Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 Un bien beau campement... [Pv Myia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatarChasseur à l’affût. Méfiez-vous, petites proies…


Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 25

Messages : 114
Localisation : Regarde au dessus de toi
Humeur : Chasseresse

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Le Chasseur de Blanche-Neige
Arme(s): Arc et poignard
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Dim 11 Mai 2014 - 17:43
Au moment où je lui posais la question, je pus voir qu’elle ne s’y attendait pas vraiment. Elle se mit à chercher ce qu’il pouvait y avoir de particulier dans ce lieu pour que je me donne la peine de lui demander. Elle observait tous les détails qu’elle voyait. Bien sur il y avait tellement plus, Yui passait son regard sur une écorce d’un arbre sans voir la colonne de fourmis qui faisait son chemin, elle passait dans les branches sans voir les écureuils qui s’amusaient, elle regardait l’herbe verte sans voir les papillons qui voletaient d’une fleur à l’autre. Elle cherchait à regarder sans vraiment voir mais je ne pouvais l’en blâmer, il fallait beaucoup de temps, d’observation et de patience pour arriver à tout percevoir d’un seul regard. Et beaucoup de gens même avec l’entrainement approprié n’arrivait jamais à ce niveau. Non, je voulais simplement qu’elle trouve l’entrée du terrier des lapins. Une chose simple qui m’avait fait choisir cette clairière car ils étaient assez visibles et les racines des arbres alentours seraient parfaites pour poser un collet ou deux. La brunette passa plusieurs minutes à observer la clairière calme et silencieuse.

« Est-ce que c’est un terrier ? En dehors de ça, je n’ai rien vu, hormis la végétation. »

Comme je le pensais, elle s’était arrêtée au niveau de la végétation sans voir la vie qui grouillait entre les hautes herbes, les fleurs, les buissons et les grands arbres. Mais enfin, elle avait remarqué ce que je voulais, je n’allais pas lui en demander plus, ce serait injuste de ma part. Je ne pouvais pas attendre d’elle qu’elle me décrive très précisément chaque action de chaque être vivant de la clairière, sans oublier le jeu du vent et le chant de la forêt que peu savent entendre et qu’encore moins peuvent mettre en mots.

« C’est exact et c’est ce que vous deviez remarquer. »

Je fis demi-tour, m’enfonçant plus dans les bois afin de pouvoir faire un peu plus de bruit sans déranger les futures petites proies. Je sortis deux fines cordelettes de la sacoche qui pendait à ma ceinture et en tendit une à mon apprentie.

« Observez et reproduisez. »

Maniant la cordelette avec les marques de mes habitudes, je fis un nœud lâche en quelques mouvements rapides. Puis voyant qu’elle n’avait pas pu tout remarquer, je le défis avant de recommencer lentement. Une boucle, un bout qui passe dessous, des mouvements simples pour obtenir le nœud adéquat. Ils en existaient plusieurs sortes mais c’était celui que je trouvais le plus efficace pour faire un collet. Après lui avoir montré deux fois lentement, je me mis à l’observer attendant qu’elle répète mes gestes.


Hors rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPandora's Box


Date d'inscription : 30/10/2011
Messages : 72

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Lectrice
Arme(s):
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Dim 18 Mai 2014 - 23:00
Ce qu’elle devait remarquer seulement ? Y avait-il beaucoup d’autres choses à voir ? Des détails qui s’étaient effacés devant ses yeux ? Ce fut de cette manière que l’interpréta la japonaise, même si aucun reproche ne semblait teinter la voix de sa maitresse. Peut-être que l’observation serait à son programme plus tard, que ce n’était pas le bon moment... La chasseresse s’éloigna alors des lieux, sans un mot de plus. La Dragibus hésita un moment, se demandant si elle devait la suivre ou non. Elle n’avait rien dit de plus après avoir validé la réponse de son élève. D’un autre côté, en avait-elle réellement besoin ? Le cerveau de Yui se mit en marche pour assembler les pièces du puzzle. S’arrêter pour une mission d’observation, repérer le terrier... La phase suivante était-elle la traque ? Si tel était le cas, les consignes devaient être discrètes et donc... La jeune femme se mit en marche à la suite de Myia. Sans se précipiter malgré les quelques longueurs de retard qu’elle possédait. Il lui fallait essayer d’adopter l’allure de son mentor. Ce n’était certes pas dans ses consignes, mais se déplacer en silence était sans doute un potentiel requis pour de bonnes parties de chasse. Quel animal serait assez idiot pour se faire attraper par un être hostile et bruyant ?

Elle n’eut pas le temps de se pencher sur la question, à peine fut-elle arrivée à la hauteur de la chasseresse que celle-ci lui tendit une cordelette. Yui observa, interrogative, l’objet qui venait de lui être confié quand sa compagne prit la parole. Observer, comprendre et reproduire. C’était une méthode d’apprentissage des plus classiques. Seulement, la première tentative fut bien trop rapide et ses sourcils se froncèrent de concentration. Hésitants, ses doigts tentèrent en vain quelques gestes, mais sans grande réussite. Ce fut devant ce constat que la chasseresse les reprit un par un, avec lenteur. Cette fois, tout lui parut plus clair. L’assurance n’était pas encore là mais ses mains parvenaient à effectuer quelques mouvements similaires aux siens. Ce ne fut pourtant pas une réussite immédiate, au contraire. Le premier – trop serré ? – ne coulissait pas. Le deuxième, à l’inverse, se défit puisque bien trop souple. Si les gestes étaient bien ancrés dans son esprit, leur application ne se faisait pas de manière aussi aisée.

Finalement, ce fut qu’au bout du cinquième essai que le rendu lui parut correspondre à ce qu’avait fait Myia avant elle. En tout cas, le nœud avait une efficacité similaire, malgré son esthétique amoindrie. Satisfaite, Yui montra ce qu’elle avait fini par réaliser. Serait-ce suffisant pour parvenir aux fins de la chasseresse ? La seule façon de le savoir avec exactitude était de tenter l’expérience. Mais comment devait-elle le placer ? Comment cela fonctionnait ? Si le terme de collet ne lui était pas inconnu, sa construction et son placement, eux, l’étaient totalement. Son regard vide se posa donc dans celui de sa tutrice. Aucune parole ne vint sortir de sa bouche. Il n’y en avait nul besoin. La chasseresse avait dû voir que son enseignement avait fini par porter ses fruits. La Dragibus aurait certes pu poser une question, seulement ce n’était pas encore son tour. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était attendre qu’elle fasse le premier pas et la guide vers ce nouvel apprentissage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChasseur à l’affût. Méfiez-vous, petites proies…


Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 25

Messages : 114
Localisation : Regarde au dessus de toi
Humeur : Chasseresse

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Le Chasseur de Blanche-Neige
Arme(s): Arc et poignard
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Lun 19 Mai 2014 - 22:07
La voir se démener avec un bout de corde si fin était amusant. Cela me rappelait moi plus jeune quand mes parents tentaient de m’apprendre les mêmes étapes, les mêmes gestes. Sauf que j’étais beaucoup moins patiente et beaucoup moins calme que maintenant et cela menait toujours à des pleurs, des cris et des coups. Ce qui faisait beaucoup rire mes parents. Et voyait cette réaction de leur part, je me calmais immédiatement et je riais avec eux. Et je recommençais, c’est comme ça que j’ai fini par apprendre la patience et le calme. Ce qui me servit énormément par la suite. Notamment lors de l’apprentissage de mon art favori. Un léger sourire passa sur mes lèvres au souvenir de ce morceau d’enfance. Concentrée sur la jeune femme qui essayait de nouer cette cordelette pour faire un nœud coulissant efficace, je voyais encore les défauts d’une novice marquer ces gestes. Mais c’était normal, elle ne pouvait pas acquérir en moins d’une journée, un savoir peaufinée avec le nombre des années.

