Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 Legende sanglante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Date d'inscription : 30/09/2012
Messages : 20

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?:
Arme(s): des couteaux
Un petit mot ?:

MessageSujet: Legende sanglante   Mer 7 Nov 2012 - 0:29
Nom : Blood
Prénom :Barry
Surnom : Jack
Sexe : Masculin
Âge : 34
Origine : Angleterre, Londres.
Orientation Sexuelle : hétérosexuel

Physique :

Ces mains… elles sont tachées. Et ça ne va pas aller en s’arrangeant. Tachées de toutes les atrocités qu’il a commis. Il ne peut même plus les regarder ces mains. Ses ongles sont longs, la crasse y trouve refuge. De temps à autre, du sang vient s’y ajouter pour combler les endroits sans tache. De temps à autre. Souvent quand on y réfléchit. Si souvent qu’il ne peut plus les regarder ces mains. Il ne peut plus le regarder de ses yeux d’un marron banal. Mais si noirs au fond. Remplis de haine et d’idées sanguinaires. Ces yeux qui n’ont de cesse que de chercher sa prochaine victime. Le prochain porcin dont il prélèvera les entrailles. Ces yeux qui se plissent légèrement lorsqu’un sourire sadique vient décorer ses lèvres. Des lèvres gercées. Irritées. Il faut dire que le sang qui les macule lorsqu’il passe à l’acte a un pouvoir desséchant. Et du sang, lorsqu’il tue, il y en a partout. Sur son visage et sur son corps. Ce corps si laid. Fin. Maigre. On ne distingue presque plus la peau des os. Aucun muscle de vient dessiner les courbes que l’on attend pourtant chez un homme à cet âge-là. Seuls les tendons saillent sous son derme. Sa peau si tendu qu’à chaque crispation, elle s’étire, manquant de se déchirer. A chaque coup de rasoir qu’il donne, on peut la voir frémir, rougir non seulement du sang obtenu, mais aussi de plaisir. Un plaisir sauvage, bestial, inhumain.

Caractère :
Du sang. Voilà ce qui le motive. Le sang. Il en voue le culte. Sa folie l’a conduit à commettre des choses qu’un humain ordinaire n’aurait pas supporté. Il a pris autant de vie que le père lui-même dans un laps de temps identique. Cet homme est fou. Il ne sera prêt à mourir que lorsque sa soif de sang sera étanchée. Mais elle ne sera jamais étanchée. Lorsqu’il commet un meurtre, l’adrénaline, les derniers tremblements et râles de ses victimes, le sang coulant à travers les plaies béantes, tout cela lui procure un plaisir sans égal. Un plaisir qu’il veut renouveler encore, et encore. Il ne sera prêt à mourir que lorsqu’il ne lui restera plus qu’une seule personne à tuer : lui. En attendant, il cherche constamment des victimes qui pourraient lui procurer ce plaisir. Et si ces victimes peuvent avant lui procurer le plaisir de la chaire, il n’en est que plus heureux. Car cet homme est un pervers, qui sans scrupule, cherche à satisfaire ses futures victimes ainsi que sa propre personne, egocentrique qu’il est. Si l’on devait à présent résumer l’esprit de cet homme, trois mots suffiraient : fou, pervers, egocentrique. Si l’on devait le dessiner, ce serait alors un arbre mort dont les racines percent la terre afin de voler la vie qui l’entoure. Si l’on devait le gouter, ce serait un met acide qui taquine le bord des lèvres, et amer. Mais ce serait surtout un poison. Si l’on devait le toucher, on sentirait sous ses doigts des épines duveteuses rangées sans aucune cohérence. Et enfin, si l’on devait l’entendre, ce ne serait qu’une longue plainte déchirante ponctuées çà et là de mélopées de sirène, qui nous indiquerait que le bonheur éphémère que ressent cet homme lorsqu’il tue, ne lui suffit en fait jamais complètement.

