Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 Sven Stray - "And I miss you when you're gone"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarthe Black Pawthe Black Paw


Date d'inscription : 14/04/2014
Messages : 29
Localisation : Somewhere in between
Humeur : Versatile~

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte (le mythe d'Aradia)
Arme(s): Poisons et une dague
Un petit mot ?: Meow~~ http://bit.ly/1nk2Evs

MessageSujet: Sven Stray - "And I miss you when you're gone"   Lun 14 Avr 2014 - 20:00

Carte d'identité

Nom : Stray
Prénom : Sven
Surnom : le Chat du Diable, Mistigri (mais il est déconseillé de l’appeler comme ça…)
Sexe : Mâle
Âge : En apparence, un peu moins de 20 ans
Origine : Queer Tale (Le chat du mythe de Lucifer et Diane)
Orientation Sexuelle : Peu importe.

Tout sur votre personnage
Physique :

Quatre pattes avec des coussinets gris, un pelage noir comme la nuit et deux grands yeux bleus fendu d'une pupille féline. Voilà la véritable description de Sven et pourtant, c'est rarement sous cette apparence que vous le croiserez, du moins en sachant que c'est lui. Etant un familier, il a la capacité de prendre une forme humaine s'il le désire, celle d’un jeune homme (ou d'une jeune femme mais il n'en est pas friand). Cependant, sous les rayons d’une lune pleine, il n’est pas rare que l’illusion vacille, ce que soit d’un coté ou de l’autre, révélant généralement l’aspect de lui qu’il désire le plus dissimuler.

Plafonnant à environ un mètre soixante-dix, il préfère une allure plutôt élancé pour ne pas perdre en agilité. Les prouesses physiques ne seront donc pas basées sur une force surhumaine mais plutôt sur une souplesse et une dextérité propre à sa nature véritable. Sa musculature sera donc plutôt discrète mais sans être absente car, croyez moi, pour être capable d'une esquive avec un salto arrière, un poids plume n'est pas la seule chose nécessaire.

Ses cheveux mi-longs sont aussi noirs que l'est son pelage et c'est une des caractéristiques sur laquelle il ne peut pas influer malgré toutes ces illusions. Il lui arrive de les nouer dans une petite queue de cheval pour ne pas être gêné mais même attaché, certaines mèches trop courtes encadrent son visage dans un dégradé discret.
Le second détail qu'il ne peut changer peu importe l'aspect qu'il revêt, est la couleur ainsi que l'aspect de ses yeux. D'un bleu vif presque irréel, ils sont fendus d'une pupille féline même lorsqu'il prend forme humaine. De façon général, les traits de son visage sont fins sans pour autant être efféminé, se contentant de lui assurer l'apparence d'un jeune adulte qui pourrait tout aussi bien avoir une vingtaine d'année ou un peu moins.

Sven aime se faire passer pour un lecteur ou toute autre chose que ce qu'il est réellement. Il ne serait donc pas rare qu'il porte des vêtements étranges ou subtilisé. Il y a cependant certaine chose dont il ne se déparera pas comme par exemple, le talisman de sa première maîtresse monté sur un lacet de cuir ou encore une petite étoffe qui est brodée d'une étoile grossière, les portant autour de son cou ou d’un poignet/d’une patte. Ne soyez pas surprit de ne voir porter des bandages ou des pansements, il n’est pas rare qu’un de ses petits tours ne lui apporter la mauvaise fortune que l’on prête à ses semblables mais de façon générale, il cicatrise plutôt bien. Parfois, on pourrait même croire à la rumeur qui veut que les chats ont neuf vies quand on voit sa capacité surprenante à se remettre rapidement de certaines blessures. Mais toutes les plaies ne sont pas de chaire...



Caractère :

Sven est quelqu'un d'assez changeant qui ne fait pas le moindre effort pour autrui. Et pourtant, Sven n'est pas quelqu'un qui jouera de ficelle dans l'ombre, du moins, il n'usera pas d'hypocrisie ou de fausse amitié pour mieux vous trahir, du moins, pas toujours. Il laissera éclater ses émotions avec une franchise qui sera sans doute assez déconcertante à prime abord. Des rires, des cris, des larmes, Sven est une personne qui s'exprime et qui possède un panel d'expression assez impressionnant lorsqu'il est sous sa forme humaine. La plupart du temps, il vous suffira de croiser son regard pour savoir que ressent le jeune homme sur l'instant.