Finalement, elle réussit à obtenir un nœud correct. Elle me le montra toute fière, comme une petite fille montrant son plus beau dessin à ses parents. Je me contentais d’un simple hochement de tête. Son regard était rempli de mille questions silencieuses retenues par ses lèvres fines, selon les termes de notre arrangement. Il ne devait pas être facile pour elle de garder toutes ces questions, sa curiosité devait être piquée au vif plus d’une fois. Je fis un geste d’invitation à suivre mon exemple à Yui avant de m’accroupir. Mon doigt pointa les petites traces fraiches laissées par les lapins qui vivaient dans la clairière. Elles étaient discrètes mais en se concentrant surtout que je lui pointais exactement l’endroit, elle devrait être en mesure de les voir et de suivre le chemin qu’elles prenaient. Les traces faisaient une route entre la clairière et un ruisseau qui coulait un peu loin.


« C’est un point de passage, un point de repère. Ce grand arbre est pour eux une marque qui leur permet de retrouver leur chemin et donc ils passent souvent par ici, c’est un bon endroit pour le poser. Surtout que les buissons alentours abritent un élément essentiel. »

Je n’aimais pas particulièrement passer mon temps à parler, je me contentais donc de ces quelques mots pour pouvoir compléter mes dires avec des gestes. Je trouvais qu’il n’y avait pas meilleure méthode d’apprentissage, que de regarder et de refaire. Prenant appui sur ma cuisse, je me relevais pour sortir sans l’arracher l’une des branches les plus souples du buisson. Elle serait parfaite, je testais sa souplesse avant de faire un nœud au milieu de la branche avec la cordelette nouée. Je faisais chaque geste avec une lenteur exagérée pour que la petite Yui puisse bien voir sans que j’aie à le refaire plusieurs fois. Je courbais ensuite la branche pour en faire un pont au-dessus du point du passage que je lui avais indiqué. Une fois pliée, comme je le souhaitais, je la plantais dans le sol, où elle s’enfonça un peu trop facilement. La pluie avait ramolli le sol, ce n’était pas tellement une bonne chose pour ce genre de leçon mais bon ce devrait faire l’affaire. Du bout du pied, je ramenais une pierre suffisamment grosse. Je coinçais l’extrémité de la branche dessous. Cela faisait un pont sympathique d’où pendait la fine cordelette.

« Maintenant il suffit de s’armer de patience. Vous pouvez essayer si vous voulez. »

Je poussais la lourde pierre, ce qui eut pour effet de libérer la branche qui fouetta l’air pour se remettre presque droit, l’élan la fit revenir légèrement vers l’endroit de la pliure. Je l’attrapais au vol dans un claquement sec avant de détacher mon collet. Je tendis la branche souple à Yui afin de la laisser faire. Le temps qu’elle s’essaye à cette petite manipulation, il fallait que je trouve une branche plus épaisse. Je m’éloignais un peu, tout en restant à portée de vue, pas pour que je la surveille mais pour qu’elle ne panique pas en ne me voyant plus. Une fois, la branche idéale trouvée, je sortis mon poignard avant de la tailler. Je posais ensuite ma main sur le bois meurtri et chuchotait quelques mots. Je finalisais mon travail en la taillant à la forme que je souhaitais. La courbure devait être la plus lisse possible. Je retirais rapidement l’écorce avant de graver quelques motifs en arabesques pour lui donner un caractère plus particulier. Sur le manche, je gravais trois petites lettres avant de rejoindre Yui en cachant ce petit cadeau qui ferait l’objet de la leçon suivante.

« Savez-vous vous battre ? »

C’était l’une de mes questions et même si je savais sa réponse négative, je voulais qu’elle me le dise, les mots qu’elle emploierait me diront si elle souhaite apprendre où si cela ne l’intéressait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPandora's Box


Date d'inscription : 30/10/2011
Messages : 72

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Lectrice
Arme(s):
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Dim 25 Mai 2014 - 20:31
Suivre l’exemple, apprendre sa discrétion, ses gestes, pour espérer atteindre le même résultat. Son avancée dans les bois lui semblait déjà plus silencieuse que lors de leur première rencontre. Bien sûr, elle était encore bien loin des capacités de son mentor mais cela lui paraissait normal. Il lui faudrait des années et des années avant d’y parvenir. Et encore, pendant cette longue période, la chasseresse continuerait aussi d’améliorer ses aptitudes à la survie, ce qui l’empêchera de la rattraper rapidement. Observant attentivement chacun des gestes de la Réglisse, Yui vint se positionner près d’elle. Ses yeux mirent un moment avant de percevoir réellement ce qui lui était désigné. Les empreintes, peu profondes, indiquaient que les lapins passaient fréquemment ici, ce que lui confirma Myia. Il ne restait apparemment qu’à poser le piège désormais. A l’aide d’un buisson ? La Dragibus était une nouvelle fois interrogative, ne parvenant pas réellement à imaginer la manière de procéder. Son ignorance fut rapidement comblée par sa compagne qui une nouvelle fois, par des gestes simples, lui montra la façon de s’y prendre.

Elle enregistra tout, telle une éponge, avant que la conclusion ne tombe. Attendre, voilà tout ce qui restait à faire une fois le collet mis en place... Mais avant cela, mettre en place sa propre cordelette. La chasseresse lui céda donc la place en activant son piège. La rapidité avec laquelle la branche se redressa pour retrouver sa place dans son buisson la surprit. Les lapins n’avaient aucune chance de s’échapper s’ils faisaient un faux pas. Mais c’était une bonne chose pour son estomac. Agrémenter son repas d’un peu de viandes était toujours agréable. Seulement, pour commencer, il lui fallait réussir à reproduire ce qu’elle venait de voir et une nouvelle fois, la théorie se révéla bien plus simple que la pratique. La japonaise avait l’impression que ses mains fines ne possédaient pas la souplesse de celles de son ainée, leur précision. Pourtant, encore une fois, après quelques essais, le résultat lui parut acceptable, pas parfait, non, loin de là, mais c’était un bon début.