Histoire :

Cet homme est né en 1854, à Londres à proximité de Buckingham palace un soir d’octobre. Le 5 pour être précis. Il pesait 2,7 kilogrammes et mesurait 61 centimètres. Un grand bébé assez frêle en somme. Rien d’extraordinaire. A ce moment-là, Barry est bel et bien un homme. Ses parents n’étaient ni riches ni pauvres. Rien de bien folichon à priori. Durant les 6 premières années de sa vie, Barry a grandi normalement. Ses parents avaient alors pris des précautions pour pouvoir l’envoyer à l’école. Et ce n’est toujours pas ici que le destin à décidé de s’amuser.

Pendant les années qui ont suivi, le jeune Barry fut quelqu’un d’intègre, à peine plus intelligent que la moyenne de l’époque, et bon élève. A 16 ans il décrocha un job de boucher et s’installa dans le quartier qu’il allait, à lui seul, rendre célèbre : White Chapel. Il côtoya beaucoup les couteaux et les ustensiles de boucher sans que cela ne déclenche quoi que ce soit. À ce moment-là, Barry était encore un homme.

Puis, à 21 ans, un client remarqua avec quelle dextérité il maniait les couteaux. Sitôt, il lui proposa un poste dans un cabinet de barbier. Ce poste était très bien payé et le travail était moins laborieux qu’à la boucherie. Et c’est là que tout commença. Un jour, un faux mouvement, une sorte de léger spasme, fit riper la lame du rasoir affleurant la peau d’un riche avocat. 8 millimètres. C’est la taille que fit l’entaille sur la joue gauche de cet homme. En colère, il refusa de payer et s’en alla sur le champs. Mais la goutte qui perlait alors au bout de l’outil comptait plus que tout pour Barry. A la rigueur, il se fichait de l’avocat. Cette goutte, c’était son fruit. Son œuvre. Une chose accidentelle et pourtant si parfaite. Tellement sphérique. Tellement rouge. Lorsqu’elle se détacha de la lame et atteignit le sol, quelque chose s’alluma en lui. Comme une étincelle sombre.

Du sang, il en avait déjà vu. Beaucoup à la boucherie. Mais les bêtes étaient déjà mortes, et ce n’était pas de son fait. Et cette simple goutte de sang, c’était ce qu’il avait accompli de plus parfait dans sa vie. Et elle s’était déjà coagulée à même le sol. Il voulait plus de ces gouttes. Il voulait en recréer. Au moins une. Celle-ci, il n’avait pas eu le temps de l’apprécier. A partir de ce moment-là, Barry est encore humain. Mais une étincelle le perverti et le rend moins Homme qu’avant.

Durant 13 mois, Barry se comporta normalement. Il ne fit que raser les clients. Aucune autre coupure ne fut à déplorer. Cependant, l’étincelle attendait. Dormante. Mais au bout de 11 mois, l’employeur de Barry vint le voir et lui proposa une promotion. Dans deux mois, s’il le voulait, il serait promu barbier chirurgien. Barry accepta la proposition sans hésiter et se mit à étudier l’anatomie humaine d’arrache-pied pour décrocher ce poste sans conditions. Il réussit le test avec brio et fit sa première opération sous les ordres d’un médecin. Et c’en fut fini de l’homme. A chaque coup de bistouri et de scalpel donné, l’étincelle grandissait, devenait énorme, gargantuesque, avalant toute trace d’émotion ou de sentiment dans le cœur de Barry. Chaque coup était son œuvre. Lorsque ce fut fini, l’étincelle était une supernovæ. L’homme n’était plus, le démon apparut.

Barry continua son métier de barbier chirurgien et sa vie normalement. Mais une nuit, alors qu’il rentrait dans son habitation de White Chapel, il ressentit un manque. Une sorte de vide, une envie. Le temps ne fut pas long avant qu’il n’identifia cette dépendance au sang. Il fallait qu’il fasse couler du sang. N’importe quel sang. N’importe où. Le premier sang versé gratuitement fut celui de Mary Ann Nichols. Le rasoir qu’il portait fut le pinceau d’un tableau sanglant. Il ne tua pas sa victime directement. Il se contenta de l’asphyxier jusqu’à l’évanouissement, puis lui ouvrit le thorax comme il l’avait si souvent fait ces dernières semaines. Puis, après avoir identifié les organes vitaux, il les sectionna et les posa à côté du corps. Rassasié, il s’en alla, maculé de sang, ne sachant pas si cette femme se réveillerai pour admirer quelques instant sa vie à ses côtés.

