosité du monde et de la vie.
Des bruits de pas se rapprochèrent. La peur remonta dans son ventre, grouillant dans son gosier. Petite fille, jolie petite poupée, bienvenue dans le monde réel. D'un mouvement compulsif, Gretel attrapa la manche d'Andrew. Sa main tremblait. Soudain, la jolie blonde perdit absolument tous ses moyens. Une panique réelle commença à l'envahir et l'angoisse s'engouffra dans sa gorge.

"J'ai peur..."

Ses yeux la piquèrent et elle sentit de l'eau couler sur ses joues, de l'eau salée passer sur ses lèvres. Décidément, elle ne se reconnaissait plus ces derniers temps. Encore, pleurer seule passait, mais pleurer devant un inconnu ! Quelle honte pour son nom...! Quelle honte pour sa réputation... Quelle... Pauvre enfant surprotégée, brutalement livrée au monde sans les armes appropriées... Elle était si faible...



« Le cœur n'apprend que par la souffrance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-end.forums-actifs.com
avatarThe Nobody Island, Guardian


Date d'inscription : 08/07/2012
Age : 26

Messages : 144
Localisation : Nobody Island
Humeur : Massacrante héhé

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Les deux 8D *Sors*
Arme(s): Une lance
Un petit mot ?: Bouh !

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Ven 14 Juin 2013 - 15:27
Le Last Village. Il portait bien son nom, ce foutu village. Une fois entré pour en ressortir c'était tout bonnement impossible. Et même si l'on réussissait l'effroyable atmosphère qui y règne dissuade quiconque de vouloir déterrer ce souvenir plutôt horrible que fut sa malheureuse visite ici. Nul n'en doute que la jeune fille qui accompagne Andrew en ressortira avec ce ressentiment. Enfin encore faudrait-il qu'elle puisse en ressortir.

La présence d'Andrew avait certes augmenté ces chances de survie. Mais notre jeune homme n'était pas infaillible. Surtout quand il s'agit d'une question de nombre. Il est fort, voir même puissant. Mais il n'est pas un monstre au point de massacrer une trentaine d'hommes de son calibre à lui tout seul. Plus ils avançaient vers la sortie du village plus il avait l'impression que le nombre « d'agresseurs » diront-nous, augmente. Il est vrai que le Last Village n'avait pas énormément de visites... D'où cet engouement autour de la jeune fille. Puis c'était une jeune fille, la plupart du temps c'était un homme perdu qui se rendait ici ou un ancien prisonnier qui avait réussi à échapper à ces empotés de gardes. Alors cette jeune fille qui dit qu'elle s'était perdue... C'était un peu louche.

A curiosité est un vilain défaut, c'est ce qu'Andrew avait lu quelque part. Cette phrase prenait sens en tout ces termes concernant cette jeune fille. Enfin fallait-il encore qu'elle se retrouve ici par curiosité. En parlant de cela Andrew n'avait pas pu s'empêcher de lui demander ce qu'elle faisait ici, seule. Du typique Andrew. Au lieu de se torturer à imaginer diverses hypothèses ayant conduit la jeune fille ici, il préférait lui demander directement. Puis bon je pense que vous vous doutez qu'à force de n'utiliser que ces muscles, le cerveau de notre jeune homme a sans doute refroidi. Mais chut, il ne faut pas lui dire sinon il risquerait de s’énerver comme quand il le fait s'agissant à peu près de tout et de rien...

Alors qu'ils filaient à tout allure vers la sortie et que les ombres des villageois commençaient à s'amasser de plus en plus au fil de leur traversée, la jeune fille répondit à sa question d'une manière plutôt hésitante. En effet après avoir prononcé le mot du début de sa phrase elle s'était soudain arrêtée comme si elle réfléchissait, avant de poursuivre à toute allure :

« Je me suis disputée avec mon frère et je suis partie... Mais je ne savais pas que cette île était dangereuse...  »

Le début de la phrase fit rire Andrew. En gros cette jeune fille venait de fuguer ? Il se retourna un instant pour la dévisager. Jeune, blonde aux yeux dorés, un teint blanchâtre... En la regardant de cette façon, Andrew se dit qu'elle disait sans doute vrai. Mais le second bout de phrase fit encore tilter notre jeune homme. Cet île est plutôt connue pour y abriter la prison du Royaume de cœur. Ne pas savoir que ce village est dangereux (même si lorsqu'on y voit les divers instruments de tortures, telle que la guillotine usée par le temps, devant laquelle ils venaient de passer tout les deux, on devrait s’apercevoir que cet endroit est louche) est sans doute pardonnable. Mais ne pas savoir ce que cette île représente... Andrew fronça les sourcils en pensant à tout cela. Mais l'image de la jeune fille chasse une fois encore très vite ces doutes. Vu son âge, sa façon de se vêtir, son teint de peau... Elle semblait être une de ces enfants gâtées qui ne doit pas être sortie plus loin que le jardin de son manoir. Une image qui fit sourire Andrew. Si c'était le cas, il la plaignait la pauvre.

Alors que notre jeune homme perdu dans ces pensées souriait à tout va (oui on dirait un type très louche décrit comme cela), les ombres des villageois se rapprochaient de plus en plus. Soudain d'une main tremblante la jeune fille attrapa la manche de la tunique grisâtre qu'Andrew portait. Suite à ce geste il revint sur terre, et s'arrêta brusquement. Regardant la jeune fille d'un air inquisiteur, il entendit les mots fatidiques qui sans doutes poussèrent l'excitation de leurs poursuiveurs au sommet :

« J'ai peur...  »

Des mots donnant l'impression de résonner l'espace d'un instance dans l'ensemble du village. Mais aussi dans la tête d'Andrew. Des mots qui avaient un effet particulier sur le jeune homme. Ils venaient de déclencher un sentiment de satisfaction. Cette jeune fille ne connaissait bel et bien aucun mal de ce monde. A une époque il avait été comme cela lui aussi. Cette époque n'était autre que le temps qu'il avait passé dans le « vrai monde », et il était bien satisfait que cette époque soit désormais révolue. Il aimait ça nouvelle existence. Certes il ne comprenait pas tout ce qui l'entourait dans ce monde plutôt spécial, mais au moins et contrairement à cette jeune fille il connaissait et comprenait un peu mieux comment ce monde fonctionne.

Une ombre surgit soudainement de l'arrière d'une sorte de maisonnette. Couteau à la main, capuche sur la tête, lueur dans les yeux, l'agresseur trancha dans le vif sans se soucier de rien comme il était coutume dans ce foutu village. En prévision à ce mouvement, et surtout pas réflexe en réalité, Andrew avait saisi le bras de la jeune fille qui tenait sa manche et l'avait tiré vers lui pour qu'elle ne soit pas touchée. Cependant il ne pu éviter la vivacité de son agresseur dans le geste visait le bras de la jeune fille, et la lame parfaitement aiguisé taillada le revers de la main d'Andrew. Une brûlure qui fit grimacer ce dernier. Élançant son bras droit qui tenait la fameuse lance tant il était tant fier, il assena un coup brutal dans la nuque de l'agresseur qui prit dans l'élan de son attaque allait se retrouver de l'autre côté. Ce coup l’assomma sec.

Cependant nos jeunes aventuriers du jour, n’eurent pas le temps de retrouver leur souffle. En effet une petite horde d'une dizaine de personnes semblait se diriger vers eux armés jusqu'aux dents. En voyant cela Andrew fit de nouveau une petit grimace et dit :

« Et merde.... Va falloir qu'on aille plus vite ma petite. »

Ne se souciant ni de la réaction de la jeune fille, ni de la blessure à sa main dont le sang dégoulinait sur le bras de la jeune fille qu'il tenait fermement, se mit à courir à travers les innombrables petites maisonnettes faites de bois et de pailles, et les divers objets de métaux jetés sur le sol ici ou là. Il durent même enjamber au passage un crâne de squelette. Lui n'avait sans doute pas eu autant de chance qu'eux. Paix à son âme.

