Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar ♥ Sirène au coeur brisé ♥


Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 21

Messages : 75
Localisation : Sous l'océan ♪♫

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte
Arme(s): Couteaux de lancer
Un petit mot ?: Mot

MessageSujet: Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]   Dim 15 Juin 2014 - 12:21
Je me levais, les premières lueurs de l'aurore ayant raison de mon sommeil. J'avais dormi à l'hôtel, cela faisait déjà trois semaines que j'y étais et je commençais à m'y habituer. Cela faisait longtemps que je n'avais pas aussi bien dormi. Certes mes rêves avait été teintés de rose et de noir mais c'était parce que les paroles de la Caterpillar tournaient dans ma tête depuis un certain temps déjà. De ce que j'en avais compris, je trouverais Dray sous ses couleurs et au risque de me retrouver « contrariée ». J'allais me mettre à la recherche de mon seigneur du vent. Je petit-déjeunais puis décidais d'aller faire un tour en ville. Après tout, je n'étais pas pressée et si j'étais restais ici trois semaines, je pouvais rester deux jours de plus. J'avais besoin de m'aérer l’esprit. Je me baladais tranquillement saluant les passants, certains assez aimables pour me rendre un sourire. J'aimais bien cette ville, tout semblait n'y être que joie, fête et détente. On aurait pas pu dire la même chose deux semaines auparavant en grande partie à cause de la peste qui s'était abattue. Mais maintenant que le vaccin avait été trouvé, on pouvait se balader dans Queer tales sans redouter toutes les 5 secondes que quelqu’un vous contamine.

Bref, je me sentais vraiment bien, mais je ne pouvais m'empêcher de penser que ma cabane près de la plage me manquait déjà. Il était vrai que c'était bien plus solitaire qu'ici, mais j'avais la mer à proximité et je ne connaissais rien de plus agréable que de me baigner. Bref tandis que je me promenais, quelque chose attira mon regard. Une affiche, rien de plus banal et pourtant ce morceau de papier m'attira. En effet, il était coloré de noir et de rose. Je restais figée quelques instants devant ce signe du destin. Etait-ce vraiment là que je devais aller ? Au Dark Wood Circus ?

Non ce n'est pas possible
De quel complot tordu suis-je la cible ?
Est-ce un tour que l'on me joue ?
Ou trouverais-je Dray au bout ?


J'étais un peu surprise, je ne savais pas vraiment quoi faire. Devais-je aller au cirque ou bien n'était-ce qu'une coïncidence ? J'étais un peu perdue, je ne savais pas vraiment où aller. Je pris une grande respiration, restaurant ainsi mon calme. Puis décidais de me laisser le bénéfice du doute, j'allais visiter un peu la fête foraine et ensuite, je verrais pour ce qui concerne le cirque. Je continuais donc ma promenade, observant les stands colorés et bariolés et pourtant c'était le grand chapiteau rose et noir qui attirait mon attention.

Le soleil atteignant son point culminant, je décidais de déjeuner. Malgré un bon repas, mon esprit se tournait toujours vers le cirque, aussi décidais-je d'y aller, je découvrirais rapidement si Dray s'y trouvait. Je me dirigeais donc vers le Dark Wood Circus. Tout n'était que couleurs qui semblaient danser devant mes yeux. On pouvait voir les artistes se promener plus ou moins pressés, le spectacle n'ayant pas encore commencé. Après avoir fait un petit tour, j'entendis que la représentation allait bientôt commencer. Je payais une place et pénétrais dans le chapiteau aux couleurs noir et rose.

Le spectacle va commencer,
la magie va m’entraîner,
sur cette grande scène,
bientôt se mêleront, joie, peur et peine.


Une légère musique commença, tandis qu'une belle jeune femme, aux cheveux aussi roses et le tour des yeux aussi noir que les couleurs du cirque. Ce devait être la directrice, elle commença par chanter une chanson, d'une voix claire qui transportait. Puis lorsqu'elle eut fini et que tous applaudir elle présenta le spectacle nous souhaita une bonne après-midi et quitta la scène tandis qu'un autre artiste prenait sa place. Durant l'après-midi, de nombreux numéros passèrent, des jongleurs habiles, aux lanceurs de couteaux, des trapézistes qui me donnaient l'impression de voler aux dompteurs sans peur. Tout était enchantement et j'appréciais ce petit moment de magie. Je commençais vraiment à apprécier cet endroit. Le spectacle fini, « Mlle Loyal » conclut le spectacle d'une nouvelle chanson que j'appréciais à sa juste valeur. Puis alors que les habitants de Queer Tales sortaient, je les suivis juste le temps d'être en dehors du chapiteau car ma direction dévia de la leur. En effet, j'allais vers les coulisses, elles étaient apparemment ouvertes au public, aussi en profitais-je, je suivi, Mlle Loyal jusqu'à sa roulotte, mais avant qu'elle n'y rentre, je l'interpellais.

« Attendez, Mlle Loyal. Si vous avez quelques minutes à m'accorder, j'en serais ravie. Si je vous dérange, je pourrai repasser plus tard. »

Je savais que ça ne se faisait pas de déranger les gens comme cela, surtout qu'elle devait avoir envie de se reposer dans sa roulotte, mais je voulais retrouver Dray et à mon avais, elle pouvait m'aider. Et si elle ne l'avait pas vu tant pis, je chercherais un moyen de garder contact avec elle au cas où elle trouverait mon seigneur du vent.

