Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 The show must go on !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Vicieux et tout Puissant~


Date d'inscription : 05/11/2009
Messages : 293

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?:
Arme(s):
Un petit mot ?:

MessageSujet: The show must go on !    Sam 1 Juin 2013 - 23:59
Cela faisait une éternité, dans cette grotte, au fond de la mine. Le premier mois lui parut délicieux, plein de hargne et d’exaltation. Mais l’attente mes chers amis, l’attente la rongeait petit à petit. Elle entendait le murmure de tous ces merveilleux enfants, des paroles qui au fur et à mesure, s’échauffaient dans la nuit. Les ombres s’impatientaient. Certaines c’étaient même éteintes, comme une petite bougie, victime de la sottise d’humains qui pensaient échapper à ce cauchemar en se tuant. Mais l’obscur n’était plus de saison, le règne de la lumière était sur le point de commencer. Plus personne n’avait besoin de ces petits bout de cires et les habitants de Queer Tales y voyaient clair à présent. Il était temps d’agir. Temps, pour eux, de se débarrasser de ces ombres qui gâchaient leur quotidien. Mais ces dernières pouvaient dire de même. Elles aussi étaient décidées à en découdre !

La reine des ombres, dans son impatience, avait recontacté cet étourdi de Marchand de sable qui était en retard vis-à-vis du déroulement des opérations. Elle espérait pour lui qu’il fut fin prêt, après le délai qu’elle lui avait laissé. Des pas résonnèrent. La reine de la nuit eu le réflexe très primaire de se mettre sur la défensive. Ses très long cheveux auburn traînaient sur le sol et se mélangeaient à la robe fade et terne qu’elle avait revêtue. Son manteau même, ou plutôt sa cape, l’enrobait si bien, que l’on aurait pu croire qu’il s’agissait d’un tas de charbon posé dans un coin, un charbon menaçant. En effet l’humidité de la cavité rendait le manteau scintillant, épais et lourd, parmi les quelques reflets de lumières divulgués par une torche approchante. Ses pupilles complètement rouges se rétractèrent légèrement en apercevant le début des flammes dansantes et ses lèvres humides s’entrouvrirent légèrement dans un sourire moqueur et ravi à la fois.

Le seul habitant qui serait épargné allait faire son entrée dans un instant. Le marchand de sable apparaissait désormais à l’ombre.

- Holaaa !

Joyeux, énergique, il détonnait complètement de l’ambiance lugubre. Malgré son attitude enjouée, son apparence était le contraste vivant de sa personnalité. De longs cheveux gris, des ongles noirs pointus, des yeux gris brillants et un corps élancé, mobile, prêt à se faufiler n’importe où. Il reprit de plus belle :

- Vous en faites une tête. Si vous pensez trop, vous courrez à votre perte!

La reine, prénommée modestement Adèle comme son ancienne propriétaire, ne semblait pas pourtant être en train de penser d’une façon particulièrement sérieuse. C’était surement un simple effet de style voulu par le marchand.

- Vous êtes en retard…, commença-t-elle sèchement laissant la fin de sa phrase en suspend. De plusieurs mois.
- Ah? Ce n'est pas comme si nous avions l'éternité devant nous, non..?

Il ne semblait pas avoir remarqué le regard furieux de la reine. Il était si vieux qu’il était indécent de dire son âge. De ce fait, il n’était plus pressé depuis des lustres et ne comprenait pas la notion d’impatience. La demoiselle n’était pas de cet avis et s’élança vers ce qu’elle considérait comme un petit farceur impertinent.

- Marchand, ces humains ne sont pas idiots, mais presque. Plus l'attente est longue et plus ils risquent de nous nuire.

Sa voix caressante se transforma en un rasoir tranchant :

- Il faut accélérer nos plans, les mettre de suite à exécution !
- Je vous ai dit cent fois que je m'appelais Igor, dit-il toujours aussi calme malgré l’excitation de son interlocutrice. C'est peut-être laid, mais il ne faut pas blâmer ma pauvre mère pour son manque d'imagination !
- Je préférerais autant que l'on en reste à une relation strictement professionnelle... marchand, répondit-elle avec lenteur et une grimace.