Passant à nouveau devant le théâtre en ruine, Andrew soupira de satisfaction. La sortie était proche ! Même trop proche pour leurs agresseurs qui avaient formés un petit groupe à l'orée de cette sortie qui n'attendait rien d'autre que de cueillir ces jeunes inconscients. Ils étaient quatre. Seulement quatre ? Il semblerait que la réputation d'Andrew ait fait un tour ici... Notre jeune homme sourit à cette idée. Il se retourna pour voir ou en était le reste de la bande, des ombres au loin semblaient s’affairer.

« Tsss, ils sont chiants. Bon j'ai pas le choix. »

Andrew s'arrêta à l'approche des quatre hommes, puis lâchant le bras de la jeune fille il sortit un briquet de la poche de son pantalon, une des rares poches pas encore déchirée c'est surprenant tiens. Avec un sourire plutôt moqueur (décidément il ne sait que sourire), il alluma celui-ci. Dans un jet de flamme et de fumée une ombre apparut.

Andrew ressaisi le bras de la jeune fille tâché de son sang à présent, et se mit à foncer en plein vers la sortie en brandissant sa lance, lançant au passage, sans doute à la destination de l'ombre féminine qui venait d'apparaître, ceci :

« Je t'ordonne de nous aider à sortir de cette merde ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMaudit Briquet


Date d'inscription : 20/11/2011
Age : 23

Messages : 49
Localisation : Dans un briquet, cool non ?
Emploi/loisirs : Mes loisirs sont vos ordres
Humeur : Brulante

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte du Briquet
Arme(s): Une lance
Un petit mot ?: Ordonnez maître, je m'exécute

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Mar 25 Juin 2013 - 18:57
Nouveau maître, nouveaux services. Mais où irais-je donc à la fin ? Là où il le désir évidement. Tant que le chemin qu’il emprunte me plait, il n’y a pas de raison à ce que je pose des pièges. Rustre Taylor, violent Taylor, stupide Taylor, tant de qualités qui font le meilleur des maîtres. Encore cette fois ma lance et moi seront à votre service.
 
Clic
Le nuage de fumée jaillit hors du briquet et commença à prendre forme humaine. Alors qu’elle n’était pas encore tout à fait matérialisée, Blaze pu entendre :
 
-Je t'ordonne de nous aider à sortir de cette merde ! 
 
On aurait pu ajouter vulgaire à la liste, mais l’heure n’était plus aux discours. Pas plus décontenancée que cela Blaze scruta l’horizon sur lequel s’alignait une bonne dizaine de villageois plutôt hostiles. Aaah Last Village, ça avait bien changé par ici. Depuis qu’elle était au service de Taylor, la jeune fille n’avait pas eu de travaux bien compliqués. Chasse et ménage voilà tout. Le sport dès le réveil ça peut vous chambouler quelque peu, mais tout ce qui détruit la routine est le bienvenu. Blaze n’attendait que ça, des ennuis, il faut parfois attendre longtemps mais ils finissent toujours par arriver. C’est vrai elle avait été un peu déçue de constater qu’elle se trouvait sur Nobody Island, mais finalement, la jeune fille y avait vu quelques avantages. Une île coupée du monde, avec d’autres règles, d’autres principes. Une prison, un village cannibale, un gardien hostile, hé hé  hé, Jackpot ! 

Elle  se tourna vers l’endroit d’où provenait la voix de son maître. Il fuyait avec…une jeune fille !! Etait-ce un encas qu’il se gardait pour plus tard ? Non, pas ce n’est pas le genre… serait-il en train de l’aider ? Blaze soupira, les petites godiches blondes ça vous changent un homme. Espérons que celle-ci déguerpira du coin avant que la machine à tuer qu’est Taylor ne se transforme en boule de guimauve.
Le duo courrait vers la sortie qui était barrée par quatre villageois. La situation semblait claire.
 
-A vos ordres maître Taylor, je vous laisse les quatre dégénérés, fuyez vite ensuite.  
 
La lance de Blaze se matérialisa dans sa main et elle courut à l’encontre de la horde. Son visage n’exprimait aucune peur, aucune forme d’excitation. Elle exécutait et voilà tout. Planter de la ferraille dans des crânes vides, certes c’était divertissant, mais pas autant que d’assister à la chute d’un homme que l’on a épaulé. C’est le bourreau qui aide le condamné à construire sa potence. Pourtant jusqu’à présent, les ordres de Taylor ne permettaient pas d’enclencher la malédiction de Blaze. Quiconque utilise le briquet à mauvais escient sera poursuivie par le malheur. Or, jusqu’à présent, aucun des ordres de Messir Andrew n’étaient réellement mauvais. S’il n’y avait pas eu cette gourde à sauver, l’ordre de tuer aurait subi des réprimandes. Mais là, la malédiction ne risquait pas de s’activer. Quelle déception. Au prochain ordre, la jeune fille s’arrangerait pour que tout cela bouge un peu.

Blaze reprit ses esprits lorsque le premier villageois pointa un vieux couteau vers elle. La pointe de sa lance fit tout le travail. Ils étaient onze, pas bien compliqué. Dans une tornade mortelle, ponctuée de vrilles tranchantes, l’esprit du briquet sema la mort autour de lui, sans une once de compassion. Le sang de ses victimes s’accumulait sur son visage, sur ses habits, mais pas une goutte ne pouvait atteindre son regard vitreux, ni ne pouvait accrocher une lueur de pitié. Les ordres sont les ordres. Ça marche comme ça depuis toujours, et ça continue jusqu’à la fin du combat, et jusqu’au prochain…
 
Elle ne savait pas trop comment les deux autres s’en étaient sortis. Il ne lui restait plus qu’un adversaire quand elle voulut s’assurer que tout allait bien de leur côté. Ils n’étaient plus que deux petits points qui courraient hors du village, laissant trois cadavres derrière eux. Trois ? Une alarme sonna dans tête de la jeune fille. Sans se retourna, elle acheva son dernier adversaire, déroba son couteau et se lança à leurs poursuite. Où était donc le quatrième ?

Une traque…pourquoi pas ? Ça commence par des traces, en l’occurrence ici c’était des gouttes de sang qui ne partait pas dans la même direction que celle de Taylor. Il voulait les prendre à revers ? Au sang se mêlait des trainés dans la poussière, il traine sa jambe. Taylor l’avait bien blessé et surement laissé agonisant, bien joué maître mais la vermine c’est toujours ce qu’il y a de plus coriace.
Blaze s’engagea sur sa piste. Il ne fallait pas trainer, elle avait vu que son maître était blessé et elle ne voulait SURTOUT PAS tomber entre les mains d’une gamine sans cervelle comme ses maîtres précédents. Pour ne pas arriver à ce résultat-là, elle se mit à courir plus vite.
Petit, petit…ah te voilà, hey n’est pas peur, je vais t’aider à dormir.

Des pas se firent entendre, tous proches. Taylor approchait, était tout près de l’ombre tapis au bord du chemin. Blaze, sortit de sa poche le couteau qu’elle avait dérobé sur un cadavre et le lança en visant la tête de l’ombre. La quatrième, celle qui aurait dû périr. Il faut toujours terminer ce que le maître a commencé. 