Dans ses meilleurs jours, il sera amical et d’excellente compagnie. Taquin, il saura se montrer très joueur et plaisantera avec vous comme de vieux amis de longues dates, ou parfois à vos dépends, riant de ses propres blagues de temps à autre. Il ira même jusqu’à se montrer charmeur, sans nécessairement avoir de raison derrière sa démarche, parfois simplement pour le jeu de séduction dans lequel il est très loin d’être mauvais. Assez tactile, il n’aura pas vraiment de mal à se montrer affectueux avec des gens qu’il ne connait pas nécessairement depuis plus d’une heure. N’allant pas jusqu’à accorder sa confiance, il pourra même vous faire la grâce de son aide si tant est qu’il puisse vous apporter un secours quelconque.

Mais voilà, le problème de Sven est que s’il peut se montrer parfaitement adorable à un instant donné, il peut tout aussi bien décider l’instant d’après que vous ne l’intéressez plus ou qu’il n’a plus envie. Aussi simplement que celà. Cependant, rassurez-vous, la curiosité et le besoin de compagnie feront taire ses plus bas instincts. Aussi simple qu’un courant d’air, son attitude câline et serviable pourra malgré tout se muer soudainement en l’indifférence la plus crasse ou même, sous certaines circonstances, en une colère aux conséquences bien malheureuses.

Ce qu’il ne faut jamais oublié avec Sven, c’est que parmi le flot de ses paroles, plaisanteries et ronronnements, il n’y aura pas la moindre information qui filtrera à son propos. Au mieux, vous apprendrez de lui son nom, et encore. Il n’est pas sage d’accorder la moindre valeur à ses informations malgré le fait qu'elles soient majoritairement véridiques mais démêler le vrai du faux prendrait tellement de temps que le plus simple reste encore de tout ignorer. En revanche, il est curieux et vous prêtera bien facilement l'oreille pour complètement cette bibliothèque de savoir inutile qu'il a dans la tête, dont il saura faire usage bien plus souvent qu'on ne pourrait le croire. Et c'est à ce moment que son caractère taquin tant à devenir passablement agaçant, parce que dès lors qu'il aura décidé de ne plus être de votre coté, il n'hésitera pas à vous faire tourner en bourrique à tel point que vous en perdriez vos points cardinaux.

C’est pourquoi placé sa confiance en lui est sans doute la pire chose que vous puissiez faire car malgré son attitude en surface dénuée de jugement envers les personnes qu’il rencontre, Sven voue une haine féroce envers le genre humain. Si vous avez le malheur en plus d'être de famille noble ou à la tête d'une confortable richesse, il n'y aura plus grand chose que vous pourrez faire pour vous attirez ses bon grâces.
Bien qu’il en revête l’apparence la majorité du temps dans un soucis de commodité, Sven méprise les humains même s’il est malgré tout capable de reconnaître qu’ils peuvent être utiles. Néanmoins, l’idée même qu’il puisse accorder sa confiance à cette espèce lui est tout simplement devenu intolérable depuis la mort du dernier humain auquel il s’était attaché. Mais les humains ne seront pas nécessairement les seules victimes de ses revirements d’humeur.

S'il est la plupart du temps plus axé sur les mauvais tours et les facéties aux conséquences moindres, il restera une personne dont il ne vaut mieux pas se faire un ennemi. Son talent à manier les potions et les poisons feront de lui une personne des plus dangereuses même si l'idée de faire couler votre sang sera également une option agréable si jamais vous avez le malheur d'atterrir sur la courte liste des cibles de sa haine qu'il peine à faire taire au fond de lui.



Histoire :

Selon la légende, avant la création du monde, il existait une déesse de l'obscurité nommée Diane.
Celle-ci aima Lucifer qui possédait un chat. Diane et Lucifer eurent une fille, Aradia.
Lucifer envoya sa fille et son chat sur la terre pour enseigner aux Hommes la magie noire.

Il était une fois, une histoire qui était en réalité une vie...


    Vous avez surement déjà lu ou entendu de nombreuses histoires. Certaines triste, d'autres heureuses et il devait même y avoir des récits tragiques ou d’habituels drames dont le genre humain aime faire foisonner les livres et qui constituent l'enfance de tout Homme. Vous devez en être lassés, tout comme moi, de toutes ces histoires, mais laissez-moi vous faire partager celle-ci.