Ce ne fut qu’en relevant la tête de son atelier que la jeune fille remarqua l’absence de la chasseresse. Enfin, ce n’était qu’un simple éloignement qui prenait déjà fin. Lorsqu’elle fut de nouveau à distance, Yui pointa son doigt vers le collet qu’elle venait d’installer. Comme à son habitude, semblait-il du point de vue de la Dragibus, Myia ne fit qu’opiner pour signifier sa satisfaction. Le mot était peut-être un peu fort pour qualifier le sentiment de la chasseresse, mais c’était ce que se disait son élève. Passant rapidement d’un cours à l’autre, sa compagne passa à autre chose. Ne sachant pas à quoi s’attendre depuis le début de son enseignement, la japonaise fut surprise par la question qui lui était posée. Se battre ? Cette idée ne lui était jamais vraiment passée par la tête. Si elle pouvait éviter ces actions, elle ne s’en privait pas. D’un autre côté, apprendre à se défendre ne lui paraissait pas être une mauvaise idée. Qu’importait le fait qu’elle n’avait aucune envie de mettre ce genre d’acquis en pratique, les habitants de ce monde ne lui en laisseraient peut-être pas le choix. Elle secoua donc lentement la tête.

« Non, je n’en jamais eu l’occasion. Est-ce important pour survivre ? »

Ce n’était toujours pas son tour de questionner, toutefois, c’était un renseignement qui lui semblait important, non pas pour satisfaire sa curiosité, mais pour mieux comprendre son apprentissage. La réponse lui semblait assez logique. Malgré son passé vierge de ces affrontements, elle n’ignorait pas que savoir se protéger et user de la violence pouvaient se révéler de fidèles alliés pour avancer. Avait-elle envie de les avoir à ses côtés ? Elle n’en était pas certaine. Si la chasseresse décidait de le lui enseigner, Yui continuerait de s’imprégner de ses connaissances. Si ce n’était pas le cas, elle n’y verrait pas d’inconvénients non plus. Facile à modeler ? Oui, elle l’était, mais il ne fallait pas s’y tromper pour autant, tout ne pouvait pas lui être "imposé". La Dragibus parvenait à faire la différence entre ceux qui lui voulaient du bien et ceux qui cherchaient à lui nuire. C’était sans doute là le secret de sa capacité à survivre jusqu’à présent. Ne pas tomber dans les pièges de la vie, avancer, et comprendre ce monde étrange qu’était Queer Tales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChasseur à l’affût. Méfiez-vous, petites proies…


Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 25

Messages : 114
Localisation : Regarde au dessus de toi
Humeur : Chasseresse

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Le Chasseur de Blanche-Neige
Arme(s): Arc et poignard
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Lun 26 Mai 2014 - 20:41
« Non, je n’en jamais eu l’occasion. Est-ce important pour survivre ? »

Encore une réponse si particulière dont elle avait le secret. J’avais posé cette question pour voir si elle souhaitait l’apprendre ou non et voilà que je me retrouvais avec une telle réponse. C’est comme si elle me laissait choisir si elle avait besoin de l’apprendre ou non. La réponse que je donnerais à sa demande influencerait sa réaction et sa volonté de se battre. Un oui et elle s’impliquerait beaucoup dans ce cours, un non et il perdrait tout intérêt, même si je ne doutais pas de son écoute attentive dans un cas comme dans l’autre.

« Quelques fois. On va dire que je vais vous montrer à vous servir d’une arme qui est plus utile que les autres pour survivre. »

Je lui fis signe de me suivre, ce qu’elle fit docilement et tandis que je la menais sur un champ de tir acceptable, sur le chemin, je cueillais quelques fleurs colorées. Une grande clairière s’ouvrit alors face à nous. La cascade la rendait fraiche et agréable. L’idéal pour cette activité que j’appréciais plus que tout. J’avais gardé secret pour l’instant, le secret de cette nouvelle leçon même si je pensais qu’elle l’avait devinée. Elle venait de marcher face à lui, mon arc blanc, ce qui était suffisant pour la mettre sur la piste. Je lui tendis l’arc que je venais dans une branche. Il était simple, léger et facile à bander, il serait parfait pour elle. C’est presque avec un peu trop de cérémonie que je lui confiais l’arme. Le temps qu’elle se familiarise avec ce nouvel instrument à une corde, je me dirigeais vers l’autre bout de la clairière. Un vieil arbre à l’écorce abimé étendait ses ramures éparses au-dessus de l’herbe verte. Il serait parfait. Je tressais les fleurs pour en faire des cercles concentriques qui portaient différentes couleurs, j’avais entendu dire que cela se faisait beaucoup dans le monde d’où elle venait.

En partant de l’arbre, je fis dix pas, mes longues jambes suffisaient à ce que cela fasse dix bons mètres. Je lui fis signe de passer sur ma droite pour mieux observer, les gestes que je faisais. Je sortis mon arc de bois blanc, avec des gestes exagérément lents, j’encochais la flèche aux plumes de corbeau. Ma main attrapa délicatement la corde et s’approcha jusqu’à ce que le bout de mes doigts effleure ma joue. Mon pouce passa sous mon menton et la flèche partit dans un sifflement qui n’appartenait qu’à elle et alla se planter dans le cercle rose en plein milieu de mon tressage. Ma main s’était échappée vers l’arrière avant de retrouver sa position au dessus de mon carquois qui pendait à ma cuisse. Mon mouvement avait été fait sans à-coup, dans un geste fluide, tellement et tellement refait qu’il m’était naturel. Grisée par cette sensation, je ne pus m’empêcher d’en tirer une autre. Mais cette fois-ci, la lenteur que j’avais prise disparut pour ne laisser place qu’à l’art dans lequel j’excellais. Une seconde, c’est le temps qu’il me fallut pour encocher la flèche, l’amener au coin de mes lèvres et la laisser filer. Elle vient tout naturellement prendre sa place juste à côté de l’autre. Je partis les récupérer et retournais vers mon élève.


« Vous voulez poser une question sur un autre sujet avant de commencer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPandora's Box


Date d'inscription : 30/10/2011
Messages : 72

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Lectrice
Arme(s):
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Mar 15 Juil 2014 - 15:27
La jeune fille trouvait toujours intéressant de voir l’impact de diverses paroles sur un individu. La chasseresse ne réagissait pas physiquement par l’étonnement ou la surprise, c’était ses paroles qui paraissaient la trahir. Une simple impression peut-être, mais comment avoir la moindre certitude avec Myia ? La Réglisse était une véritable énigme pour la japonaise. Chacune de ses réactions semblaient modérées. Aucun excès et ses sentiments, si Yui était persuadée qu’ils existaient, n’affleuraient pas ses traits comme immunisés contre les changements. La jeune fille hocha donc simplement la tête en écoutant son mentor. Pas de leçons de combat pour le moment donc, juste l’apprentissage sur une arme. De quel genre ? Elle l’ignorait, mais la suivit docilement pour en savoir davantage. En observant son professeur, ses idées commencèrent à s’emboiter pour former une réponse sous la forme d’un arc blanc. Comment n’y avait-elle pas prêté attention plus tôt ? L’évidence se déduisait parfois plus difficilement que le reste... Ce n’était pas encore une certitude, la dague pendant à sa cuisse pouvait aussi constituer l’objet d’une leçon. Seulement, le lieu choisi pour faire escale semblait fait spécialement pour le tir. Il fallait certes de l’espace pour faire siffler des lames effilées, mais peut-être pas autant que pour faire fuser les traits.