Je chercher mon aimé,
l'aurais-tu vu passer ?




HRP:
 


Dernière édition par Melissandre Tyrell le Ven 29 Aoû 2014 - 0:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMademoiselle LoyaleMademoiselle Loyale ♥


Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 23

Messages : 678
Localisation : In the Dark Wood Circus
Emploi/loisirs : Mener à bien le spectacle et après...
Humeur : Just Crazy ♫

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Portrait de Dorian Gray
Arme(s): Un fouet d'épine
Un petit mot ?: Fuh fuh...

MessageSujet: Re: Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]   Dim 29 Juin 2014 - 19:23
Tirez un fil, c'est connu, la pelote vient tout entière avec. Parfois il est long, et la pelote peu massive au final, une boule de tracas du quotidien, sur un long fil d'heures paisibles qui s’enchaînent. Et parfois, les nœuds viennent ponctuer toute la longueur, et là rien ne va plus, on tente de les défaire un par un, et c'est sans compter l'énorme boule de problème qui s'abat sur vous, tout au bout de ce long parcours tortueux dont on espérait voir le bout. Mais toi, Aurore, oh douce Aurore, ne voit tu pas la fin de ce chemin de corde ? Dray est arrivé, et comme une paire de ciseau, a tout coupé. Les nœuds et les longs fils tranquille. Désormais, la jeune femme se doit d'avancer à l'aveuglette, sans certitude sur le l'endroit où elle pose son pied, sans certitude sur ses sentiments. Aimera ? Aimera pas ? Finira-t-elle par le tuer, se contentant de l'étreindre une dernière fois dans une marre de sang ? Tsss....

La directrice détestait résonner en interrogation. Lorsque son esprit prenait ce chemin, il était difficile pour elle de lui faire faire demi-tour. Regret, question, vision de l'avenir, elle n'avait pas besoin de tout ça. Laisser les choses comme elles sont, voilà de quoi il fallait se contenter. Pourtant Aurore n'y parvenait pas, dès qu'un moment de sérénité venait doucement l'attraper, un peur vivace venait lui lacérer le corps, attendant un coup invisible, une main venant saisir son bien aussi précieux que détesté. Avec le retour de Dray, elle pensait que cette crainte s'était apaisée. Quelle naïveté affligeante ! C'était presque pire ! Pas au point d'en tomber malade comme cet autre jour honteux, non, mais tout ceci recelait un parfum de paranoïa, la crainte que LUI tombe également sur l'atroce dessin. Tsss.....

La directrice sorti de sa roulotte, habillée et fardée pour le prochain spectacle. Elle s'était coiffée seule cette fois. Grey n'était pour l'instant pas revenu. Aurore ne parvenait pas à savoir si sa présence lui manquait réellement. Il lui était nécessaire, mais en même temps elle n'était pas encore prête de recroiser son regard. La jeune femme craignait d'y voir du dégoût, quand bien même le rouquin lui avait jurer fidélité quelle que soit son apparence. Cela irait mieux à son retour, les choses rentreraient dans l'ordre d'elles même. La directrice devait juste se tisser un nouveau fil tranquille.
Dans une robe qui lui descendait jusqu'aux chevilles, coiffée d'un haut-de-forme, Mlle Loyale se dirigea vers le chapiteau. Son habit entièrement constitué de blanc et de rouge. Sa robe s'ouvrait sur le devant, révélant de longues jambes parées de bas blancs. La spectacle se déroula sans incidents, elle enchaînait les intermèdes entre deux numéros et la gestion en coulisse en l'absence de Grey. Pour les spectacle de jour, la gestion n'était pas compliquée. En revanche, il faudrait mieux s'organiser pour ceux du soir, voir pourquoi pas les suspendre temporairement. Aurore n'avait pas envie de s’embarrasser des contraintes de gestion et d'organisation. Pas maintenant !

A la fin de la représentation, la directrice délégua le rangement aux artistes et apprentis. Elle croisa brièvement Elim, la nouvelle recrue, à qui elle n'accorda même pas un regard. Aurore avait envie de s'isoler, comme trop souvent ces derniers temps. Sur le chemin menant à sa roulotte, la jeune femme attrapa une pomme qui dépassait d'un panier de victuailles et mordit dedans pour se rafraîchir. Il ne lui vint même pas à l'esprit de se méfier de ce fruit, alors que la dernière fois qu'elle y avait goutté, Mlle Loyale était devenu Monsieur ! Bon au pire les effets avaient disparus au bout de quelques heures à peine.
A nouveau, Aurore porta le fruit à ses lèvres. C'était drôle, elle avait l'impression que manger cette pomme la rendait de meilleure humeur. Les vitamines c'est aussi bon pour le moral ? Aller savoir...la science n'était pas son fort, seulement l'anatomie, fuh fuh...Le fruit dans la main, l'humeur au beau fixe après trois bouchées, elle s'apprêtait à rentrer dans sa roulotte quand on l'interpella :

- Attendez, Mlle Loyal. Si vous avez quelques minutes à m'accorder, j'en serais ravie. Si je vous dérange, je pourrai repasser plus tard.