    Elle n'est ni heureuse, ni triste, ce n'est pas une tragédie et encore moins un drame. Cette histoire est celle d'un souvenir.

    Ce fut entre deux bottes de foins que le jeune Sven vit le jour. Comme le veut les règles de ses semblables, le pourcentage de survie de la fratrie était incroyablement faible. Je pourrais vous dire que le jeune Sven ne survécu pas à cette épreuve mais en plus que d'être un mensonge éhonté, cela signerait l'histoire la plus courte jamais écrite. Sven fut donc l'unique descendant de sa lignée et accueillis par une main chaleureuse, la main du porteur de lumière. Après quelques années auprès de son bienfaiteur, Sven fut confié au bon soin de sa fille au talent certain dans le domaine de la sorcellerie. Son rôle serait d'être son compagnon, son fidèle familier, l'origine des plus folles rumeurs...

    Cette histoire est différente des autres histoires. Différente de ces histoires tristes, tragiques ou heureuses qui jalonnent la vie des Hommes.
    Elle est différente car cette histoire n'est pas celle d'un homme.

    Cette histoire est celle d'un chat, celui qu'on appelle "Le chat du diable".


Il était une fois, un jeune garçon qui était en réalité un chat....


    Marchant le long d'un chemin, le nez au vent alors que ses yeux erraient sur des nuages à la forme singulière, Sven longeait tranquillement l'orée de la Dead Forest. Ce petit trajet, il le faisait presque quotidiennement pour aller jusqu'au Champ de Citrouille et en revenir. Il aimait cet endroit pour une raison étrange. Sans doute qu'en tant que chat noir, il y avait autant sa place qu'un épouvantail ou un petit démon. Au final, peu importait. Il appréciait passé du temps là bas, entre deux couloirs de brume épaisse, assis sur une citrouille tandis que sa queue battait calmement l'air, ses deux iris azuré luisant comme un feufolet dans la pénombre.

    Toujours est-il que, lorsqu'il devait retourner voir sa maîtresse, Aradia, il prenait bien garde à prendre ce petit sentier. La sorcière dont il était le familier lui avait apprit de nombreuses choses mais la plus importante était sans le moindre doute la méfiance. La méfiance envers les étrangers et encore plus envers tous les habitants de Necis. Que se soit sous sa forme animal ou humaine, Sven leur ferait sans doute un trop bon quatre heure pour qu'il se laisse aller à faire confiance à ces humains cannibales. C'est pourquoi ce sentier était parfait: personne ne l'empruntait jamais.

    Et pourtant, allez donc savoir ce qu'il passa par la tête de ce gros bonhomme perché au sommet de son cheval de passer par ici, pour sa partie de chasse. Nul doute que le gibier du jour devait être un lecteur ce qui ne les empêcha pas, lui et son avorton de laquait de s'arrêter lorsqu'ils croisèrent la route de Sven. Pour quelques raisons étranges, certains habitants de Queer Tale avait finit par acquérir d'étranges croyances, toutes plus stupides les unes que les autres, à propos des chats noirs: qu’ils pouvaient exaucer trois de vos souhaits ou encore qu’ils apportaient le malheur et attirait la mort sur ceux devant lesquels ils passaient. Mais le principal problème était la dernière rumeur qui disait qu’ils étaient la source de pouvoir des sorcières (ce qui n'était qu'une partie de la vérité) et qu'il suffisait de manger leur chaire pour obtenir leur magie.

    Quoiqu'il en soit, le seigneur des terres environnantes avait donc décidé d’emmener son opulente présence ainsi que sa horde près du chemin tranquille du chat protagoniste de notre récit. Pour quelque folie, celle de suivre des yeux le nuage, ou simplement par envie, Sven continua sa route sous sa forme animal sans remarquer les intrus pourtant incroyablement bruyant, finissant par tout bonnement passer devant eux. L’une et l’autre des personnes présente se figea, chacun de son coté de chemin.

    - Ciel ! Un chat noir !, s’exclama le seigneur potelé du haut de sa pauvre monture.
    - Sir, la chair de cet animal pourrait vous octroyé d'infini pouvoir. Vous pourriez même devenir le nouveau roi de Necis, affirma le valet qui ne devait guerre peser plus que Sven lui même.