Mais au lieu de se concentrer sur cette prochaine étape dans son instruction, la Dragibus observa les environs. Ici, la Nature était luxuriante. L’herbe recouvrait chaque parcelle du sol et par endroit, des fleurs montaient plus haut pour apporter leurs couleurs à cet univers monochrome. Une cascade s’écoulait dans un coin, laissant planer sur les lieux de petites particules d’eau qui venait rafraichir les deux femmes telle une brume matinale. Et finalement, comme le point d’orgue à cette harmonie, un arbre à l’âge avancé trônait au centre de la clairière, laissant une ombre reposante planer autour de lui. Y avait-il de la vie ? Si tel était le cas, la japonaise n’était pas parvenue à l’apercevoir. Mais ce n’était déjà plus le temps des observations, son mentor lui tendait l’arme qu’elle tenterait de lui enseigner. Ses mains caressèrent le bois, passant doucement sur les lettres gravées. C’était la première fois qu’un tel outil de mort était posé entre ses mains. La théorie, elle la connaissait, tirer sur la corde une fois la flèche encochée et lâcher. Cela semblait simple expliqué ainsi, mais elle doutait que la pratique le soit réellement.

Tandis qu’elle essayait de bander l’arme, à vide, son regard se posait sur Myia qui ramassait et tressait les fleurs de la prairie. Son travail finit par former plusieurs cercles concentriques dont les couleurs variaient, lui rappelant les cibles que fabriquaient les occidentaux. Etait-ce la façon de faire à Queer Tales ou bien s’adaptait-elle à son public ? Yui n’aurait su le déterminer sans le demander, mais cela n’avait pas de véritable importance. Aucune de ces possibilités de la rendrait particulièrement heureuse ou triste, ça lui était égal, le principal étant ailleurs.

Ce fut alors le temps de la pratique. La Dragibus vint se placer là où elle lui avait indiqué et ses yeux se fixèrent sur la Chasseresse. Encocher la flèche, Amener la corde jusqu’à sa joue. Lâcher. C’était exactement ce qu’elle aurait fait, mais sa précision et sa rapidité en moins. Entraînement, entraînement et surtout, entraînement ! La japonaise le pressentait, c’était le seul moyen d’atteindre un tel niveau. Elle ne bougea pas, essayant de repasser dans son esprit les gestes de son mentor avec une lenteur encore plus marquée. Copier, s’approprier les mouvements pour parvenir à les maitriser aussi bien. Une utopie à l’heure actuelle, mais sur le long terme, tout était possible. Son film mental s’arrêta brusquement lorsque les paroles de Myia vinrent frapper ses oreilles. Une question ? Son tour était déjà revenu ?

« Oui, si c’est à moi... »

La jeune fille laissa planer un silence, cherchant les bons mots pour formuler sa prochaine interrogation. Cela ne dura pas longtemps, il n’y avait pas de moyen de les adoucir.

« Devez-vous parfois agir contre vos principes ou votre volonté ? »

Ce n’était pas une critique ou une insinuation quant à sa loyauté et la Dragibus espérait que sa professeure le comprendrait. Pour elle, c’était seulement une façon de comprendre, de voir si un poids pouvait peser sur les épaules de la Réglisse sans qu’elle ne se l’avoue. Sans attendre la réponse, Yui se plaça sur le pas de tir, face à la cible, attendant les prochaines instructions et le trait nécessaire à l’exercice, si celui-ci commençait directement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChasseur à l’affût. Méfiez-vous, petites proies…


Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 25

Messages : 114
Localisation : Regarde au dessus de toi
Humeur : Chasseresse

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Le Chasseur de Blanche-Neige
Arme(s): Arc et poignard
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Jeu 17 Juil 2014 - 23:16
Tirer un trait de mon arc était pour moi un grand plaisir doublé d’une satisfaction tout aussi grande, je ne manquais jamais ma cible. Je sentais le regard attentif de la Dragibus sur chacun de mes gestes qu’ils soient lents ou rapides. Elle devait savoir comment faire, au moins dans la théorie car d’aussi loin que je me souvienne, les Lecteurs utilisent l’arc depuis bien longtemps et même s’ils n’ont jamais eu l’occasion d’en tenir, ils savent au moins à quoi ça ressemble et la manière grossière dont cela s’utilise. De plus, je l’avais vu du coin de l’œil alors que je tressais la cible, à essayer de bander l’arc.

Alors que je faisais les dix pas qui me séparaient de la cible, la brune ne bougeait pas, concentrée sur les mouvements qu’elle avait vus, tâchant surement de savoir comment mettre en pratique ce savoir théorique. J’interrompais ces réflexions en lui proposant de me poser une question, elle devait en avoir beaucoup et même si j’avais muselée sa curiosité, cela ne voulait pas dire qu’elle était inexistante.


« Oui, si c’est à moi... »


Je ne savais pas que j’avais instauré un ordre et un tour de questions mais dans la tête de la jeune femme ça c’était surement enregistrer ainsi. Ce n’était pas plus mal. Elle n’osera pas demander quelque chose tant que je ne lui aurais pas démontrer par un moyen quelconque que c’était son tour. Une ride soucieuse vint se dessiner sur son front, elle devait chercher la bonne question. J’en autorisais si peu que si elle voulait les bonnes réponses, il ne fallait pas qu’elle se trompe dans sa formulation. Je hochais la tête et l’invitais à prendre place sur le pas de tir, d’où j’avais tirer mes deux flèches.

« Devez-vous parfois agir contre vos principes ou votre volonté ? »


C’était une question bien tournée même si elle aurait pu me vexer. Cela pouvait sous-entendre que je n’étais pas en accord avec ma Reine ou que j’agissais sous la contrainte et que je ne désirais qu’une chose quitter les services de Nivis. Mais je voyais bien que ce n’étais pas où elle voulait en venir et notre négociation de cet arrangement me revint en mémoire, elle cherchait un moyen détourné de savoir si j’avais un quelconque problème de conscience. C’était finement joué je devais le reconnaitre mais elle cherchait en vain. J’orientais son bassin pour le mettre face à moi, je lui pris les mains et lui faisais faire le mouvement doucement à vide comme si elle tirait une flèche invisible. Pour moi, cela aurait me sembler étrange mais j’avais déjà tiré dans des positions bien plus délicates que celle-là. Je reculais d’u pas pour lui laisser reproduire le mouvement. J’observais ses mains, ses bras avant de me décider à répondre.


« Ma volonté est flexible et soumise à celle de ma Reine. Mes principes m’ont été appris dans ceux du trône de Nivis donc non, je n’agis jamais contre mes principes ou ma volonté. »


Je rectifiais sa pose puis étant assez satisfaite, je lui tendis une flèche à la plume noire. Je lui montrais comment la positionner le long de l’arc de bois. Je n’avais juste pas pensé que me flèche était trop longue pour elle. Ce n’est que quand elle bandit l’arc que je me rendis de al différence qu’il pouvait y avoir.

« Lâchez sinon la flèche ne partira jamais et vous vous fatiguerez. Vers l’arrière. »

Ce premier tir n’était pas parfait mais au moins il était tiré. La théorie n’était plus si abstraite, elle pouvait mettre des sensations sur ses mouvements. Je lui tendis une autre flèche et passait derrière elle.