[Horp: voilà j'espère que ça vous ira à tous les deux. S'il y a un soucis, dites le moi.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChamallow Sanguinolent


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 22

Messages : 1436
Localisation : Perdue en montagne
Emploi/loisirs : Cuisinière
Humeur : Envie de découvertes~

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel & Gretel
Arme(s): Un poignard et mon couteau de cuisine~
Un petit mot ?: Un cookie ? ♥

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Mer 26 Juin 2013 - 14:33
Andrew s'était stoppé quand elle avait attrapé sa manche. La peur lui serrait le ventre et les larmes brûlaient ses yeux et brouillaient sa vue. Elle leva les yeux vers le jeune homme, voulant voir sa réaction, mais il lui était impossible de distinguer nettement son visage. Gretel avait l'impression que les mots qu'elle venait de prononcer résonner dans tout le village, mais peut-être ne résonnaient-ils que dans sa tête. Les larmes continuaient de brûler ses joues. Elle avait honte. Elle avait peur. Elle ne savait plus quoi faire. Elle voulait juste vivre. Vivre encore. Pour tuer encore. Elle ne voulait pas être celle qui serait tuée, surtout de manière aussi misérable dans un contexte aussi peu spectaculaire. Ce serait une mort trop banale. Elle ne voulait pas...
Tout à coup, son bras fut saisi et elle se retrouva la tête contre un torse chaud. Si son esprit n'avait pas été tout embrouillait, elle aurait surement repoussé ce torse, notamment à la vue de l'aspect négligé -pour ne pas dire sale- du vêtement qui le couvrait. Mais, embrouillée et prise par surprise, elle se laissa faire sans un mot. Elle entendit alors le son d'une lame qui tranchait l'air. Quelqu'un les attaquait ? Elle se crispa. Elle entendit ensuite un grand coup, comme une nuque qui se brisait, puis un corps qui tombait au sol. Andrew restant debout en face d'elle, elle supposa rassurée qu'il s'était débarrassé de l'attaquant.
Mais elle n'eut pas le temps de profiter plus longtemps de ce sentiment car la voix de son nouveau protecteur la ramena à elle.

"Et merde.... Va falloir qu'on aille plus vite ma petite."

Avant qu'elle ne comprenne vraiment le sens de sa phrase, Andrew se mit à courir, la tenant par le bras qu'il serrait fermement. Une légère douleur la saisit mais elle emboîta le pas sans réfléchir et se mit à courir après lui. Il s'agissait sans doute de son instinct de survie. Sa vue était encore floue bien que les larmes aient cessé de couler et Gretel n'avait aucune idée de l'endroit où elle courrait. Elle n'avait pas d'autre choix que d'avoir une confiance aveugle, dans tous les sens du terme. Entraînée par Andrew, elle faillit trébucher plusieurs fois mais il la redressa tant bien que mal sur ses pieds, sans jamais s'arrêter de courir. Gretel ne savait pas où elle posait les pieds, elle ne vit donc pas le crâne qu'ils enjambèrent. La force du jeune homme était monstrueuse par rapport à son poids et elle se sentait comme emportée par une tornade. C'était quelque peu angoissant, mais toujours moins que de s'imaginer aux mains des villageois.
Quand sa vue se fit un peu plus nette, la seule chose que Gretel remarqua fut sa manche rouge pourpre et la main ensanglantée d'Andrew d'où provenait sans aucun doute le sang de sa manche puisqu'elle n'était pas blessée. Mais lui il l'était. Il s'était blessé en la protégeant. Elle avait du mal à réaliser ce que cela signifiait vraiment. Personne n'avait jamais pris soin d'elle en dehors de son frère et elle n'avait jamais pensé que, dans ce monde cruel, il existe d'autres personnes prêtes à la secourir. Enfin, elle se faisait peut-être des idées, après tout il sauvait sa peau aussi. Mais n'aurait-il pas pu l'abandonner là ? Elle aurait fait un parfait appât pendant qu'il fuyait.
L'esprit tout embrouillé, Gretel commençait à avoir mal à la poitrine. Sa gorge la brulait. Que lui arrivait-il ? Ah... Elle avait du mal à respirer. Son souffle était court, ses poumons crachotaient ce qu'ils pouvaient. Elle n'avait jamais couru aussi vite de toute sa vie. Elle vivait une véritable course poursuite mais son corps n'était vraiment pas fait pour. Ses jambes la tiraient, elle avait l'impression qu'elle allait s'écrouler à chaque enjambée.
Elle entendit vaguement la voix d'Andrew mais elle ne sut pas ce qu'il dit. Tout d'un coup il se stoppa et lâcha le bras de Gretel. Elle lui lança un regard paniqué, l'abandonnait-il ? Était-elle devenue un poids trop pénible à porter ? Ses jambes lui faisaient mal et elle peinait à reprendre son souffle, ayant des difficultés à respirer. Elle remarqua qu'Andrew était en train d'allumer un briquet. Pourquoi ? Avaient-ils réussi à semer leurs assaillants ? Gretel jeta un coup d’œil devant elle et constata que non, il y avait quatre ombres devant eux. Ce n'était pas fini... Alors qu'un nuage de fumée attira l'attention de Gretel, Andrew saisit à nouveau le bras de la blondinette et fonça vers les ombres qu'elle venait d'apercevoir. Paniquée, elle voulut dire quelque chose mais rien ne sortit de sa bouche. Ses jambes la tiraillèrent pour lui faire comprendre qu'il fallait que cela cesse.

"Je t'ordonne de nous aider à sortir de cette merde !"

Gretel, ne comprenant pas, regarda Andrew qui brandissait sa lance puis tenta de tourner la tête vers l'arrière pour comprendre à qui il parlait. Une ombre féminine se tenait au milieu de la fumée, elle ne se trouvait pas là avant. Mais Gretel ne put pas se pencher plus sur le sujet car déjà Andrew entrait en contact avec ceux qui leur faisaient face.
Gretel put alors distinguer une voix froide et féminine :

"A vos ordres maître Taylor, je vous laisse les quatre dégénérés, fuyez vite ensuite."

Maître ? Gretel ne comprit pas l'appellation. Comment un sauvage mal habillé comme lui pouvait être appelé maître ? Mais la douleur de ses jambes et de sa poitrine la détournèrent de cette pensée. Elle ne put qu'observer, inutile, Andrew trancher l'air avec sa lance, trancher la vie.
Une nouvelle course l'entraîna vers l'avant, elle n'arrivait plus à suivre les pas d'Andrew, elle piétinait, elle trébuchait, s'accrochant tant bien que mal à la manche de son sauveur. Il fallait que cela s'arrête. Elle n'avait aucune idée du temps qui s'était écoulé depuis qu'ils avaient commencé à courir mais pour elle cela semblait être une éternité. Il fallait qu'ils en finissent. Et plus jamais, jamais, elle ne voudrait courir.
Gretel trébucha une ultime fois, mais cette fois-ci, elle se rétama et tomba tête la première dans la terre. Elle n'en pouvait plus, elle ne pouvait plus bouger, elle refusait de bouger. Elle n'avait qu'à crever, elle en avait marre ! Elle n'avait souffert qu'une seule fois dans sa vie mais ça n'avait même pas été pire qu'en cet instant. Et le pire était que quand elle pensait à cette fois-là, elle était obligée de penser à cet horrible nain bleu qui avait tenté de l'étouffer. Comment son frère avait pu faire de telles choses avec un être qui s'était ainsi comporté avec la seule chose qu'il aimait : sa sœur ? Elle ne comprenait pas, elle ne comprenait pas !
Gretel se remit à pleurer. Elle en avait marre de tout. Elle n'avait qu'à mourir...