    L’Humain était, est et sera à jamais stupide mais de toutes les bêtises qu’il eu le loisir d’ouïr, celle-ci fut la plus grosses de toute.
    Échappant à la mort de justesse en se réfugiant dans un arbre, meurtri et moribond, Sven resta perché ainsi jusqu’à ce que l’homme gras et son serviteur sec abandonnent leur recherche pour poursuivre leur partie de chasse plus loin dans la forêt.

    Une fois la nuit tombée, le chat quitta son abri en hauteur pour rentrer vite chez sa maîtresse mais lorsqu'il atteignit leur maison, la seule chose qu'il trouva fut des ruines en cendre et un sol marqué par les sabots d'un cheval. Finalement, le seigneur avait trouvé un gibier. Sven s'approcha des restes calcinés de sa demeure en clopinant et finit par aller se lover au creux du tronc de l’arbre qui avait lui aussi souffert du feu, pour s’y laisser mourir pour la première fois. Sans Aradia à qui il était lié, à quoi bon?

    Boule de fourrure sombre, il ferma ses yeux vifs lentement sans plus s'occuper de la gravité des blessures que lui avait causé les hommes qui lui avait finit par lui prendre bien plus que sa vie. Mais ce n'était pas l'heure pour ce chat de perdre l'une de ses vies...

    Lorsqu’il se réveilla, une tiédeur étrange l’entourait et le réchauffait, ses plaies ne le faisaient plus souffrir et les sons de la nature était couper par l’épaisseur barrière d’un bois travaillé. Ses pupilles d’azur s'ouvrirent alors sur une cabane aux allures spartiates, pour ne pas dire précaires, qui semblait tout juste assez grande pour abriter un humain. Cette espèce ayant d’ailleurs tellement pour habitude de s’étaler inutilement, que le félin aurait sans le moindre soucis dit que cet abris était tout juste assez grand pour un quart d’humain. Et pourtant, un de ces Hommes vivait ici, c’était indéniable malgré le fait qu’il soit seul a ce moment, cet endroit empestait l’humain à plein nez.

    Se remettant sur ses quatre pattes, il voulut partir à la découverte de ce lieu singulier mais très rapidement, les assauts pas si vieux des chasseurs se firent sentir lui rappelant ainsi son état. Sven fut alors contraint de se rallonger, sa queue battant furieusement l’air face à son impuissance. De longues heures passèrent durant lesquels, il n’eut rien d’autre à faire que de s’imaginer à quoi pouvait ressemblé la personne qui habitait ce cabanon. Il était persuadé d’au moins une chose, c’était un homme et non une femme. Une simple et logique déduction au vue des vêtements disposés sur la chaise non loin de lui et aussi dû au fait qu'il avait vécus pendant plusieurs décennies en compagnie d'une femme. Sorcière, certes, mais une femme avant tout.

    La suite semblait coulée de source pour le jeune félin. Il devait être grand, environ deux mètres dix voir deux mètres cinquante pour à peu près un mètre de largeur. Il était évidement chauve et barbue comme tout bon ermite, car il ne pouvait s’agir que d’un ermite pour vivre dans un abri aussi rustique, loin de tout comme le montrait les bruits extérieurs. Ce détail lui indiquaient d’ailleurs qu'il n'était clairement plus dans la Dead Forest (il n'y avait rien de vivant ou presque dans cette forêt normalement). Le résultat final de ses suppositions ressemblait à s’y méprendre à un bûcheron de Cro-Magnon.

    « C’est surement cela », pensa-t-il avec assurance et complètement satisfait de sa représentation mentale, « un vieil humain barbue de deux mètres de haut et d’un de large.... La porte doit être petite pour lui, stupide humain. »

    Bien qu’il soit un chat, il sourit. Car tout les chats savent sourirent, seulement les humains sont bien trop nombriliste pour le remarquer lorsqu’ils le font. Un sourire se dessina donc sur ses babines félines alors qu’il se disait qu’avec une telle masse, il pourrait s’enfuir avec aisance lorsqu’il aurait abusé à outrance de son hospitalité. Imaginez donc a quel point il fut surpris lorsque l’habitant rentra...


Il était une fois un ermite qui état en réalité un jeune homme...