A partir de ce moment-là, tout alla très vite. Il tua ensuite plus de 11 femmes bien que Scotland yard ne lui en attribua officiellement que 5. Chacune, il prenait un soin particulier pour les tuer, ne commettant des meurtres qu’à retardement. De la même manière, chaque fois, il extrayait les organes vitaux et laissait sa victime, vivante à court terme. Il appréciait que son travail fut reconnu et également le surnom qu’on lui avait donné : Jack the Ripper.

Le 9 novembre 1888, sa dernière victime fut Mary Jane Kelly. Une de ses plus belles œuvres à ses yeux. Lorsque son labeur fut achevé, il s’empara d’un livre étrange posé sur une table de chevet. Le lendemain, la dernière victime connue de Jack fut retrouvée. Et on n’entendit alors plus parler de lui en Angleterre.



Détails pour nous

Groupe de Votre Personnage : Coquelicot

Une Demeure ? : anciennement White Chapel, maintenant, je erre pour trouver un refuge.

Un Rang Personnalisé ? :



Le forum & vous

Votre Prénom : hip hip hip...!
Votre Âge : 18ans.
Comment avez-vous connu le Forum ? : un ami proche Smile
Qu'en pensez vous ? : concept interessant
Que pensez vous du thème ? : juste excellent!
Des Suggestions ? : mmmmh... non!
Code : [Oulaoup !!!]
Quelques mots ? : cos(0)=1 et cos(180)=1. bizarre non?



Dernière édition par Barry Blood le Mer 7 Nov 2012 - 20:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar♤ Lady-killer ♡


Date d'inscription : 19/09/2009
Age : 23

Messages : 1009
Localisation : En vadrouille
Emploi/loisirs : Me cacher sous ton lit ♥
Humeur : Inconnue

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Grisélidis (conte)
Arme(s): Ma chère Anathème [Faux]
Un petit mot ?: Où elles sont mes brebis ?

MessageSujet: Re: Legende sanglante   Mer 7 Nov 2012 - 0:41
Super tout est bon pour moi !

Je te valide !

Bon jeu parmi nous ~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChamallow Sanguinolent


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 22

Messages : 1436
Localisation : Perdue en montagne
Emploi/loisirs : Cuisinière
Humeur : Envie de découvertes~

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel & Gretel
Arme(s): Un poignard et mon couteau de cuisine~
Un petit mot ?: Un cookie ? ♥

MessageSujet: Re: Legende sanglante   Mer 7 Nov 2012 - 10:34
Bienvenue parmi nous !
Amuse toi bien Very Happy



« Le cœur n'apprend que par la souffrance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-end.forums-actifs.com
avatarPestiferéPestiferé


Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 25

Messages : 387
Localisation : Quelque part entre ici et ailleurs mais pas là.
Emploi/loisirs : Serviteur de la belle Aurore Boréale
Humeur : Neutre

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Lecteur
Arme(s): Fils d'aciers
Un petit mot ?: Liberté

MessageSujet: Re: Legende sanglante   Mer 7 Nov 2012 - 16:21
Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPandora's Box


Date d'inscription : 30/10/2011
Messages : 72

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Lectrice
Arme(s):
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Legende sanglante   Mer 7 Nov 2012 - 20:08
Bienvenue parmi nous ! =D

Même si je doute que tes calculs sont relativement faux puisque cos(180)=-1... /pan/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 30/09/2012
Messages : 20

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?:
Arme(s): des couteaux
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Legende sanglante   Mer 7 Nov 2012 - 20:23
ah y est! j'ai modifié!
merci a tous pour cet accueil!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Legende sanglante   
Revenir en haut Aller en bas
 

Legende sanglante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: Hors-RPG :: • Fiches Validées :: Contes-
Top-Sites


Merci ♥