[Voilà, c'est moi qui espère que ça vous ira ! >< *câline Gretel* ma pauvre puce... ça va aller ! Andrew va être gentil avec toi ! Et il va t'apprendre la vie 8D /sbaff/]



« Le cœur n'apprend que par la souffrance. »


Dernière édition par Gretel Friedrich le Mer 17 Juil 2013 - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-end.forums-actifs.com
avatarThe Nobody Island, Guardian


Date d'inscription : 08/07/2012
Age : 26

Messages : 144
Localisation : Nobody Island
Humeur : Massacrante héhé

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Les deux 8D *Sors*
Arme(s): Une lance
Un petit mot ?: Bouh !

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Mer 17 Juil 2013 - 18:13
Finalement donner des ordres c'est plutôt cool. Certains auraient trouvé l'expression vulgaire, mais la qualifier de cool pour moi est plus pertinent. Mais ce n'était pas le moment de revenir là dessus. Puis en y repensant la situation dans laquelle il avait prononcé cet ordre ajoutait quelque chose au côté cool. Bon d'accord on arrête avec le côté cool. On en revient au côté violent. Il sied mieux à Andrew, il faut l'avouer.

Ne se retournant pas une seule fois pour vérifier si la jeune femme ,qu'il venait d'invoquer en quelque sorte, allait s'en sortir, Andrew continuait sa route vers la porte ,qui habituellement dans nos bâtisses modernes comporte au dessus d'elle un cadre vert clignotant illustrant un bonhomme blanc sortant dans une feinte de la même couleur. Il ne s'était pas retourné et ne le ferait pas. Il n'avait pas de doute à se faire concernant la jeune fille qui venait d'apparaître. Non pas qu'il soit absolument préoccupé par celle qui semblait avoir du mal à suivre son rythme. Même si cela faisait peu de temps que cette jeune fille et son briquet faisaient parti du quotidien d'Andrew celui ci n'avait plus aucun doute quand à sa capacité à s'en sortir dans n'importe quelle situation. En plus de disposer d'un pouvoir magique assez intéressant, la maîtrise du feu, elle dispose d'une incroyable habilité à combattre. Andrew en a fait les frais. Pas de doute elle s'en sortira surement indemne !

Il valait mieux qu'il se préoccupe de sa situation. Ou plutôt de celle des quatre hommes se dressant entre lui et la porte. Même avec une main inutilisable ,puisqu'il tenait fermement l'un des bras maigre de la jeune fille, les pauvres n'avaient aucune chance. Dans un premier temps Andrew ne ralentit pas dans son élan, contrairement il accéléra, brandissant fièrement la lance qu'il tenait dans sa main droite. Un coup dans le vent sur le côté droit, afin d'en écarter deux. Un troisième homme se dressa droit sur son chemin, Andrew sourit en faisant tournoyer sa lance dans sa main afin que la pointe de celle-ci se retrouve vers l'homme désigné. Paume vers le ciel, il lança son objet fétiche d'une force qui ne laissa aucune chose au pauvre homme. L'objet tranchant alla se planter en plein milieu du front de sa cible. Laissant au passer gicler quelques gouttes.

Andrew ralentit dans sa course remarquant dans son élan que son bras gauches venait de s'affaisser lourdement sans qu'il puisse ne faire quoique ce soit. Il s'arrêta brusquement et remarqua que la jeune fille qu'il tenait au bras venait de chuter brusquement la tête en avant. Il haussa un sourcil se demandant si elle ne venait pas de se fracturer le crâne. Cependant il n'eut pas le temps de s'inquiéter tout de suite de cela. En effet ceux qu'il avait réussi à écarter venaient de bondir sur lui. Il n'eut le temps que de faire une roulade vers l'arrière afin d'éviter le coup. Il saisi sa lance en tendant le bras et para avec le manche un coup porté à sa tête par le quatrième homme. Il le repoussa de force, avec une facilité plutôt déconcertante, tout en se relevant. Il évita de justesse une lame lancée à toute vitesse qui passa juste en face de ses yeux. Ces satanés villageois ne blaguaient vraiment pas. Il faut que tu sois plus sérieux mon petit Andrew. Puis il fallait qu'il récupère la jeune fille. Il n'avait pas fait tout ça pour rien.

Un autre coup jailli cette fois de la gauche. Andrew se pencha en arrière pour éviter la lame du couteau vieillot, puis saisi le bras qui le tenait et le tira vers lui et planta la lance en plein dans l'homme. Du sang gicla sur la tunique déjà sale d'Andrew. Retirant la lance vivement, il para un autre venant de sa gauche. Il plaça un coup de genou dans le ventre de son assaillant et d'un geste vif trancha sa tête. Du sang gicla sur son visage. Un sourire malin se dessina sur celui-ci. Le dernier homme essaya de planter Andrew par surprise dans le dos. Celui-ci évita de justesse la lame qui lui infligea une petite coupure au niveau de sa hanche droite. Enlevant au passage un bout de plus à la tunique de couleur beige déjà quelque peu trouée qu'il portait. D'une vitesse assez incroyable Andrew se retourna et trancha dans le vif. Sa lance connue un peu de résistance avant de poursuivre son chemin dans le vent. Il l'avait touché. A l'épaule. L'homme hurla de douleur saisissant son épaule d'une main et prenant ses jambes à son cou.

Trois hommes sur quatre, un score honorable. Mais pas satisfaisant pour Andrew. Si il n'en tenait qu'à lui il aurait bien poursuivi cet homme pour l'achever. Mais pour le moment il valait mieux qu'il s'occupe de la jeune fille à terre.

Il s'en approcha et remarqua que celle-ci était en vie, et pleurait de chaudes larmes. Encore une situation qu'il avait rarement connu. Il faut avouer que pas grand monde ne pleure sur cette île. Il ne savait pas trop quoi faire. Mais il avait commencé à l'aider donc il fallait qu'il finisse ce qu'il avait commencé comme toujours. Exception faite de cet homme qui venait de s'enfuir. M'enfin il l'aurait bien tôt ou tard de toute façon.

Andrew se pencha vers la jeune fille et lui dit :

« Apparemment tu es loin d'être une adepte du sport... Pourtant c'est simple de courir. Y a pas plus idiot que ça. »

Elle devait sans doute venir d'une famille aisée. Andrew l'avait lu quelque part, les pauvres savent courir, les riches ne savent que marcher. Enfin à part si il se persuade de l'avoir lu quelque part, alors qu'il vient d'inventer cette expression.

Enfin bref ce n'était pas le moment de se poser des questions existentielles. Ils étaient en face de la sortie. Et vu la motivation des villageois il ne valait mieux pas qu'ils restent plantés là.

Andrew attrapa la jeune fille par les bras et la fit se relever. Haussant un sourcil tout en la dévisageant de haut en bas, il se dit que la pauvre était dans un bien piteux état. La robe et le visage pleins de poussière. Si c'est une noble cela doit lui faire un choc. Espérons qu'elle s'en remette.

N'attendant pas un seul mot de la part de la jeune fille Andrew ressaisit son bras avec sa main droite sur lequel le sang s'échappant de l'entaille avait fini par sécher.

« On ferait mieux de ne pas trop traîner ici. »

Il se remit donc en marche de façon un peu plus lente cette fois-ci pour que la jeune fille puisse suivre ces pas. Ils passèrent de nouveau sous l'enseigne insalubre du village sur laquelle manquait des lettres et qui indiquait à la fois l'entrée et la sortie de ce territoire mal famé.