« Ce n’est pas le poignet qui bouge. »

La flèche encoché, je tirais en la tenant. Mes mains sur les siennes tirèrent la corde jusqu’à l’amener au coin de sa lèvre avant de lâcher la corde qui envoya le trait dans la cible.

« Passez, derrière moi, vous devez sentir mon geste quand je lâche la flèche. Posez vos mains sur mon dos. »

Je repris mon arc et sortit un nouveau trait du carquois, j’encochais la flèche. Et alors que je bandais l’arc, mes omoplates se rapprochaient, c’était ça que je voulais faire sentir à Yui. C’est quelque chose qui n’est pas facilement imaginable et encore moins réalisable tant que l’on ne la pas senti au moins une fois. Je repassais l’arc sur mon épaule avant de lui expliquer un détail important.

« Vous avez senti ? Ce n’est pas mon poignet qui a bougé, c’est mon omoplate. Le poignet doit être le plus flexible possible, dès qu’il est tendu, la flèche fait ce qu’elle veut. »

Je parti chercher les flèches tirées, le temps qu’elle se remette en position de tir. Une nouvelle flèche et un nouveau tir. Toujours recommencer le même geste jusqu’à ce qu’il soit parfaitement naturel.

« Et vous, avez-vous déjà été forcée à faire quelque chose contre votre volonté ? »

Je n’arrivais pas à m’imaginer que l’on puisse laisser faire une telle chose. Mais je savais pourtant que certaines personnes le faisaient. Soit elles se forçaient elles-mêmes à agir, soit on les forçait. Mais le résultat était le même, la personne faisait quelque chose qu’elle n’avait pas envie. Ce sont vraiment des êtres faibles sans aucun caractères qui peuvent laisser faire de telles choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPandora's Box


Date d'inscription : 30/10/2011
Messages : 72

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Lectrice
Arme(s):
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Mer 20 Aoû 2014 - 11:57
C’était une réponse étrange que lui faisait son mentor. Yui s’était attendu à voir sa question éludée -voire à un mensonge même si cela lui paraissait peu probable - mais certainement pas à ces paroles. Pour la japonaise, cette manière de présenter les choses revenait à déclarer que ses principes ne lui étaient pas propres, tout comme sa volonté... Ces opinions lui venaient directement de ceux qui la dirigeaient, comment pouvait-elle faire autrement que les approuver ? C’était comme certaines armées. Obéir aux ordres sans poser de questions puisque c’était la volonté d’un supérieur. Désobéir était une voie tracée vers le tombeau ou peut-être pire... D’ailleurs, dans son pays, cette simple rébellion ne pouvait mener très loin, le déshonneur les envoyant directement dans la tombe après s’être déchiré l’abdomen à l’aide d’un tantō... Pour les hommes en tout cas, mais les femmes ne vivaient guère plus dans ces situations. Ce n’était simplement pas en s’éventrant, mais en s’égorgeant qu’elles terminaient leur existence. A cette pensée, la Dragibus grimaça légèrement. Il ne lui fallut qu’une seconde pour retrouver le sourire en acceptant la flèche qui lui était donnée, mais les images des morts restaient présentes. Malgré cela, elle reproduisit les gestes vue plus tôt, bandant l’arc du peu de force qu’elle possédait sans parvenir à un résultat similaire à celui de son mentor. Etait-ce sa préoccupation ? Ou autre chose ? Sans vraiment savoir, elle hésitait, flèche encochée, muscles tendus jusqu’à ce que Myia lui dise de lâcher.

Sans plus réfléchir, ses doigts libérèrent la corde. Aussitôt, le trait à l’empennage de jais partit, sans grande précision, mais il sembla, avec lui, emporter ses idées noires. Rassérénée par cette sensation de légèreté l’habitant soudainement, comme si le tir l’avait vidée, Yui se laissa manipuler par la Chasseresse telle une marionnette. Cela paraissait étrange de se trouver à une telle proximité avec un être dans Queer Tales, sans se sentir menacée. Elle ne doutait pas de pouvoir disparaitre à tout moment si son mentor en décidait ainsi, mais à quoi bon s’en inquiéter ? Si c’était là l’objectif de la Réglisse, alors cela serait déjà réglé. De toute façon, le moment n’était pas aux doutes et elle revint fixer son attention sur ses mouvements jusqu’à l’écartement de ses doigts. Cette fois, le projectile vint se ficher dans la cible. Un sourire de petite fille se peignit sur les traits de la Dragibus. Ce n’était certes pas de son fait que le tir avait fait mouche, mais c’était agréable de réussir à atteindre son objectif. Mais là ne s’arrêtait pas la leçon ! La chasseresse était une professeure consciencieuse et semblait vouloir la voir réussir d’elle-même.

Sans poser de question, Yui se plaça donc derrière elle pour poser ses mains contre son dos. C’était une nouvelle fois une situation originale. Peu de personnes devaient avoir eu l’occasion de se positionner ainsi par rapport à la Réglisse sans en subir les conséquences. Elle se sentait honorée d’être ainsi traitée. De la confiance ? Ce n’était peut-être pas le mot exact, mais cela devait s’en approcher. Même si celle-ci était sans doute due au fait que la japonaise ne représentait pas de véritable danger pour son mentor, celui-ci pouvant la réduire à néant en un geste ou deux... L’arc fut une nouvelle fois armée et bandée avec une certaine rapidité et la flèche vint rejoindre la dernière dans la cible. Pendant ce temps, la Dragibus était restée impassible mais une fois l’action terminée, une pointe d’étonnement s’était dessiné sur son visage. Sans qu’elle-même ne fasse le moindre mouvement, ses mains s’étaient rapprochées. Elle acquiesça donc à sa question et se remit en position le temps que Myia récupère l’ensemble des traits tirés. Lorsqu’elle revint, l’exercice reprit aussitôt.

Flèches après flèches, répétition qui amenait vers l’automatisme. Celui-ci n’était pas toujours bienveillant, mais pour une telle action, ne plus réfléchir permettait d’éviter les blocages. Il lui sembla même que sa précision s’en trouva accrue. Sans pensées parasites, viser lui semblait un geste plus simple à réaliser. Combien de temps lâcha-t-elle ainsi traits après traits sans penser à autre chose que la cible ? Quelques minutes ? Une heure ? Plusieurs heures ? La Dragibus ne saurait le dire, même approximativement. C’était comme si son esprit volait ailleurs, dans un monde dont elle ignorait tout, tout en en connaissant les moindres détails. Finalement, ce fut la voix de la Chasseresse qui la fit quitter ce domaine pour rejoindre la réalité. Une nouvelle question, mais nécessitant cette fois des paroles pour répondre. Bien sûr, elle pourrait être laconique, mais le faire n’était, de son point de vue, que peu respectueux de ce qu’elle avait obtenu.

« Jamais dans ce monde... Par le passé, il arrivait toutefois que mes parents me poussent dans une voie et s’y refuser serait une insulte trop grande pour eux. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire... La mentalité de mon pays d’origine est très différente de celle qui règne à Queer Tales. Mais cela n’est peut-être pas chose intéressante pour vous à entendre ? »

La jeune femme posa un regard sur la chasseresse qui acquiesça simplement. C’était là le seul signal qu’elle attendait pour poursuivre. Pas besoin de grandes phrases pour si peu.