Aurore se retourna pour découvrir une fille, plus jeune qu'elle, un peu plus petite, et un peu plus fréquentable au vu des premières apparences. A n'en point douter une spectatrice du spectacle de tout à l'heure. Si elle avait été de méchante humeur, la directrice l'aurait qualifié « d'emmerdeuse » et l'aurait envoyer dire bonjour à Inferno. Mais le fruit l'avait rendu bien plus guillerette et c'est en affichant un visage neutre, que Aurore croisa le regard de la visiteuse. La couleur de ses cheveux lui plurent, un beau bleu, apaisant et calme, comme une rivière tranquille. Hochant un sourcil et s'appuyant contre la porte de sa roulotte, la jeune femme lui adressa la parole :

- Que veux tu mon petit chat ? C'est pas un endroit pour une jolie frimousse crois moi. Je ne fais pas de service après spectacle.


Aurore remordit dans la pomme, puis la jeta au loin dans un buisson. Décidément elle se sentait vraiment bien. Doute et tracas de début de journée semblaient s'être envolé. Enfin, son esprit était libre de penser à autre chose. Libre de songer à ce qu'elle pourrait faire à cette gamine si celle-ci lui ne la laissait pas en paix. De bonne humeur oui, mais chez une personne comme Aurore ce n'est pas forcément moins dangereux. Un petit rictus vint soulever les lèvres roses de la jeune femme :

- Tu as l'air bien propre sur toi, alors ne traîne pas trop ici, tu pourrais te salir, fuh fuh.


Hors rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar ♥ Sirène au coeur brisé ♥


Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 21

Messages : 75
Localisation : Sous l'océan ♪♫

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte
Arme(s): Couteaux de lancer
Un petit mot ?: Mot

MessageSujet: Re: Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]   Lun 30 Juin 2014 - 14:23
Joie et fête,
tel est le Drak Wood Circus
mais si tu te creuses un peu la tête
tu découvriras bien plus


Je trouvais vraiment l'ambiance du cirque chaleureuse, si seulement j'avais su pour le revers de la médaille, je ne me serais peut-être pas senti aussi bien dans ce lieu. Mais bon, ne sachant rien, je me dirigeais vers le chapiteau où une représentation allait être donnée. Sous les tentures rose et noir, j'étais impatiente de découvrir les artistes. C'était la première fois que j'allais voir des humains, faire des acrobaties. On avait ce même genre de festival en Atlantide mais ce n'était pas le même chose sous l'eau que sur terre ou dans les airs. Le spectacle commença par une belle jeune femme, elle avait de longs cheveux roses, et portait un habit élégant, rouge et blanc, révélant des jambes enserrés dans des bas blancs. Son corps était très harmonieux et lorsqu’elle commença à chanter, je constatais que sa voix ne l'était pas moins. Après sa chanson, s’enchaînèrent les artistes, ils étaient vraiment talentueux. Les gens applaudissaient, riaient, avaient peur pour les acrobates, parfois même des frissons parcouraient leur corps et moi-même, je ressentais toutes ses émotions avec autant de passion qu'eux. Le spectacle me ravit, la magie faisait son œuvre mais les prestidigitateurs n'étaient pas les seuls responsables.

Le spectacle était des plus agréables
mais maintenant la directrice devait se mettre à table.

A la fin de la représentation, je ne pus m'empêcher d'aller dans les coulisses, je devais savoir qui Dray était ici. Après tout, j'étais venue pour cela au départ, j'avais presque failli l'oublier avec tous les enchantements que m'avait offert les artistes. Je vis Mademoiselle Loyale qui, je l'imaginais, devait être la directrice se diriger vers sa roulotte. Je l'interpellais, lui demandant quelques minutes, avant qu'elle ne rentre. Elle tenait une pomme dans sa main, sur le coup je n'y fis pas attention et pourtant c'était peut-être ce qui allait sauver ma vie. La directrice se tourna vers moi, son visage neutre me déstabilisa un peu. Elle me dévisagea, moi je la regardais droit dans les yeux ayant eu déjà tout le loisir de l'observer lorsqu'elle était sur scène. Je reconnus dans ses yeux bleu marine, les miens, cette impression étrange n’arrangea pas la certaine confusion qui commençait déjà à s’emparer de moi. La même voix de velours qui avait chanté plus tôt, s'adresse cette fois-ci à moi :

-Que veux tu mon petit chat ? C'est pas un endroit pour une jolie frimousse crois moi. Je ne fais pas de service après spectacle.


Je passais outre le « mon petit chat » pour me concentrer sur la suite de ses paroles. Une légère incompréhension passa sur mon visage, je ne voyais pas pourquoi le cirque n'était pas un lieu pour moi. Je voulais insister pour savoir si mon seigneur du vent était ici, mais elle ne me laissa pas faire. Elle prit la parole :

-Tu as l'air bien propre sur toi, alors ne traîne pas trop ici, tu pourrais te salir, fuh fuh.