Un épisode assez mouvementé que fut cette excursion au sein du village se dit Andrew. Il n'allait pas y remettre les pieds avant un moment. Cela lui rappela amèrement qu'il n'était que la gardien auto-proclamé de l'île. Ce n'était rien, cela restait son territoire tout de même.

Alors qu'il continuait son chemin à l'entrée du village. Andrew entendit des bruissements. Il fit mine de les ignorer mais fit en sorte de se tenir à employer de nouveau sa lance entachée. Mais avant même qu'il n'ait eu le temps de faire quoi que ce soit une ombre s'effondra au sol. C'était celle du quatrième homme qui s'était enfuit. Il avait semble-t'il voulu les prendre par surprise. Mais cette fois il n'avait pas pu échapper ,non pas à Andrew, mais à sa servante.

Et oui la jeune femme qu'il invoqué auparavant à l'aide de son briquet venait de réapparaître. Et elle venait d'achever ce qu'Andrew avait commencé. C'était bien digne d'elle, se dit Andrew. Mais il n'allait pas la remercier, oh que non. Il ne vaut mieux pas montrer trop de reconnaissance à un potentiel adversaire, qui plus est lorsqu'il est fort. Il s'arrêta trifouilla la seule poche de sa tunique qui n'était pas encore victime du courant d'air provoquée par un trou et en sorti un briquet.

Tout en affichant un petit sourire il prononça les paroles suivantes :

« Ce sera tout pour le moment. »

Puis d'un clic il fit s'évaporer la jeune femme à la chevelure de cendre. Il aurait besoin d'elle, il n'y avait aucun doute. Il s'était fait quelques égratignures et la médecine c'est vraiment pas son domaine comme vous vous l'imaginez.

Il se tourna ensuite vers la jeune fille qui l'accompagnait et décida d'essayer de la réveiller quelque peu. Il lâcha donc son bras et dis :

« Bon je pense qu'on est bon là. Pas totalement à l'abri puisqu'on sait jamais ce qui peut se passer mais ça devrait aller pour que tu puisse me suivre à ton rythme. »

Une phrase digne d'Andrew. Selon lui on n'est jamais à l'abri de rien, il faut donc toujours rester sur ces gardes. Surtout sur une île comme celle-ci.

« Je vais te reconduire à la plage, prends le premier navire qui passera et ne remet plus jamais les pieds ici. M'enfin je pense que tu as l'air d'avoir compris cela... »

Une grimace de douleur s'afficha soudainement sur le visage d'Andrew. Il plaqua vivement sa main sur la hanche qui était entaillée. Une fois l’adrénaline redescendue, il fallait bien que la douleur brûlante apparaisse. Apparemment il aurait besoin de Blaze bien plus vite qu'il ne l'avait pensé...

Tu es un roc, mais tu restes humain mon petit Andrew. La prochaine fois tu éviteras de penser que tu es au dessus des lois qui régissent l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChamallow Sanguinolent


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 22

Messages : 1436
Localisation : Perdue en montagne
Emploi/loisirs : Cuisinière
Humeur : Envie de découvertes~

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel & Gretel
Arme(s): Un poignard et mon couteau de cuisine~
Un petit mot ?: Un cookie ? ♥

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Mer 17 Juil 2013 - 21:18
Les oreilles bourdonnent, les sanglots résonnent dans la tête. Des bruits de ferrailles, des cris de douleur... Que se passait-il ? Combien de temps resta-t-elle couchée ainsi par terre, le visage couvert de poussière humide et collante à cause des larmes ? Elle l'ignorait. Plus rien n'avait d'importance, ni le temps, ni la douleur, ni la tristesse, ni la saleté. Elle restait immobile, là, bien que son corps trésaille de fatigue et de souffrance. Elle pleurait encore et encore à grosses gouttes comme si elle espérait que cela allait laver ses maux, effacer le dernier mois de sa vie et tout ce qui en découlait... Mais c'était peine perdue. Il faudra apprendre à faire face, petite fille.

"Apparemment tu es loin d'être une adepte du sport... Pourtant c'est simple de courir. Y a pas plus idiot que ça."

La voix semblait proche, les mots passèrent par une oreille et resortirent par l'autre. Le sens de ces phrases échappa à l'esprit embrumé de la jeune fille. Et heureusement pour leur énonciateur car Gretel n'aurait pas appréciait du tout la tournure de cette "insulte".
Soudain quelque chose tira sur son bras et la redressa. Elle voulut s'y opposer mais elle n'en eut pas la force. Les yeux flous, elle jeta un regard en face d'elle. Ah oui, Andrew. Elle l'avait oublié durant un instant... Il la regardait. Elle ne baissa pas les yeux, pouvant deviner, malgré le brouillard présent dans son esprit, l'état pitoyable de sa tenue. Enfin, cela ne pouvait pas être pire que celle de son sauveur. D'ailleur son état n'avait-il pas empiré par rapport à avant ? Gretel regarda autour d'elle et remarqua les trois cadavres. Ah oui, forcément, il s'était battu. Elle le regarda à nouveau, il devait avoir une force monstre, c'était admirable. Heureusement qu'il avait choisi de l'aider...
Mais ne laissant pas plus de temps ni à la réflexion ni au bavardage, il saisit à nouveau son bras. Il lâcha qu'il ne fallait pas traîner ici puis il se remit immédiatement en marche. Gretel voulut se plaindre. Sa bouche s'entrouvrit mais aucun son n'en sortit. Ses jambes lui faisaient mal. Elle ne voulait plus marcher. Elle ne voulait plus rester debout. Et pourquoi il ne la portait pas, tiens ? En tant qu'homme il pourrait montrer sa supériorité musculaire et porter la pauvre petite fille légère qu'elle était.
Les yeux encore hagards, Gretel regarda devant elle. La démarche de son sauveur n'était pas équilibrée. Il devait être blessé. Et certainement plus qu'il ne le laissait paraître. Finalement qu'il laisse tomber cette idée, elle n'était pas si bien... Et puis ils ne courraient plus. Bien que ce soit douloureux, c'était plus supportable.
Il fallait qu'elle se reprenne. Qu'est-ce qui avait bien pu lui prendre pour en arriver à ces pensées qu'elle avait eu en étant avachie sur le sol ? Ah oui, elle avait pensé à son frère... Elle secoua légèrement la tête et utilisa le revers de sa main libre pour essuyer la poussière et les larmes qui enlaidissaient son doux visage. Il devait en rester mais c'était toujours mieux que de tout laisser.
Elle ne regardait pas autour d'elle, elle se contentait d'avancer, fixant les grands pieds d'Andrew et leurs grandes enjambées. Elle ignorait donc qu'ils étaient sortis du Last Village, qu'ils marchaient au milieu du chemin les éloignant de cet horrible village. Des bourdonnements étaient toujours présents dans ses oreilles. Elle n'entendit pas les bruissements. Quelle tristesse ! Dire que son oreille était si affûtée habituellement...
Cependant, elle entendit le bruit sourd d'un corps qui s'effondre par terre. Ce son-là, elle le reconnaîtrait entre mille. Elle tourna la tête vers l'origine du bruit et son hypothèse fut confirmée. L'ombre féminine qui avait fait son apparition précédemment se montra à nouveau, les cheveux flamboyants comme le feu.

"Ce sera tout pour le moment."

Et déjà la jeune femme disparaissait dans un nuage. Gretel tourna la tête vers Andrew, ébahie, et le vit ranger un briquet. Un briquet magique ? Voilà qui était particulièrement intéressant ! Gretel pensa alors que cela pourrait lui être très utile dans ce genre de situation, étant donné qu'elle n'avait aucune capacité physique, surtout si la femme du briquet était douée en combat, ce qui semblait être le cas.
Andrew lâcha son bras, la sortant de ses réflexions.