« Les désobéissances sont peu fréquentes là d’où je viens. Le respect est bien trop important et privilégié dans la vie de tous les jours. Aussi, même si cela ne me plaisait pas, je devais parfois faire ce qu’ils me demandaient, pour leur éviter la honte, leur en apportant déjà suffisamment comme ça. »

Cela pouvait paraître quelque peu mystérieux comme fin, mais Yui ne voulait pas vraiment en dire davantage pour le moment. Cela n’aurait pas de véritables intérêts dans la situation actuelle. Et peut-être que la leçon n’était pas encore terminée. Elle-même souhaitait encore continuer et, son intervention finie, la Dragibus encocha une nouvelle flèche qui atteignit une nouvelle fois la cible. Toutefois, le rond central lui semblait encore bien difficile à atteindre. Elle tira ainsi une dizaine de projectiles avant de les observer avec attention. C’était une chose de parvenir à utiliser un arc, et grâce à la Chasseresse, elle possédait le sien, mais pour les traits ? Ses bras retombèrent le long de ses hanches tandis qu’elle se tournait vers son mentor.

« J’ai encore une question... »

Sa voix alternait entre assurance et hésitation. Yui ne craignait pas d’être attaquée ou réprimandée, c’était plus une peur d’ennuyer ou cette angoisse qu’ont certains élèves à poser une question, parfois très intéressante, à leur professeur... Elle montra alors l’une des flèches fichée dans le bois avant de poursuivre.

« Comment sont-elles fabriquées ? Je veux dire, vous ne serez pas toujours là pour m’en prêter. »

Peut-être cette leçon faisait-elle déjà parti du programme de Myia, mais ignorant tout de ce qui l’attendait, la Dragibus ne pouvait que questionner. En regardant le ciel cependant, sa mine s’assombrit légèrement. Le soleil semblait déjà s’éloigner loin à l’ouest, dardant ses derniers rayons sur la forêt. Le ciel, lui, avait pris une teinte plus rouge et les ombres s’agrandissaient presque à vue d’œil.

« Mais ce n’est peut-être pas le moment d’y penser... » Ses yeux détaillèrent une nouvelle fois l’environnement qui l’entourait. De l’eau à proximité, de l’espace et le refuge des bois à portée, cela semblait presque parfait. « Camperons-nous ici cette nuit ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChasseur à l’affût. Méfiez-vous, petites proies…


Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 25

Messages : 114
Localisation : Regarde au dessus de toi
Humeur : Chasseresse

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Le Chasseur de Blanche-Neige
Arme(s): Arc et poignard
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Mer 20 Aoû 2014 - 21:31
Les gestes de Yui devenaient plus surs et plus précis au fil du temps qui passait. Elle avait compris la base du tir à l’arc, le reste venait avec l’entrainement. Alors que je lui avait répondu et renvoyé la question, je pris place sur un rocher non loin, le temps qu’elle s’entraine un peu. Assise ici, je préparais la suite. Nocturne trotta jusqu’à moi et je fouillais dans les sacs de selle. Malheureusement, je n’avais de lambeaux de cuirs pour faire ce que je voulais, seules quelques lanières étaient glissées dans mes sacoches. Cela pourrait peut-être suffir. La réponse de la japonaise finit par venir.

« Jamais dans ce monde... Par le passé, il arrivait toutefois que mes parents me poussent dans une voie et s’y refuser serait une insulte trop grande pour eux. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire... La mentalité de mon pays d’origine est très différente de celle qui règne à Queer Tales. Mais cela n’est peut-être pas chose intéressante pour vous à entendre ? »

J’étais ravie d’entendre qu’elle n’avait rien fait contre sa volonté à Queer Tales, cela voulait soit dire qu’elle était tombée sur les bonnes personnes, soit qu’elle était arrivée il n’y a pas longtemps mais elle semblait en savoir trop pour cela soit parce que depuis qu’elle est dans ce monde, elle ne s’est pas laissé marché sur les pieds. J’espérais que c’était cette dernière hypothèse mais je n’avais aucun moyen de le savoir sans lui demander, ce que je n’avais pas envie de faire. A côté de cela, elle m’avoua que dans son pays d’origine, il lui était arrivé de faire quelque chose contre ce qu’elle voulait. La mentalité de son pays semblait être son excuse à ce comportement et cela m’intéressait de savoir quelle mentalité pouvait bien pousser à cela. Je hochais donc la tête afin qu’elle se prenne la peine de développer.

« Les désobéissances sont peu fréquentes là d’où je viens. Le respect est bien trop important et privilégié dans la vie de tous les jours. Aussi, même si cela ne me plaisait pas, je devais parfois faire ce qu’ils me demandaient, pour leur éviter la honte, leur en apportant déjà suffisamment comme ça. »

Le respect était une valeur importante pour moi et je comprenais que la honte d’une désobéissance pouvait valoir un rejet de la société. Ce genre de société était typiquement le type dans lequel je pourrais vivre. Mais je ne voyais pas qu’est ce qui aurait pu déranger la jeune femme au point d’aller contre sa volonté mais je n’avais pas été à sa place. Et je me voyais mal insister sur ce point. Une fois sa réponse terminé avec toutes les informations que je souhaitais, je me retournais vers les buissons alentours afin de chercher ce dont je pourrais avoir besoin. Rien ne semblait convenir, c’est alors que je rappelais le serpent de ce matin. Cela suffira. Je ne l’avais pas trouvé dans mon sac de selle car il se trouvait dans la sacoche qui contenait mes prises. Je les différenciais pour éviter de salir par la terre, l’eau ou le sang mes affaires. Je découpais la peau du serpent à la taille que je souhaitais afin d’en tirer un cercle presque parfait de quelques centimètres  de diamètre. Alors que je finissais de tailler ce petit cercle de cuir, Yui m’interpella.

« J’ai encore une question... »

Je fis un geste pour l’inciter à continuer alors que je rangeais le reste de la peau du reptile. Elle pointa du doigt, les traits fichés dans la cible florale.

« Comment sont-elles fabriquées ? Je veux dire, vous ne serez pas toujours là pour m’en prêter. »

Encore une question qui prouvait que la jeune femme avait un esprit très pratique, ce qui me plaisait beaucoup. Elle ne perdait jamais vu sa survie sans ma présence et c’était une bonne chose. Un léger sourire marqua mes lèvres mais je n’étais pas certain qu’elle l’ai vu puisque son regard se porta sur le ciel qui avait pris de magnifiques teintes rouges.

« Mais ce n’est peut-être pas le moment d’y penser...  Camperons-nous ici cette nuit ? »

Je hochais la tête. Demain, il faudrait que je quitte la japonaise afin de rentrer à la demeure de Blanche-Neige, elle n’aimait pas trop quand je m’absentais trop longtemps. Néanmoins, cette dernière leçon qui serait la fabrication de flèche serait bien donnée. Après il serait temps de se séparer si Yui ne souhaitait pas me suivre aussi longtemps. Je serais ravie de la prendre sous mon aile mais je craignais que ce ne soit pas son cas, j’aurais l’occasion de lui poser la question plus tard.