Je comprends de moins en moins
ce lieu n'a pas l'air malsain
pourquoi devrais-je partir ?
je ne sais pas, peut-être devrais-je obéir



Ses paroles étaient des plus confuses pour moi, se passait-il des choses illégales ici. Je ne voyais pas en quoi un cirque pouvait être dangereux à part pour les lions et autres animaux susceptibles de nous manger. Je ne comprenais pas le vrai sens des mots de Mlle Loyale. Aussi, pour ne pas risquer le diable, je décidais de poser mes questions plutôt vite.

« Excusez-moi, je sais que votre temps est précieux et que je ne devrais pas être ici, mais je cherche quelqu'un et dès que je saurais s'il est ici ou pas, je partirais. »


Je voyais que je la dérangeais aussi, je ne voulais pas abuser de son temps. Mais je devais savoir si Dray était ici ou pas. Je trouvais la coïncidence trop étrange pour laisser tomber aussi vite. Mii Soleyl avait dit que je le retrouvais sous les couleurs rose et noir. Et que voyais-je dans la même ville ? Un cirque fait des mêmes couleurs. J'étais certaine que ce n'était pas un hasard et j'espérais trouver vite la réponse à mon unique question.

Dray, je vais te retrouver
que tu sois ici, ou à des kilomètres par milliers




HRP:
 


Dernière édition par Melissandre Tyrell le Jeu 28 Aoû 2014 - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMademoiselle LoyaleMademoiselle Loyale ♥


Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 23

Messages : 678
Localisation : In the Dark Wood Circus
Emploi/loisirs : Mener à bien le spectacle et après...
Humeur : Just Crazy ♫

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Portrait de Dorian Gray
Arme(s): Un fouet d'épine
Un petit mot ?: Fuh fuh...

MessageSujet: Re: Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]   Sam 2 Aoû 2014 - 20:24
De fil en aiguille on y arrive, une simple question, une simple demande, pourtant si affligeante. Pauvre petite chose bleue, elle s'emmêle dans ses propres fils, se fait toute petite pour mieux cacher le nœud qu'elle a au ventre. Elle a peur de déranger c'est visible, peur de trébucher et de ne pas se relever, si faible, si fragile. D'observer cette jeune fille à l'assurance si peu élevé ne fit que donner d'avantage d'assurance à Aurore. Doucement, elle remontait dans ses anciens traits avant que toute cette histoire de portrait ne viennent lui arracher la peau du visage. Aurore redevenait Mlle Loyal, et non la détestable Mlle Gray. Décidément les pommes ces derniers temps ont le don de lui réserver bien des surprises, et pour une fois cette dernière était agréable. Fuh fuh...

Oh mais c'est vrai il y a cette jeune fille en train de lui parler, que dit-elle ? Bah elle est tellement effacée, ce n'est sûrement qu'un amas de futilités. Pourtant Aurore réussit à comprendre que cette dernière cherchait quelque chose, ou plutôt quelqu'un. Ah ah...la pauvre elle est loin de se douter. Les gens d'ici ne sont pas fréquentables, ne le sait-elle pas ? Peut on être naïf à ce point ? Les cirques, les troupes ambulantes et autre saltimbanque de grand chemin, ce sont tous des personnes hors de la société et hors du temps et des mœurs. C'est un voyage éternel, où on est passager à vie. Et bien souvent, s'il l'on s'engage sur ce genre de traversés, c'est pour ne jamais revenir au point de départ. Alors peu importe cette personne que cette pauvre fille désire voir, elle ne doit juste chercher à la fuir en se réfugiant dans ce cirque, à la fuir elle et sa vie d'avant.

L'hypothèse pouvait également être la suivante : une proche d'un artiste de la zone noir, retenu de force ici. Mais c'était peu probable, ces ordures personne ne les regrettait et personne ne les cherchait. Les quelques connaissances des artistes de la zone rose, passait directement les voir sans s'adresser à Aurore. Aaaah pauvre chose bleue...c'est pitoyable de s'accrocher bêtement à un fil déjà coupé. Lâche tout une bonne fois pour toute, ce sera moins douloureux que l'attente. L'attente d'un retour, Aurore était passé par là il y a bien longtemps, à surveiller tous les trains entrant en gare. Mais c'est le passé, il est loin, et appartient à une autre personne qu'elle n'est plus. La directrice décida de lui faire comprendre de manière très explicite, commença sa phrase par un rire moqueur, presque sarcastique :

- Et as-tu seulement envisagé que cette personne ne voulait plus de toi ?


Elle laissa planer un silence, pour tenter de percer une fêlure dans les yeux encore plein de cet espoir écœurant.

- Que crois tu ? Que t'es tu imaginé ? Que tous les gens ici ont toujours voulu jouer les clown pour amuser la galerie ? Qu'ils est plaisant pour eux de se balancer au bout d'un morceau de bois sachant que la mort se trouve sous leur pieds ?


Le ton était plus risible à chaque question, les pieds s'approchant, les yeux guettant, la petite fêlure à venir.

- Tous ces gens, ils viennent ici pour oublier et être oublier. La seule famille de sang dans ce cirque ce sont les spectateurs. Alors cette personne...que tu sembles tant regretter, doit sûrement t'avoir déjà oublié...