Quel mauvais caractère, pensa Igor. Il décida de l’ignorer ; il n’y avait que cela à faire, de toute façon. Il enleva son chapeau pointu de sa tête et quelques grains de sable en tombèrent.

- Enfin… Commençons dès ce soir, alors ? Vous êtres si pressée. Vos troupes sont prêtes ?
- Les miennes le sont toujours, mais quant à vous...vos rêves sont-ils à la hauteur de mes attentes ?

Elle avait commencé à tourner autour de lui comme si elle lui cherchait une faille. Presque outré qu’on remit ses compétences en doute, Igor répondit avec une certaine fierté :

- Mes bébés sont les rêves les plus élégants, les plus profonds et reposants que l'on a jamais connu. Je suis le marchand de sable, non? Si jamais le rêveur venait à perdre son duel contre son propre cauchemar, il ne se réveillera jamais. Ce rêve-ci sera tout à fait particulier. Exceptionnel !

Exalté par sa propre magie, il arborait un large sourire ravi.

- Vos collègues seront libres de prendre le corps du rêveur éternel une fois que ce dernier aura perdu la bataille !

A force de tourner autour de lui, elle commençait à lui donner le tournis ! La reine était perdue dans ses pensées. Le marchand sable attendait patiemment qu’elle daigna répondre. Adèle se demandait si elle pouvait définitivement croire ce personnage fantasque et fou. Il fallait l’être, pour s’associer volontairement à elle ! N’était-ce pas lui qui était venu la trouver pour lui proposer son aide ? Sans rien demander, sans rien attendre en retour. Simplement parce que son projet semblait « intéressant ».

- Hmmm... Il serait idiot que je me mette à douter de vous maintenant, vous avez raison, conclut-elle enfin.

Furtivement, elle enlaça par derrière le grand dadais qui semblait un peu gauche. Ses petits doigts serrèrent le cou de l’homme, comme si cela pouvait l’impressionner.

- Je vous estime assez pour croire que vous ne me jouerez pas de mauvais tour... Personne ne peux échapper à son ombre...même pas vous.

Elle semblait satisfaite. Igor se demandait pourquoi tant de méfiance. Les filles, s’étaient compliquées. Les ombres, on en parlait même pas !

- Vous êtes bien nerveuse, dit-il en repoussant ses mains sans façons. Je vous rends service sans rien demander en échange, et voilà comment vous me traitez! Les ombres ont une drôle de façon de remercier ceux envers qui elles sont redevables! C'est fâcheux !

Malgré tout, il ne semblait pas fâché le moins du monde. Il ne se souvenait même plus de pourquoi il avait dit ça. Mais la reine, elle, s’en souvenait très bien ! Elle n’aima pas la répartie de son compère et ses veines battaient plus forts à ses tempes.

- Je vous offre déjà l'honneur d'être le plus grand prestidigitateur de l'ère à venir, d'être l’acolyte du saveur de tout un peuple opprimé. Il me semble que cela flatte assez votre ego… piqua-t-elle avec un rictus disproportionné. Je ne m'assure que de votre sincérité à notre égard.

Elle recula, laissant sa traîne émettre un léger frottement tandis qu'elle emportait les petits grains de sable précédemment tombés. S’éloignant de la torche, elle se dirigea de nouveau vers les ténèbres de la grotte, et disparue avec elles. Seul l’écho de sa voix attestait qu’elle était encore là jusqu’à peu :

- Ce soir est une très bonne idée, nous vous attendrons.

Elle était partie sans attendre la réponse. Le marchand de sable gonfla ses joues tant il était offusqué par sa conduite.

- Ombre ou pas, les femmes sont bien trop agaçantes !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

The show must go on !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: × Mine :: × Centre de la Mine-
Top-Sites


Merci ♥