« Une fois que le feu sera fait, je pourrais vous montrer comment je fabrique mes flèches. Vous voulez bien aller chercher du petit bois, sec de préférence ? »

De mon côté, j’allais rassembler quelques pierres pour encercler le foyer en lançant un sifflement un peut plus aigu que celui pour Nocturne. Yui revint avec les bras remplit de bois fin. Je lui indiquais un endroit pour le poser avant de lui enjoindre de me suivre, avant de lancer le feu, il y avait une chose importante à vérifier. Elle reprit le chemin qui les avaient menés à la clairière et laissa passé Yui à l’approche du buisson sur lequel étai accroché le collet. Un lapin étranglé était pendu à la corde nouée par la jeune femme, cela ferait un bon repas pour ce soir. Je lui tendis mon couteau, il devait être un peu lourd pour elle mais je trouvais cela plus intéressant que ce soit elle qui le détache.

« Retournons au campement, nous avons le repas. »

Je pris le chemin du campement, suivie par Yui. Dès que les arbres s’espacèrent pour laisser la place à la clairière, je fis s’arrêter la jeune femme. Je tirais mon arc, la main à quelques centimètres de mon carquois, une biche broutait dans la clairière. De ma position, je la voyais mais surement pas Yui. Je fis donc quelques pas silencieux avant d’encocher une flèche qui partit dans le même mouvement. Et alla se planter dans le cou de l’animal avec un bruit mat. La biche fit un pas avant de s’écrouler sur le sol. Elle ferait un magnifique trophée pour ma Reine et serait surement cuisiné pour sa table. Je m’approchais de cette proie inattendue et chuchotais quelques mots avant de retirer la flèche noire. Je tirais une fine cordelette de ma ceinture avant de la passer autour des jambes de l’animal. Je la portais et la glissais sur le côté avant de me tourner vers ma petite élève.

« Désolée pour ce spectacle mais je savais qu’elle n’était pas loin et qu’elle ferait une proie pour le repas de ma Reine. »

Je m’agenouillais près du cercle de pierre et attrapait plusieurs branches. J’en frictionnais deux afin de provoquer une étincelle. Le feu prit et je soufflais lentement dessus afin que les petites flammes rouges viennent lécher les autres branchages.

« Bien, maintenant, il est temps que je vous montre comment je fais mes flèches. »


Un corbeau aux plumes d’un noir de jais vint se poser sur mon épaule. Parfaitement calculé. Il poussa un croassement de protestation car il savait pourquoi je l’avais appelé.

« Yui, je vous présente Blackeye. Il m’aide pour créer mes flèches. »

J’en tirais une de mon carquois et lui indiquait les plumes noires qui se trouvaient au bout. Je glissais mes doigts entre ses serres pour le poser sur me genoux. Je lui caressais doucement les plumes avant d’en tirer une. Le corbeau croassa mais mes caresses l’apaisèrent et il se calma.

« Bien sur, tout le monde ne peut pas se déplacer avec ce genre de compagnon et je préfère économiser mes flèches plutôt que le plumer. Après, il suffit d’un morceau de bois comme celui-ci et d’une pierre taillée. »

Je ramassais une petite pierre ovale et tirais mon poignard, la lame affuté racla progressivement la pierre pour la tailler dans la forme voulue. Et enfin, je raccrochais les trois morceaux avec un fil très fin.

« Et voilà. »

Pour terminer mon cadeau à le jeune femme, je pris à nouveau quelques morceaux de bois le plus droit possible, je rectifiais certaines bouts de bois qui dépassaient et les liaient ensemble, en fixant le cercle de cuir à la base. C’était un carquois très simple et pas forcement très solide mais cela suffirait pour l’usage que Yui en aurait. Je tirais trois flèches de mon propre carquois dont celle que je venais de fabriquer dans celui que j’allais lui offrir et je lui tendis.

« Faites-en bon usage. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPandora's Box


Date d'inscription : 30/10/2011
Messages : 72

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Lectrice
Arme(s):
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Dim 28 Sep 2014 - 22:00
Campement, pas campement, la question restait entière pour la japonaise lorsque son mentor répondit. Du bois, et sec de préférence, voilà quelle était sa mission. Elle acquiesça lentement avant de partir dans les sous-bois à la recherche de son futur butin. Ce ne fut pas aussi dur que ce qu’elle aurait pensé, mais peut-être était-ce dû à la saison ? Yui l’ignorait totalement, mais cela n’avait guère d’importance. Plus vite elle trouvait, plus rapidement elle rejoindrait la Chasseresse. Ces lieux ne lui faisaient pas peur, au sens propre du terme, mais une présence amicale ou neutre à ses côtés la rassurait. Au fil des années, ce besoin s’effacerait sans doute. Il n’était déjà qu’une ombre légère par rapport à ce qu’il avait pu être par le passé... Mais l’heure n’était pas à la nostalgie. La Dragibus, les bras chargés, revint vers Myia qui lui montra où déposer son fardeau avant de la suivre. Qu'allaient-elles faire ? La réponse lui échappa un instant, le temps que ses yeux reconnaissent quelques détails qui l’entouraient.

Relever les collets.

Elle aurait dû y penser plus tôt. C’était une chose de placer des pièges, mais il fallait ensuite vérifier s’ils avaient été efficaces pour pouvoir se remplir le ventre. En l’occurrence, le résultat était satisfaisant pensa la japonaise. Ses doigts se refermèrent autour du manche du couteau que lui tendait la Chasseresse, se demandant ce qu’elle devait faire. Ce ne fut qu’au moment où sa langue se dénoua que Yui comprit et d’un geste maladroit, elle trancha le lien qui retenait l’animal au-dessus du sol. Ceci fait, les deux femmes prirent le chemin de la clairière mais en y arrivant, sa compagne l’arrêta. Apparemment, elles n’étaient pas les deux seuls êtres vivants à avoir pris ce lieu comme repère. Une biche, animal qui lui apparut tellement majestueux, les attendait. La jeune femme comprit instinctivement ce qui allait suivre. La fluidité des gestes de son mentor, la rapidité d’un trait, et la fin d’une vie. Ces gestes semblaient si simples lorsqu’ils étaient réalisés avec tant de brio. Pourtant, malgré la magnificence de l’action, elle eut comme un pincement au cœur. Pourquoi tuer un si bel animal, et pas seulement par son physique, mais par son poids aussi. Cela lui semblait presque du gâchis. C’était trop de nourriture pour si peu de personnes...

L’explication qui suivit l’apaisa légèrement. Ce n’était pas pour leur repas, mais pour la Reine de ce royaume. Ce n’était certes pas une excuse, mais ces gens, en haut de la hiérarchie, se moquait souvent bien du gaspillage tant qu’ils avaient le ventre plein et que leurs invités voyaient leur richesse. Les lois du paraitre sont souvent les même dans les hautes sphères. Mais la japonaise chassa rapidement ces idées de son esprit, se concentrant sur le feu qu’était en train d’allumer sa protectrice. Les flammes se mirent à monter lentement, léchant avec envie ce bois prêt à soulager leur faim. Dès que le feu sembla prendre, Myia lui annonça la dernière leçon : faire des flèches.