Aurore vit que la jeune fille allait émettre une protestation et imposa vivement un doigt sur ses lèvres, transperçant son regard tremblant de ses mirettes bleues.

- Quoi ? Je suis pessimiste ? Mais regarde toi, pauvre chose, seule tremblante...fuh fuh...pleine d'espoir....aaah ne sais tu pas que l'espoir est une corde que l'on se met au cou et qui lentement nous étouffe à mesure qu'il rétrécie ?


Cette corde nous mène tous à notre perte, sauf si on apprend à arrêter d’espérer, il n'y a pas de lueur, juste le noir de la fatalité. Aurore elle ne connaissait que les lumières de la scène et ses propres éclats de rire lorsque comme maintenant, elle se laissait aller à déverser ses paroles, sans réfléchir, sans se limiter, tirer sur la corde jusqu'à ce qu'elle se brise.

- Alors jeune fille, on suffoque ?


Fêlure ? Brisure ? Cassure ?

Hors rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar ♥ Sirène au coeur brisé ♥


Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 21

Messages : 75
Localisation : Sous l'océan ♪♫

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte
Arme(s): Couteaux de lancer
Un petit mot ?: Mot

MessageSujet: Re: Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]   Mar 5 Aoû 2014 - 14:18
Aidez moi à trouver Dray
Je vous en prie, je vous le rendrais


Je lui exposais rapidement la raison de ma présence en ces lieux et ce que j'attendais d'elle. J'espérais qu'elle pourrait me dire que oui Dray était bien là dans ce cirque rose et noir, que ces longs cheveux bruns allait apparaître au détour d'une tente afin que je puisse profiter pleinement de l'Amour. Mais non, déjà parce que je ne lui avais pas décrit mon seigneur du vent et ensuite parce que ça n'arrivait que dans les romans à l'eau de rose, les choses comme cela. Cependant je ne perdais pas espoir depuis la prédiction de Mii, je savais que j'allais le retrouver et c'était ça qui était le plus important pour moi. Que n’aurais-je fait simplement pour replonger mon regard dans ses yeux noisette ? Que n'aurais-je donner pour simplement pouvoir toucher sa main ? Ressentir à nouveau l'Amour, cette flamme ardente que je croyais pourtant éteinte.

Bref, je me reconcentrais sur la directrice, attendant avec une certaine impatience de pouvoir lui faire la description de Dray et ainsi savoir s'il était au Dark Wood Circus. Mais contrairement à ce que j'attendais, la belle femme aux cheveux roses se mit à rire. Elle riait d'un air moqueur, de plus  la douceur de sa voix le rendait encore plus tranchant. Je ne comprenais pas ce qu'elle trouvait si drôle, elle me le confia d'une façon plutôt explicite :

- Et as-tu seulement envisagé que cette personne ne voulait plus de toi ?

Je ne comprends pas, Dray m'aime
malgré que que je ne lui ait pas montré
lorsque l'on s'est rencontrés
que pour moi il en était de même



Ma première réaction fut la surprise, bien sur que non je n'avais pas envisagé cette possibilité. Dray lui-même m'avait confié qu'il m'aimait. Étant donné les démonstrations qu'il en avait fait, de ça je pouvais être certaine : il m'aimait. C'était de mes sentiments que je n'étais pas sure quand je l'avais rencontré. Elle laissa un silence emplir l'air, me laissant le temps de fouiller dans ma mémoire afin d'entre-apercevoir un doute de la part de Dray. Mais non, tout ce dont je me souvenais c'était de la gentillesse, de la courtoisie, et de l'amour dont il avait fait preuve lors de notre rencontre. Aussi seul l'amour emplissait mon cœur, nul doute ne subsistait. La directrice continua :

- Que crois tu ? Que t'es tu imaginé ? Que tous les gens ici ont toujours voulu jouer les clown pour amuser la galerie ? Qu'ils est plaisant pour eux de se balancer au bout d'un morceau de bois sachant que la mort se trouve sous leur pieds ?


Je ne comprenais pas où elle voulait en venir, que les artistes de cirque n'aimait pas leur travail. Je ne voyais pas l'intérêt de pointer cela dans la conversation. Elle commença à s'approcher de moi en continuant d'utiliser ce ton moqueur. La seule chose que je ressentais, c'était de la pitié pour ces pauvres artistes, j'essayais de lui faire un petit sourire désolé. J'avais l'impression que je ne réagissais pas exactement comme elle l'attendait :

- Tous ces gens, ils viennent ici pour oublier et être oublier. La seule famille de sang dans ce cirque ce sont les spectateurs. Alors cette personne...que tu sembles tant regretter, doit sûrement t'avoir déjà oublié...

Ça y est, je comprenais enfin où elle voulait en venir, cependant, mon ressentiment n'avait pas changé, je n'éprouvais que de la pitié pour les artistes de cirque et de l'amour pour Dray. D'ailleurs je voulais dire à la jeune femme aux cheveux roses que Dray ne faisait pas partie du cirque, mais elle m'en empêcha posant son index sur mes lèvres. Et je devais avouer que le regard qu'elle me lança, me transperça. J'eus un frisson reflétant la soudaine peur que la directrice m'inspirait.