"Bon je pense qu'on est bon là. Pas totalement à l'abri puisqu'on sait jamais ce qui peut se passer mais ça devrait aller pour que tu puisses me suivre à ton rythme. Je vais te reconduire à la plage, prends le premier navire qui passera et ne remets plus jamais les pieds ici. M'enfin je pense que tu as l'air d'avoir compris cela..."

Gretel acquiesça silencieusement. Bien qu'elle n'ait pas spécialement envie de partir, elle comprenait maintenant ce que signifiait réellement le mot "dangereux". Et ce n'était pas aussi joli joli que dans son imagination. Après tout, certes elle et son frère étaient dangereux mais ce n'était rien à côté de ces villageois. Et puis comment vouliez-vous qu'elle sache ? On lui disait bien que les villageois du Cannibale Village étaient dangereux, pourtant ce n'était pas son impression ! Il fallait dire qu'aucun d'eux n'aurait osé poser la main sur leur Reine... -car oui, rappelons-le, Gretel est bien Reine d'un royaume !-
Une grimace tordit le visage d'Andrew. Les yeux de Gretel s'écarquillèrent. C'était une grimace de douleur ! Le jeune homme porta rapidement sa main à sa hanche. C'était donc là qu'il était blessé ? Cela expliquait sa démarche légèrement bancale. Vu sa grimace, la douleur devait être assez intense. Cela était d'ailleurs très étonnant qu'il ait tenu autant de temps sans se tordre de douleur. Qu'est-ce que c'était déjà ? Elle était sure qu'Hansel lui avait parlé de ça... Ah oui, l'adrénaline ! Merveilleuse substance naturelle qui annihilait la douleur !
Gretel avait entièrement repris ses esprits. Voir un corps souffrir de cette manière était assez fabuleux et ses yeux s'en régalaient. Son esprit venait de balayer et de ranger dans de profonds tiroirs l'expérience assez traumatisante qu'elle venait de vivre, la ramenant vers une situation plus habituelle et bien plus agréable. Elle profitait donc de la doucereuse vision de la souffrance d'Andrew. Un petit sourire s'afficha malgré elle sur son visage. Elle avait toujours aimé achever les brebis galeuses. Mais que pourrait-elle bien faire avant ? Abréger ses souffrances seraient trop rapide et pas assez amusant. Peut-être devrait-elle le blesser encore plus, le torturer, le faire hurler de douleur ? Hum... Pas évident, même blessé, un homme de sa carrure pouvait être bien trop dangereux. Et malheureusement elle n'avait rien pour l'attacher et même si elle avait de quoi lui faire perdre connaissance, elle ne pourrait pas le faire crier... Tant pis, il fallait qu'elle se résigne, elle pouvait bien se contenter de lui ouvrir les entrailles. Cela la soulagerait sans aucun doute, elle était déjà tellement en manque... Oh ! D'ailleurs il ne fallait pas qu'elle oublie de récupérer ses sublimes yeux rouges !
Ces pensées fusaient à grandes vitesse dans l'esprit sadique de la petite Gretel. Mais tout à coup, une pensée domina les autres comme une évidence, faisant disparaître son sourire. Il lui avait sauvé la vie. Personne ne lui avait jamais sauvé la vie. Qu'était-elle censé faire dans cette situation ? Son frère ne lui avait rien appris de tel... Oh et pis zut ! Au diable son frère ! Il fallait qu'elle arrête de toujours se référer à lui ! Elle avait besoin d'un œil neuf, d'une nouvelle vision du monde, de nouvelles règles pour diriger sa vie. Il fallait qu'elle apprenne à se détacher de l'apprentissage de son frère, de sa présence... Mais comment arriverait-elle à cela...? Elle regarda Andrew. Avait-il des choses à lui apprendre ? Peut-être... Peut-être pas...
Gretel ignorait comment agir mais elle décida de prendre une décision. A partir d'aujourd'hui, une personne qui lui sauverait la vie mériterait quelques attentions. Après, elle ne promettait rien pour la suite !
Un peu hésitante, la blondinette fit un pas en direction d'Andrew.

"Je peux vous aider ?"

Sa voix était douce, tendre, pleine de bonnes intentions. Mais Gretel n'attendit pas de réponse. Elle tendit le bras et attrapa celui du jeune homme. D'une voix légèrement sèche, bien que toujours tendre, elle ajouta :

"Asseyez-vous."

En attendant qu'il s’exécute, elle enleva son sac de son dos et l'ouvrit en s'accroupissant. Elle sortit sa bouteille d'eau et la posa par terre. Elle attrapa ensuite le poignet d'Andrew, celui dont la main couvrait encore la blessure et le tira légèrement pour qu'il libère la plaie. Elle souleva ensuite  la tunique, s'approcha et observa la blessure. Elle était plus profonde qu'elle ne l'avait pensé. Cet homme avait vraiment une résistance incroyable. La plaie avait été faite avec un couteau mais celui-ci devait être vieux et sa lame émoussée.
Gretel se reprit et attrapa sa bouteille afin de verser de l'eau sur la plaie, pour la nettoyer. La jeune fille reposa la bouteille et réfléchit, elle avait besoin d'un tissu propre qui pourrait servir de bandage, au moins temporaire. Elle soupira, elle n'avait que de jolies robes dans son sac et elle n'avait pas envie d'en utiliser une pour cela. Elle baissa les yeux sur sa tenue, celle-ci était foutue... Soupirant de nouveau, elle attrapa son couteau et découpa le bas de sa robe. Elle se servirait du côté dos pour la blessure et du côté de devant -plein de terre et de poussière- pour finir le tour et faire le noeud. Elle finit de découper, rangea le couteau et passa le tissu comme prévu autour des hanches d'Andrew. Elle serra fort et noua difficilement le tissu avant de se reculer un peu pour admirer le résultat. Elle eut un sourire franc, plutôt fière d'elle.

"Ca devrait suffir pour l'instant mais il faudra le changer régulièrement jusqu'à la cicatrisation complète."

Elle rangea sa bouteille d'eau dans son sac, le remit sur son dos et se releva doucement. Elle s'était calmée. Même si ses jambes la faisaient toujours souffrir un peu, c'était largement supportable. Et puis ce n'était rien en comparaison de la blessure d'Andrew.
Mais la question qui venait à présent était : que faisaient-ils maintenant ? Il avait dit qu'il allait la conduire jusqu'à la plage pour qu'elle puisse partir mais elle n'en avait aucunement envie, encore moins maintenant ! Elle soupira. Peut-être devrait-elle jouer cartes sur table ? Au moins un petit peu ? Elle n'avait plus grand chose à perdre...

"Veuillez m'excuser mais j'aurais une requête à vous faire."

Sa voix, bien que toujours douce, semblait bien plus décidée. Elle laissa passer quelques secondes, lui laissant le temps de focaliser entièrement son attention sur elle et sur ce qu'elle allait dire. Tout allait se jouer maintenant. Elle prit calmement son souffle et continua :

"J'aimerais rester avec vous quelques temps."

Elle souligna sa demande d'un charmant sourire, son comportement présent devait paraître bien étrange après ce qui venait de lui arriver. Mais vous savez, il existe des personnes comme ça... très changeante. Ah ! Elle avait failli oublié d'être polie ! Pourtant la politesse était une de ces choses qu'elle considérait comme nécessaire en toutes circonstances.

"Si vous me le permettez...?", conclut-elle, hésitant quelque peu.