La Dragibus hocha la tête, attendant l’enseignement et manqua de sursauter en voyant le corbeau se poser sur l’épaule de la chasseresse. Mais ce ne fut pas sa plus grande surprise. Entendre son prénom l’étonna bien plus. Dans son pays natal, c’était une familiarité que les gens ne se permettaient que rarement. Yui ne s’en offusqua pas toutefois, les coutumes n’étaient pas les mêmes partout. Et puis, ça ne servait à rien, il était préférable de se concentrer sur les paroles prononcées. Elle apprit ainsi que l’oiseau l’ayant ainsi surprise appartenait à son mentor qui s’en servait lors de la fabrication de ses traits. Comme pour illustrer ces propos, ses doigts vinrent arracher une des plumes de l’animal qui se calma presqu’aussitôt les caresses de sa maitresse lancée. Il fallait ensuite tailler une pierre puis relier les éléments ensemble. Cela paraissait tellement simple encore une fois... Mais la démonstration n’était pas terminée, après les flèches, ce fut un carquois qu’elle confectionna sous les yeux de Yui. Simple, certes, mais cela n’enlevait rien à son utilité. En recevant ce présent, la jeune femme se releva, s’inclinant devant son mentor.

« Merci beaucoup pour tout ça, je ferais de mon mieux. »

Un remerciement global pour l’ensemble de ce qu’elle avait pu apprendre ainsi que ces présents qui changeraient sans doute sa vie future. Mais pas ce soir. La nuit tombante et les exercices de la journée lui intimait de s’allonger pour trouver un sommeil réparateur. Sans un mot de plus, la japonaise alla retrouver ses affaires, principalement son manteau dans lequel elle s’enroula avant de sombrer presqu’instantanément.

Le lendemain, lorsqu’elle finit par émerger, le feu n’était plus que braise et, près du foyer, sur les pierres encore chaudes, reposaient les restes du repas de la veille. Si la journée l’avait fatigué au point de ne pouvoir attendre de manger pour dormir, ce n’était probablement pas le cas de la chasseresse, enroulée dans sa couverture de l’autre côté des flammes mourantes. Yui se redressa et les ranima comme elle pouvait pour se réchauffer dans la fraicheur matinale. Tout en agissant ainsi, elle grignota un morceau de viande attendant le réveil de sa compagne avant de reprendre la route. Il devait être temps désormais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChasseur à l’affût. Méfiez-vous, petites proies…


Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 25

Messages : 114
Localisation : Regarde au dessus de toi
Humeur : Chasseresse

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Le Chasseur de Blanche-Neige
Arme(s): Arc et poignard
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   Mer 1 Oct 2014 - 21:23
La journée avait été riche d’apprentissage et je trouvais cela dommage qu’elle ne souhaite pas rester à mes côtés. Devenir mon apprenti et prendre ma suite à ma mort, c’était ce que j’aurais souhaitez mais je ne voulais pas lui imposer ma volonté. Je sentais que le temps de la séparation arrivait mais j’aurais aimé que ce ne soit pas le cas. Je m’étais attaché à cette petite et je trouvais ça vraiment dommage. Si elle suivait mon enseignement de manière plus poussée, elle pourrait devenir une chasseresse brillante mais ce ne serait pas moi la première personne à la forcée à faire quelque chose qu’elle voulait pas à Queer Tales. Je respectais donc son choix, en me disant qu’il y aura surement d’autres opportunités et que c’était surement comme ça pour une raison.

Au moment où Blackeye vint se poser sur mon épaule la jeune femme manqua de sursauter mais retient de justesse ce mouvement brusque mais elle en réussit pas à contenir sa surprise de me voir l’appeler par son prénom. Dans son pays d’origine cela ne devait pas être courant mais ne venant pas de son pays, je n’avais pas pu le deviner avant de commettre cette entorse à ses traditions. J’aurais pu m’en excuser mais je ne savais qu’elle serait sa réaction à de telles excuses, je préférais donc me concentrer sur ce qui sera surement ma dernière leçon.

Je lui montrais en quelques gestes simples qu’il était facile de se constituer des flèches, même si tout le monde n’avait pas à disposition un corbeau. Trouver des plumes n’était pas le plus dur. Afin de la rendre autonome sur ce point, je lui offris un carquois et quelques flèches. Je vis sur ses traits que mon cadeau lui faisait plaisir et elle ne s’arrêta pas à un simple merci qui m’aurait parfaitement convenu et se leva et s’inclina devant moi. Je n’étais pas habitué à ce genre déférence envers moi. Ordinairement, c’était moi qui courbais l’échine et non le contraire.


« Merci beaucoup pour tout ça, je ferais de mon mieux. »


Ce n’était pas seulement pour l’arme qu’elle me remerciait, c’était tout mon enseignement qu’elle cherchait valoriser. Et ce remerciement général me confirma que ce serait notre dernier soir ensemble, que demain nos chemins se sépareront. Je portais mon regard sur le ciel qui commençait à laisser paraitre sa parure nocturne parsemée d’étoiles. Du coin de l’œil, je vis Yui s’enrouler dans ses couvertures et se laisser emportée par la fatigue dans le monde du sommeil. La journée avait due être éprouvante pour la jeune femme et à juste titre entre la balade à cheval, le collet et le tir à l’arc, cela faisait beaucoup. Mais j’avais été obligée si elle voulait apprendre un maximum de choses en peu de temps.

Elle avait sauté le repas mais ce n’était pas mon cas, je préparais le lapin avant de le faire cuire doucement sur des morceaux de bois. J’en mangeais une partie et en lançait sur les roches chaudes qui entouraient le foyer. Si la japonaise se réveilla et avait une petite faim, elle pourrait toujours piquer dedans. Je sifflais Nocturne et commençait à veiller sur la belle endormie. Je me laisserais peut-être allée au sommeil sur les premières heures du matin mais jusque là, je veillais. Finalement quand la nuit fut bien avancée et que rien n’était à signaler, je me laisser portée par le sommeil. Un sommeil léger mais suffisant. Quand l’aube se leva, Yui fit de même et raviva le feu avant de prendre sa part du repas d’hier soir. Je me redressais quelques minutes après.


« Bonjour. »


Je me joignis à elle pour le petit-déjeuner et une fois terminé, je me levais et m’approchais de Nocturne pour vérifier les sangles et la place de la biche tuée la veille qui n’avait subit aucune attaque de charognard cette nuit, ce à quoi j’avais veillé. Une fois tout vérifié, harnaché et le campement effacé, je me tournais vers Yui.


« Je crois qu’il est temps de se séparer, je dois retourner auprès de ma Reine et vous vers la destination de votre choix. N’hésitez pas à revenir me voir pour un approfondissement ou pour un toit sur. »

C’est sur ses mots que j’enfourchais Nocturne, inclinais légèrement la tête et talonnais ma monture, elle partit dans un trot enjoué, laissant Yui à ses occupations présentes. Si un jour, elle ressentait l’appel de la forêt et l’envie de revenir ici, elle savait où me trouver. Il suffisait de rester quelques jours dans la forêt pour que je finisse par trouver ceux qui me cherchaient. Sinon, il suffirait de demander le chemin de la demeure de Blanche-Neige...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un bien beau campement... [Pv Myia]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Un bien beau campement... [Pv Myia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: × Forêt-
Top-Sites


Merci ♥