    Encapuchonné, l’inconnu passa la porte rapidement, arrivant d’un extérieur bien humide, sa tenue gouttant à grosse eaux sur le sol poussiéreux. Pour commencer, loin d’être grand et large, il était petit et fin. Enfin, l’adjectif petit est assez arbitraire car il mesurait facilement un bon mètre quatre-vingt mais avouez que pour les deux mètres cinquante attendu, il faisait petit. De plus, il n’était en aucun cas chauve et barbu mais se voyait doté d’une chevelure d’un blond pale, tendant vers un blanc nacré et qui lui tombait jusqu'à creux des reins malgré qu’il l’ait tressée. Ces cheveux d’ailleurs, semblaient suivre le moindre de ses mouvements et avaient été épargné par la pluie.
    Sa peau était claire et semblait aussi douce que pouvait l’être la fourrure de Sven. Inutile de s’attarder sur sa silhouette svelte et son visage d’ange, vous vous douterez qu’il était à mille lieux de l’image que s’était fait notre chaton acerbe.

    - Ah ? Te voilà enfin réveillé, dit-il en souriant, regardant visiblement dans la direction de Sven.

    Ce dernier regarda par-dessus son "épaule" pour voir s’il y avait autrui à qui l’inconnu pourrait s’adressé, derrière la vitre par exemple, mais ce n’était pas le cas. Heureusement que la phrase sonnait comme une observation logique et non comme une question car sinon, en plus d’être stupide de poser une question pareil à quelqu’un qui a les yeux ouvert, il aurait été fou d’attendre une quelconque réponse.

    - J’étais un peu inquiet tu sais, cela fait plusieurs jours que tu ne bougeais plus et que tu dormais, continua-t-il en posant les quelques rondins de bois près de ce qui ressemblait à l’âtre d’une cheminée, je crois bien qui tu as utilisé une de tes vies, Mistigri.

    Les pupilles de Sven se rétractèrent au sobriquet ridicule que lui avait donné l'homme de façon complètement arbitraire et sa queue fendit l'air d'un mouvement agacé. Mais pourtant, il n'ouvrit pas la gueule pour le corriger. De toute évidence, il s'agissait d'un Lecteur, l'un de ses étrangers qui débarquait de temps en temps d'un monde lointain, pour d'obscure raison. En plus d'être du gibier pour les habitants de Queer Tale, ils étaient bien souvent idiot et ne faisait pas long feu. Son ancienne maîtresse et lui avait été l’instigateur de nombreux mauvais tours aux empotés naïfs qu’ils avaient croisés au détour de leurs voyages. Mais seul, Sven avait toujours été curieux, se contentant de les regarder de loin dans le Champ aux Citrouilles.
    Et maintenant, il avait fallut que son saveur en soit un. Ca n'était vraiment pas de chance pour lui. Enfin, au moins, celui-ci semblait bien plus dégourdi que l'image qu'il avait pu se faire de cette espèce.

    « Ainsi donc cela faisait plusieurs jours... » pensa Sven, fraîchement rebaptisé Mistigri.

    Le jeune homme finit par poser une sorte d’assiette creuse avec ce qui s’assimilait à de la soupe, lui annonçant qu'il fallait qu'il mange pour reprendre des forces. Sven regarda le contenu avec envie mais sa méfiance engendra un geste bien stupide, mais qui se répéterais pendant plusieurs jours : du bout de la patte, il poussa l'assiette qui finit par tomber, déversant son contenu sur le plancher.
    Un silence s’installa alors que le jeune homme regardait la nourriture étalée sur le plancher sale et contre toute attente, il ne s’énerva pas. Il ne se mit ni à hurler, ni à frapper le chat... Non, il se contenta de sourire et s’approcha pour se mettre au niveau de Sven.

    - Tu as raison, finit-il par dire ce sourire placide trônant sur ses lèvres, moi non plus je ne mangerais pas quelque chose qu’un inconnu me donnerais. Je m’appelle Irial.

    Malgré les présentations, le scénario se répéta souvent mais jamais son colocataire n’éleva la voix ou ne fronça un sourcil pour cet acte qui gâchait de la nourriture précieuse au vue des maigres finances de son hôte. Le temps passait et les blessures se guérissaient mais les choses auraient sans doute moins traîné sans l'obstination de Sven à refuser la nourriture qu'il retrouvait près de lui lorsqu'il se réveillait.
    Un jour, par un hasard bien malheureux le jeune chaton aperçu son bienfaiteur revenir par un blizzard simplement dans l’espoir de préparer une soupe qu’il accepterait de manger. Il décida alors de faire un compromis et il se décida à manger à partir de ce jour.