« Le cœur n'apprend que par la souffrance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-end.forums-actifs.com
avatarThe Nobody Island, Guardian


Date d'inscription : 08/07/2012
Age : 26

Messages : 144
Localisation : Nobody Island
Humeur : Massacrante héhé

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Les deux 8D *Sors*
Arme(s): Une lance
Un petit mot ?: Bouh !

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Jeu 18 Juil 2013 - 15:43
La douleur. Un sentiment amer. Très amer. Surtout pour des personnes telles qu'Andrew. Des personnes qui se croient au dessus de tout puisqu'elles disposent d'une quelconque force physique ou psychique. Les gens forts se pensent invulnérables. Et ils ont tort. Leurs faiblesses finiront toujours par les rattraper tôt ou tard.
Tel était le cas actuel d'Andrew. Être humain, veut dire être sensible à la douleur. Même si notre jeune homme fait preuve d'une résistance physique extraordinaire, due en partie à son corps d'athlète, une fois que l'adrénaline du combat pour laquelle il consacre son existence est passée, la nature humaine refait surface et lui prouve une fois de plus à quel point il est faible.
Cependant vous connaissez Andrew aussi bien que moi. Cela ne l'empêche pas d'être comme il est. C'est-à-dire plutôt imbu de sa propre personne. La douleur plutôt que de faire redescendre ce colosse de muscles sur terre, le motivait au contraire à devenir plus résistant. Et donc plus fort. Une source de motivation qui en temps normal et concernant des humains normaux, était plus communément une source de frayeur. Andrew n'est vraiment pas comme tout le monde.

La brûlure infligée par la blessure le fit grimacer de nouveau. Apparemment elle semblait bien profonde. Foutu villageois, si il n'était pas mort Andrew lui aurait bien fait bouffer son vieux couteau.

Alors qu'il continuait de maudire son assaillant, Andrew semblait avoir oublié la présence de la jeune fille. D'habitude se montrer si faible devant une personne étrangère, n'était pas digne d'Andrew. Et il ne l'aurait jamais fait. Sauf que cette personne en face de lui était une jeune fille. Plutôt frêle, armée d'un pauvre couteau de cuisine. Rien de bien effrayant et dangereux. Au pire des cas Andrew la briserait comme une tige d'un coup. Ou l’assommerait facilement. Mon pauvre Andrew à force de vivre reclus de cette façon tu semble bien paranoïaque. Lorsque la jeune fille fit un pas vers lui, Andrew renforça la prise de sa main sur sa lance. Une habitude plutôt effrayante et assez caractérisante de la paranoïa qui avait atteint Andrew durant tout ce temps marqué par une profonde solitude.

« Je peux vous aider ? »

Tu es beaucoup trop méfiant mon petit Andrew. Tu penses vraiment qu'une jeune fille d'une carrure aussi maigre pourrait te sauter dessus et t'arracher les yeux sans que tu ne puisses réagir ? Le monde est dangereux, mais le danger n'est pas partout. Enfin pour le moment.

Sans même attendre une réponse de la part d'Andrew elle lui fit signe de s'asseoir. Surpris par une telle initiative Andrew s'exécuta sans se poser trop de questions. Pendant ce temps la jeune fille saisi son sac à dos, l'ouvrit et le trifouilla pour en sortir une bouteille d'eau. L'entaille semblait profonde. Pour un foutu couteau vieillot celui-ci semblait avoir fait un très beau travaille. La jeune fille versa de l'eau dessus. Un sentiment qui soulagea un peu la blessure, et qui fit pousser à Andrew un soupir. Elle semblait déçue, et se mis à réfléchir. Soudain elle pris sa robe et à l'aide de son poignard découpa le bas de celle-ci. Comme il l'avait remarqué au tout début de leur rencontre, la jeune fille était bien armée. Un réflexe honorable, mais surtout encore plus descriptif de ta paranoïa Andrew.

Toujours aussi surpris, et surtout curieux de voir ce qu'elle allait faire, Andrew la laissa écarter la main qui tenait sa blessure.
Puis elle fit le tour de la taille du jeune homme avec le bout de tissu de la robe qu'elle avait découpé, avant d'essayer de le nouer de toute ces forces.

« Ca devrait suffir pour l'instant mais il faudra le changer régulièrement jusqu'à la cicatrisation complète. »

Elle venait de l'aider. Surprenant. Finalement cette jeune fille semblait être bien intéressante. En plus d'avoir réussi à retrouver totalement ces esprits. Ce qui est fort étonnant, mais qui ne choqua pas Andrew tant que ça, il était presque pareil qu'elle. Surtout concernant la magie de ce monde. Il ne cherchait pas à la comprendre. Peut-être que cette jeune fille était telle que lui. Elle ne cherchait pas trop à s'encombrer de détails inutiles pouvant la ralentir. Donc en plus d'avoir retrouvé ces esprits elle semblait dotée d'un petit sens débrouillard puisqu'elle venait d'aider Andrew à contenir sa blessure.

Alors qu'Andrew continuait intérieurement de ruminer les exploits surprenants de cette jeune fille. Elle finit par prendre la parole. Et dit quelque chose d'encore plus surprenant. Elle commença sa phrase en disant qu'elle avait une requête à lui faire. Une requête ? Elle voulait quoi ? Qu'il la raccompagne jusqu'à chez elle ? Si c'est cela ma pauvre tu te met un doigt dans l’œil... Hum excusez-moi de l'expression. Andrew, quitter son île, c'est comment dire très peu probable à moins qu'il ne le fasse de lui-même. Ce qui est très très rare.

Heureusement pour elle ce n'était pas ça ce qu'elle voulait c'était...

« J'aimerais rester avec vous quelques temps. »

Rester ici ? Avec un Andrew ? Sur Nobody Island ? Et surtout après ce qu'il venait de se passer ? Curieuse jeune fille dis donc. N'importe qui à sa place aurait fui l'île aussitôt.

Andrew fronça les sourcils et la dévisagea. Un sourire pointait à présent sur ses lèvres. Lunatique hein. Il y a même pas quelques minutes elle pleurait quasi toutes les larmes de son corps. Intéressant aussi, sa capacité à se remettre vivement de ce qu'elle venait de vivre. Avec cette capacité elle avait plus de chance de pouvoir survivre quelque peu sur cette île...

La blessure sur sa hanche le relança. Andrew tira une nouvelle grimace. Et cela fit tilt dans sa tête ! Et en plus de ça elle pourrait l'aider à se soigner. Elle semblait douée dans ce domaine. Andrew n'aurait pas a appliquer de maudites algues sans effet sur la moitié de son corps (si si il l'a déjà fait !). Bref finalement garder cette jeune fille avec lui serait pas une mauvaise idée. Cela lui ferait de la compagnie autre que la muette servante du briquet magique qui ne fait qu’acquiescer en bougeant la tête verticalement à tout ce qu'il lui dit.

Andrew fini par se lever, et en profita pour serrer plus fort le nœud du bout de tissu que la jeune fille lui avait confectionnait. Il tiendrait pas longtemps, mais sans doute assez jusqu'à ce qu'ils retournent à la cabane.

Il dévisagea de nouveau la jeune fille. Et il se dit que de toute façon il n'avait rien à perdre. Elle n'allait pas lui arracher les yeux. Il sourit puis lui tourna le dos et se remit à marcher vers sur le sentier s'enfonçant en contrebas de l'entrée du village. Il balança alors en marchant de manière moins nonchalante :

« Tu fais ce que tu veux. »

Même pas de remerciement ? Haha du Andrew tout craché. Il n'aime pas se sentir redevable aux autres. Cela le fait passer pour un faible selon lui à leurs yeux. Même si un peu d'humilité serait la bienvenue... M'enfin tôt ou tard il s'en rendra compte.