Je commence à avoir peur,
si seulement je savais,
ce que ce cirque recelait,
je mourrais de terreur



- Quoi ? Je suis pessimiste ? Mais regarde toi, pauvre chose, seule tremblante...fuh fuh...pleine d'espoir....aaah ne sais tu pas que l'espoir est une corde que l'on se met au cou et qui lentement nous étouffe à mesure qu'il rétrécie ?


Je ne savais pas si je devais prendre cela comme une menace ou un avertissement, mais la belle aurore laissait entrevoir la chaleur étouffante du plein soleil. Mon instinct de survie me hurlait de partir tant qu'il en était encore tant mais l'amour que je ressentais pour Dray m'obligeait à rester au moins le temps de savoir s'il le dit prince charmant était présent. Un léger regard sur mes mains me fit comprendre que je tremblais bel et bien...de peur. La directrice avait lancé son rire machiavélique que je devais l’avouer m'effrayait, elle continua d'ailleurs :

- Alors jeune fille, on suffoque ?

Comme réveillant d'un mauvais rêve, je pris mon courage à deux mains pour Dray. J'étais venue pour une chose et j'allais m'y tenir. Armée d'une détermination nouvelle et d'une bravoure que je ne me connaissais pas, je dis :


Prendre son courage à deux mains
Dire ce qu'on a à dire,
Et tant pis si demain,
on découvre bien pire.



« Euh...Non. Et j'inspire même profondément alors vous allez m'écoutez. »


Je m'étais lancée maintenant je devais continuer sur cette lancée, parce que j'avais plusieurs choses à lui dire :

«  Je ne doute aucunement de ce que vous m'avez dit sur les habitants du cirque et ce qu'ils ressentaient. Après tout, vous êtes la directrice et vous savez mieux que quiconque ce qu'il ressente. »


Je me sentais d'ailleurs toujours désolée pour ces pauvres artistes qui n'étaient là que parce qu'il n'avaient pas le choix.

«  Cependant vous vous méprenez, Dray n'est pas un artiste du Dark Wood Circus, il n'a fui personne. C'est moi qui a été obligée de le laisser, c'est à cause de cela que l'on s'est perdu de vue, littéralement. »

Je ne savais pas pourquoi, je lui disais tout cela, sûrement pour lui donner tort. J'étais certaine que Dray m'aimait, je n'en doutais pas un seul instant. Je ne savais juste pas comment le prouver, tout ce que j'avais, c'était des mots. Bref, je devais me focaliser sur ma mission, je repris ne laissant pas le temps à la directrice de répliquer :

« Écoutez, je ne vous demande pas de me comprendre juste de me dire si vous avez vu un jeune homme aux cheveux bruns-noirs plutôt longs, avec des yeux noisettes à reflets verts, avec un style vestimentaire très distingué, tout comme son langage. »


Voilà je l'avais fait, je ne savais pas qu'Aurore avait compris de qui je parlais dès que j'avais prononcé son prénom, alors pour moi je venais d'accomplir ma mission. Tout à coup la poussée d'adrénaline que j'avais eu commençait à redescendre, je sentais mon courage diminuait au fur et à mesure que le silence entre mon interlocutrice et moi augmentait.

Ai-je bien mesuré,
la valeur de mes pensées ?
Pour moi ce n'était pas du vent.
Je veux simplement,
aller de l'avant.



HRP:
 


Dernière édition par Melissandre Tyrell le Jeu 28 Aoû 2014 - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMademoiselle LoyaleMademoiselle Loyale ♥


Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 23

Messages : 678
Localisation : In the Dark Wood Circus
Emploi/loisirs : Mener à bien le spectacle et après...
Humeur : Just Crazy ♫

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Portrait de Dorian Gray
Arme(s): Un fouet d'épine
Un petit mot ?: Fuh fuh...

MessageSujet: Re: Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]   Lun 11 Aoû 2014 - 21:59
Pelote toute ronde, alors finalement tu caches des aiguilles ? Non ce n'est pas tout à fait ça. En réalité tu semble juste faite d'un fil plus épais qu'on ne pourrais le croire au premier abord. Mais à force de mots et de pression, ce n'est pas doucement que je te déroulerais, mais à coup de griffe que je te rependrais en mille et un petits cordons.

Aurore ne s'était pas vraiment attendue à la réaction à venir. Ni fêlure, ni cassure, mais un mur, indifférente ou inconsciente ? Mais résiste, plus c'est difficile et plus on s'amuse. Enfin tout de même, quand les mots suivant sortirent de la bouche de la jeune fille, la directrice ne pu s'empêcher de se sentir vexée.

- Euh...Non. Et j'inspire même profondément alors vous allez m'écoutez. Je ne doute aucunement de ce que vous m'avez dit sur les habitants du cirque et ce qu'ils ressentaient. Après tout, vous êtes la directrice et vous savez mieux que quiconque ce qu'il ressente.

Mais je t'écoute chérie, inutile de monter sur tes grands airs ! Petite peste et si je t'apprenais où est ta place, à quel point tu es inutile et futile, juste un morceau de fil dans une immense pelote dont Aurore tire les ficelles. Allons...allons...la bonne humeur avait pour une fois décidée de prendre la directrice dans ses bras et elle n'avait pour l'instant aucune envie de s'en défaire. C'est pourquoi, la demoiselle resta calme, malgré un rictus mauvais qui vint ternir son magnifique sourire.