    Les jours, les semaines et les mois passèrent. Sven avait finit par guérir mais, n'ayant nul part ailleurs où aller, il avait finit par décider de rester avec Irial, comme un simple chat. Sans doute se sentait-il mieux ainsi, pouvant agir au grès de ses envies, démontrant de l'affection ou gratifiant l'homme d'un coup de griffe lorsqu'il n'était pas d'humeur.

    Mais un soir, Irial rentra alors que, sous un rayon de lune plein, le jeune Sven été visible sous sa forme humaine contre son grès. Le chat noir voyait déjà cette routine, cette vie si confortable s'éloigner à mesure que le silence s'installait dans la cabane. Mais contre toute attente, l’homme lui sourit comme à son habitude et tendit la main vers lui, le caressant sur le sommet de la tête le plus simplement du monde.

    - Je suis rentré Mistigri, se contenta-t-il de dire, comme si tout était normal.

    Sans trop osé y croire, Sven reste immobile sous ce geste affectueux. Peut être qu’il aurait pu lui faire confiance à lui, juste à lui. Lui qui était si différent des autres, différents des lecteurs, des autres humains tant et si bien qui il avait finit par accepter de vivre avec. Leurs regards se croisèrent et après un instant, Sven finit par prendre la parole, pour la première fois.

    - Je ne suis pas Mistigri. Je m'appelle Sven.


Il était une fois une fin heureuse qui était en réalité le début d‘un drame...


    Savez-vous pourquoi dit-on que les chats noirs portent malheur ? C’est parce que quiconque s’en approche finis par mourir. Certains dires parlent de maître des arts occultes, d’autre de guide vers l’au-delà... Voici la vérité.

    Sven et Irial était devenu plus complices, ils arrivaient à se comprendre dans des regards et d’ailleurs, l’ermite pouvait désormais voir le jeune chat sous sa forme humaine en permanence alors que n’import qui d’autre n’aurait vu qu’un homme suivit d’un chat noir.

    Irial était une sorte de médecin croisé avec un apothicaire, s’appelant lui-même « phytothérapeute ». Alors qu’Aradia lui avait apprit l’art subtil des poisons, il apprit celui des remèdes que l’on peut créer à partir de plantes. Le félin était toujours curieux d’apprendre de nouvelles choses, que ce soit à propos des divers onguents ou à propos de ce monde mystérieux où le lecteur avait vécu avant d’atterrir à Queer Tale. Tout allait pour le mieux mais lorsque l’ermite se rendait en ville pour vendre ses remèdes, il en revenait de plus en plus fatigué et un soir, Sven vit une trace sur sa peau, une marque rouge dont il n’aurait pu avec assurance assurer l’origine ou la raison. Il demeura silencieux, sans prononcer un mot et il ne lui posa aucune question à ce sujet, se contentant de sa tiédeur pour se rassurer.

    Un jour, un matin froid d’hiver, il se décida de le suivre jusqu’au village. S’il n’avait pas tenté de le suivre, si seulement... mais comment aurait-il pu savoir ? Une bande de brigand surgit derrière lui, alors qu’il avait pris sa forme humaine afin de se déplacer plus aisément dans la neige immaculée. Avant même que Sven n’est eu le temps e remarqué qu’ils étaient armés et qu’ils se dirigeaient droit sur lui, une silhouette s’interposa, dans un éclair d’un blond pale. Pale comme de la nacre. Comment avait-il su ? Aucune légende, aucun miracle ne pourrait expliquer cela. Ce qui arriva ensuite fut marqué dans la poudreuse comme un souvenir éphémère que le printemps finirait par emporter. Lorsque des personnes empruntèrent le chemin, elles découvrirent un groupe de bandit de grands chemins morts étendu dans la neige qui s’était teinté rouge, une couleur hurlant de douleur...

    En réalité une seule personne connaît ces mystérieux événements. Qui sont en réalité un souvenir. Rouge comme le sang.
    Et cette personne est un jeune garçon. Qui est en réalité un chat. Noir comme l’ébène.



Votre but dans tout ça ? Sven veut en apprendre toujours plus sur le monde d’où viennent les lecteurs et se fait un malin plaisir à empoisonner la vie des nobles (parfois au sens propre).