Il ajouta ceci :

« Tu peux me suivre oui. Mais c'est à tes risques et périls. »

Je pense que ça elle l'avait bien compris. Surtout après ce qu'elle venait de vivre. Andrew l'avait saisi lui aussi. Et il savait pertinemment qu'elle allait le suivre. En parlant de ça, avant que ça commence à lui taper sur les nerfs il lança :

« Et pour tout l'amour du monde, arrête de me vouvoyer. J'suis pas un des ces péteux de princes ou je ne sais quoi. Appelle moi Andrew ça sera plus simple pour nous deux. »

Quelle vulgarité... Un peu de politesse serait la bienvenue aussi. Ahlala mon pauvre Andrew, ton éducation est complétement à refaire entre l'humilité et la politesse je ne sais plus ou donner de la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChamallow Sanguinolent


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 22

Messages : 1436
Localisation : Perdue en montagne
Emploi/loisirs : Cuisinière
Humeur : Envie de découvertes~

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel & Gretel
Arme(s): Un poignard et mon couteau de cuisine~
Un petit mot ?: Un cookie ? ♥

MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   Jeu 18 Juil 2013 - 20:45
Andrew n'opposa aucune résistance aux soins -si on pouvait appeler cela ainsi- que lui procura Gretel. Plutôt docile pour un barbare sauvage... La douleur devait quelque peu le calmer. Enfin, maintenant qu'elle lui avait dit qu'elle souhaitait rester avec lui, elle ne pouvait plus changer d'avis ! Peu importe s'il était malpoli, grossier, sale ou elle ne savait quoi d'autre, elle avait décidé de voir si elle pouvait tirer un quelconque "enseignement" de lui.
Gretel, debout sur ses deux pieds, regardait, le sourire aux lèvres, son sauveur qui se trouvait toujours assis au sol. Celui-ci fronça les sourcils et la dévisagea. Gretel continua de le regarder, soutenant son regard. Il pouvait être surpris ou tout ce qu'il voulait, elle ne se découragerait pas, elle avait pris sa décision, elle voulait devenir plus forte !
Une nouvelle grimace tordit le visage d'Andrew. Gretel avait fait ce qu'elle avait pu pour que la blessure n'empire pas mais elle ne pouvait rien faire pour la douleur. Quoi que... Elle avait de quoi "anesthésier" toutes les sensations du jeune homme mais elle ne pensait pas que ce soit une bonne idée. C'était beaucoup trop fort et si quelqu'un les attaquait, ils étaient foutus, alors qu'elle était persuadée que même blessé, il arriverait à les sortir d'une telle situation.
La sortant de ses réflexions, Andrew se leva et resserra le nœud qu'elle avait fait avant de la dévisager à nouveau. Elle soutint à nouveau son regard. Il était vraiment grand mais elle ne se sentait pas spécialement petite. Après tout, il faisait la même taille que son frère, elle en était certaine, à un ou deux centimètres près mais personne n'allait chipoter sur cela. Enfin bon, tout ça pour dire qu'elle avait l'habitude de regarder ainsi vers le haut et qu'elle ne se sentait donc pas spécialement intimidée -mais peut-être le devrait-elle...-.
Tout à coup, Andrew sourit avant de lui tourner le dos et de se remettre en marche. Gretel fut surprise, qu'était-elle censée comprendre ?

"Tu fais ce que tu veux."

Gretel pencha la tête sur le côté. Qu'est-ce que c'était que ça ? Un oui ? Un non ? Un "je m'en fous" ? Il pourrait être un peu plus clair ! Gretel fit une petite moue, elle n'aimait pas quand les choses n'étaient pas clair. D'ailleurs, elle ne releva même pas le manque de remerciement, pas parce qu'elle trouvait que ça n'avait pas d'importance ou qu'il pouvait s'en dispenser mais juste parce qu'elle ne l'avait même pas remarquer. En même temps, elle avait tellement peu l'habitude de rendre service...

"Tu peux me suivre oui. Mais c'est à tes risques et périls."

Gretel redressa la tête et regarda à nouveau Andrew -ou plutôt son dos-. Alors elle pouvait ? Son sourire reprit sa place sur son visage et elle enjamba le pas. Il ajoutait que c'était à ses risques à périls ? Déjà fallait-il qu'elle réalise vraiment ce que cela voulait dire. Et puis cette décision ne pouvait pas être pire que celle de quitter le manoir. Parce que oui, la décision de quitter sa douce maison avait vraiment été à ses risques et périls et c'était encore le cas en ce jour.
Elle marcha donc après lui, oubliant presque la douleur de ses jambes. Presque.

"Et pour tout l'amour du monde, arrête de me vouvoyer. J'suis pas un des ces péteux de princes ou je ne sais quoi. Appelle moi Andrew ça sera plus simple pour nous deux."

Gretel s'arrêta brusquement et écarquilla les yeux. Il semblait énerver. C'était bien la première fois qu'elle voyait quelqu'un s'énerver parce qu'on le vouvoyait... En plus, sa façon de tourner sa "requête" était plutôt vulgaire. Une chose était sûre, il n'était vraiment pas un de ces péteux de princes dont il parlait.
Un léger sourire étira ses lèvres puis son thorax eut un léger mouvement avant qu'un rire étouffé ne s'échappe de ses lèvres. Rire qui ne fut pas étouffé plus longtemps puisque la voix cristalline de Gretel retentit dans le sentier. Elle riait. Ca faisait un bout de temps qu'elle n'avait pas ri. Bon Dieu que cela faisait du bien ! La main devant sa bouche, elle rigola bien une trentaine de secondes avant de se reprendre et de cesser de rire. Cependant, un beau et grand sourire tout ce qu'il y avait vraiment de naturel et spontané resta plaqué sur son visage. Ah... Là elle ne jouait pas la comédie.
Il fallait dire que malgré son apparence hostile, Andrew était un personnage plutôt comique. Enfin, il ne fallait pas qu'il le prenne mal ! Elle devrait commencer par s'excuser de s'être un tant soit peu moquer de lui...

"Pardon, veuillez m'excu... Hum. Excuse-moi. On ne m'avait jamais parlé ainsi, cela m'a surpris."

Il fallait qu'elle fasse attention. Mis à part son frère, elle avait toujours vouvoyé les gens, c'était une habitude qu'elle avait, il était difficile de s'en défaire. Une fois qu'elle connaîtrait mieux  Andrew, cela serait surement plus facile mais pour l'instant, elle allait devoir faire attention. Après, elle se l'avouait, quand elle était énervée, elle tutoyait très très facilement les gens mais comme ce n'était pas le cas actuellement...
Elle se remit à marcher, elle espérait qu'il n'allait pas mal le prendre, ce n'était pas son but. Et il n'y avait rien de mal à trouver quelqu'un comique, si ? Pour détourner un peu son attention, elle lança, un peu à tout hasard :

"Oh, d'ailleurs, il ne me semble pas que je me sois présentée. Je m'appelle Gretel !"

Oups. Cela lui avait échappé. Mais avait-elle raison de donner ainsi son vrai nom ? Et s'il faisait le rapprochement ? Et s'il changeait d'avis en la considérant tout à coup comme dangereuse ? Elle déglutit légèrement et souligna sa présentation d'un joli sourire innocent. Elle espérait qu'il n'y ferait pas attention... Sinon, c'était peut-être ses yeux à elle qui allaient finir rouge sanglant...
Balayant au loin cette idée, elle suivit Andrew qui commençait à s'enfoncer dans une forêt...


{Suite du rp~}



« Le cœur n'apprend que par la souffrance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-end.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: × Place-
Top-Sites


Merci ♥