- Cependant vous vous méprenez, Dray n'est pas un artiste du Dark Wood Circus, il n'a fui personne. C'est moi qui a été obligée de le laisser, c'est à cause de cela que l'on s'est perdu de vue, littéralement. Écoutez, je ne vous demande pas de me comprendre juste de me dire si vous avez vu un jeune homme aux cheveux bruns-noirs.....


Oh Aurore n'écoutait plus, à vrai dire elle avait arrêté quand le nom de Dray avait été évoqué. Comme une pièce de puzzle dans la mauvaise boite, ce nom semblait totalement incongru dans la bouche de cette jeune inconnue qui avait tout de la gentille pucelle potiche. Et pourtant...Le rictus de Aurore vint se muer en un faciès de stupéfaction qui ne dura qu'un instant vite remplacé par un demi-sourire énigmatique. Ainsi le brun lui ramenait ses conquêtes jusqu'ici, chez elle ? Oh la belle n'en n'était nullement attristée, ni même brisée, et la colère qu'elle aurait surement ressentie sans cette pomme, resta au fond de sa gorge. En fait, Aurore était simplement amusée par cette situation plutôt cocasse. Elle seule savait où se trouvait exactement chacun des deux amants, et possédait assez de carte en main pour réaliser un beau coup de poker. Au choix, mettre au tapis, Lui ou Elle, voir les deux, fuh fuh...

La jeune fille en face s'était tus, oh ma pauvre si tu savais...Aurore décida pour le moment de ne rien révéler, le rideau se lèverait en temps voulu. Et finalement si cette pauvre fille devait souffrir ce n'était nullement pour cause de jalousie, simplement, une telle aubaine n'allait pas se présenter deux fois et ça donnerait une petit leçon à Dray. Oh pauvre petite boule bleue que va-t-on faire de toi. Oh et si...

- Fuh fuh...Dray hein ?

Aurore s'avança lentement vers l'inconnue, un peu, beaucoup, plus prés, encore plus prés, un peu trop non ? Leur corps se touchaient, et le regard saphir de la directrice ne lâchait pas celui d'en face, comme un serpent cherchant à hypnotiser sa proie. Et à la manière de ce même reptile, la main de la jeune femme remonta le long du buste de la bleue, pour s'arrêter sur son cou, les doigts venant l'enlacer de façon délicate. La sirène ne chercha pas à riposter mais elle ne fuyait pas le regard de la directrice, comme une mise au défis. Un chuchotement tout près de son oreille tenta d'ébranler ces yeux remplis de conviction :

- Oh mais oui je le connais...il est ici, et sans vouloir te contredire, très chère, il est bel et bien ma propriété en tant qu'artiste.


Ce n'était pas tout à fait vrai, mais ces lieux étaient la toile de Mlle Loyale, elle était libre d'y coudre n'importe quel mensonge.

- Malheureusement il est dans l'incapacité de voir qui que ce soit...comme entravé tu vois ? Pauvre garçon, si gentil et si serviable.

La main de Aurore au fur et à mesure qu'elle parlait venait serrer un peu plus le cou délicat de la jeune fille. Tu vas suffoquer pour de bon jeune fille.

- Tu veux le revoir hein ? Mais ici c'est moi qui décide et crois moi tu n'as pas envie de subir les représailles qui attendent ceux qui se balade librement chez moi. Mais...


Un râle se fit entendre.

- Je suis de bonne humeur aujourd'hui...


Le serpent lâcha sa prise et recula de quelque pas, pour tendre la main vers sa proie:

- Passons un marché...travail pour moi durant quelque temps et quand je jugerais que tu me rapporte suffisamment alors je consentirais à ce que tu le vois. Fuh fuh...cela te conviens ?


En tout cas, ce serait l'occasion de reformer un peu la troupe au cirque qui avait été touché par la récente épidémie de peste. Un quart de perte quand même...Aurore se sentait plutôt fière de son arrangement, même si la demoiselle d'en face n'avait pas encore saisit sa main en signe d'accord. Peu importe, que ce soit un oui ou un non, elle finirait par trébucher sur un fil tendu par la directrice du cirque, maîtresse des marionnettes, tisseuse de ficelles mortelles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar ♥ Sirène au coeur brisé ♥


Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 21

Messages : 75
Localisation : Sous l'océan ♪♫

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte
Arme(s): Couteaux de lancer
Un petit mot ?: Mot

MessageSujet: Re: Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]   Mer 13 Aoû 2014 - 14:11
Je veux trouver Dray,
Mais sans votre aide, je ne peux
revoir ses beaux yeux,
Je veux trouver Dray


Me sentant un courage que je ne me connaissais pas je continuais sur ma lancée et affirmait que Dray ne faisait pas partie du cirque, j'expliquais à la directrice que notre séparation avait été un accident sans savoir qu'elle ne m'écoutait plus à l'instant même où j'avais prononcé le nom de l'homme que j'aimais. Je parlais vainement, faisant sa description alors que la femme aux cheveux roses savait exactement qui il était et était déjà partie dans ses pensées. Je remarquais d'ailleurs sa légère surprise au moment où je prononçais le nom de Dray. Je me demandais immédiatement si elle le connaissait mais comme son expression changea rapidement je me dis que je m'étais trompée. L'adrénaline commençant à disparaître, je commençais vraiment à percevoir cette aura effrayante que possédait Mlle Loyale. Son regard aussi bleu que le mien me transperçait sans parler de son rictus qui faisait froid dans le dos. Je crus voir une lueur dans son regard froid, avant qu'elle ne dise :

- Fuh fuh...Dray hein ?