Autre chose à dire sur votre personnage ?

La véritable apparence de Sven est donc celle d’un chat. Même si sa maîtrise des diverses plantes de Queer Tale a été acquises auprès de son second maître, il connait également quelques sorts, pour la plupart inoffensifs et principalement axé sur l’illusion qu’il tient de son statut de familier auprès de la sorcière qu’il a servit pendant plusieurs années. Cependant, il possède une petite dague qu’il peut invoquer lorsque sa vie est en danger mais uniquement lorsqu’il prendre son apparence humaine. Sa clef est le talisman de sa toute première maîtresse, Aradia. C'est un petit disque métallique d'un ou deux centimètres de diamètre frappé de quelques symboles, l'étoile se trouvant gravée au dos de celui-ci. Cependant, il n'est pas rare que la maigre étoffe qui le ne quitte jamais face office de trompe l’œil à cause de la borderie étoilée qui l'orne.

Détails pour nous
Groupe de Votre Personnage : Arlequin, je pense.

Une Demeure ? La cabane de l’ermite (Forêt de la Great Moutain)

- Description : Ce petit cabanon est  situé non loin de la frontière séparant Crudelis du royaume de Nivis. Malgré qu’il semble être abandonné, on dit qu’un chat noir y vit et qu’y dormir une nuit porterait malheur. Les personnes qui décident de s’y installer sans l’accord du maître des lieux finissent par perdre la raison, si ce n'est déjà fait, quand ce n’est pas tout simplement la vie…

Un Rang Personnalisé ? the Black Paw
Code:
<font face="Garamond" size="4">the Black Paw</font>

Le forum & vous
Votre Prénom : mugen
Votre Âge : Toujours le croûton rance du forum.
Comment avez-vous connu le Forum ? You know how!
Qu'en pensez vous ? Aha, devinez? ;D
Que pensez vous du thème ? /
Des Suggestions ? /
Code : { validé par Charles }
Quelques mots ? Meow~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar♤ Lady-killer ♡


Date d'inscription : 19/09/2009
Age : 23

Messages : 1009
Localisation : En vadrouille
Emploi/loisirs : Me cacher sous ton lit ♥
Humeur : Inconnue

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Grisélidis (conte)
Arme(s): Ma chère Anathème [Faux]
Un petit mot ?: Où elles sont mes brebis ?

MessageSujet: Re: Sven Stray - "And I miss you when you're gone"   Lun 14 Avr 2014 - 20:39
Bondiou notre petit chat noir Very Happy !

J'étais super triste à la fin de ton histoire :'( mais le bon côté des choses, c'est que tu es validé ! \o/ !! Enjoy Very Happy

Bon je te valide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar{Apprenti Shinigami}


Date d'inscription : 28/09/2009
Age : 23

Messages : 365
Localisation : Tu veux vraiment le savoir ?
Emploi/loisirs : Jpeux pas tout dire~
Humeur : Gnn...

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: La faucheuse/La mort
Arme(s): /
Un petit mot ?: Je n'ai pas mérité ce qu'il m'arrive!

MessageSujet: Re: Sven Stray - "And I miss you when you're gone"   Lun 14 Avr 2014 - 23:45
Ohoh, re-bienvenue !~


Non mais je ne joue pas moi, je travaille !

{Savais-tu que la mort avait un visage ? ♥️}

Le vrai Joachim...♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarFallen Prince
// Guide pour l'AL //Fallen Prince// Guide pour l'AL //


Date d'inscription : 27/09/2009
Age : 27

Messages : 1765
Localisation : Un peu partout
Emploi/loisirs : Le nouveau Guide de l'Ambassade
Humeur : Lunatique

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Lecteur
Arme(s): /
Un petit mot ?: Que le travail commence !

MessageSujet: Re: Sven Stray - "And I miss you when you're gone"   Mar 15 Avr 2014 - 9:38
Re-bienvenue Cain ♥

Je peux t'adopter dis dis dis :3 ? En tout cas, j'ai vraiment adoré ton histoire !



Chieur ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lukaline-draws.skyrock.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sven Stray - "And I miss you when you're gone"   
Revenir en haut Aller en bas
 

Sven Stray - "And I miss you when you're gone"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: Hors-RPG :: • Fiches Validées :: Contes-
Top-Sites


Merci ♥