Oui Dray l'homme qui comptait vraiment à mes yeux et dans mon cœur, c'était bien lui que je cherchais. L'avait-elle vu ? Le connaissait-elle ? Je laissais tomber mes réflexions car la directrice se rapprochait de moi tel le prédateur avançait vers sa proie. Je ne la lâchais pas du regard, pas question de me défiler maintenant que j'allais peut-être avoir des réponses. Je restais immobile, nos corps se touchaient, petit à petit sa main monta de mon buste vers mon cou et je compris immédiatement qu'elle voulait me faire suffoquer et que si elle n'y arrivait pas psychologiquement elle le ferait physiquement. Mais si c'était le seul moyen d'avoir des informations sur la possible présence de mon seigneur du vent au cirque. Au début Mlle Loyale ne serra pas, la prise était délicate. La directrice se rapprocha de mon oreille me chuchotant des mots que j'aurais préféré ne pas entendre :

- Oh mais oui je le connais...il est ici, et sans vouloir te contredire, très chère, il est bel et bien ma propriété en tant qu'artiste.


Mon cœur commença à battre plus vite, je sentais que ma mission allait s'avérer plus difficile que prévue puisque comportant un obstacle rose et noir extrêmement dangereux. C'était étrange, j’aurais pensé qu'il m'en aurait parlé lors de notre rencontre ou bien s'était-il fait engagé en arrivant au Small Fair ? Le serpent continua à cracher son poison :

- Malheureusement il est dans l'incapacité de voir qui que ce soit...comme entravé tu vois ? Pauvre garçon, si gentil et si serviable.


Si tu t'en prends à ceux que j'aime
alors je ne serais pas un petit problème


Cette fois, il n'y avait plus de place pour la peur, c'était la colère qui emplissait mon cœur. Ma main, s'approcha doucement, sans bruit de ma cuisse. Car sous ma jupe, accrochée à ma cuisse droite, était caché un couteau. Je m'en saisis tandis que Mlle Loyale resserrait sa prise. Elle pouvait me blesser moi, si elle voulait mais ceux qui me connaissaient, savaient qu'il ne fallait pas s'en prendre à ceux que j'aimais. Si la main de la directrice se refermait sur mon cou, la mienne serrait la couteau. Et elle avait intérêt à me dire où était Dray ou bien c’était elle qui allait arrêter de respirer. Dans mes yeux saphirs autrefois doux, se trouvait maintenant que colère et détermination.

- Tu veux le revoir hein ? Mais ici c'est moi qui décide et crois moi tu n'as pas envie de subir les représailles qui attendent ceux qui se balade librement chez moi. Mais...

La prise se fit encore plus forte et je rapprochais mon arme du buste de la directrice prête à porter le coup de grâce si elle serrait trop fort. La douleur se fit sentir et l'air commença à manquer cependant, je sentais que le dénouement n'était pas loin, je devais tenir, pour Dray.

- Je suis de bonne humeur aujourd'hui...


A ce moment précis, je rangeais mon arme, sentant qu'elle allait me relâcher, ce qu'elle fit d'ailleurs avant de reculer et de tendre sa main devant moi, prête à passer un marché. Elle avait eut de a chance, ou bien était-ce moi qui en avait eu ? Je l'écoutais, méfiante :

- Passons un marché...travaille pour moi durant quelque temps et quand je jugerais que tu me rapporte suffisamment alors je consentirais à ce que tu le vois. Fuh fuh...cela te conviens ?

Tu veux passer un marché ?
Suis-je vraiment prête à l'accepter ?


Je pris le temps de réfléchir, est-ce que j'étais prête à travailler pour elle ? Etait-ce le triangle dont parlait la chenille ? Moi qui veut retrouver Dray, mais qui en est empêchée par Mlle Loyale ? Etait-ce cela les contrariétés qu'elle m'avait prédit. Peu importe, j'étais prête à subir les conséquences de mon choix, si cela me permettait de retrouver mon seigneur de vent. Avant de saisir la main tendue devant moi, je dis :

« J'accepte mais à une condition, je ne devrais pas rester plus d'un an. Dans un an maximum, vous me laisserez voir Dray. Si vous trouvez que je vous ai rapporté assez d'argent avant ce délais, vous me laisserez le voir. »

Je tendais à mon tour la main devant moi, attendant qu'elle vienne la serrer, quand soudain, j'eus une autre idée, beaucoup moins égoïste, du moins je l'espérais.

« Attendez ! En fait, je suis prête à travailler à vie pour vous si vous libérez Dray. Je vous offre ma vie contre la sienne. »


C'était tout moi ça changer d'avis au dernier instant, mais je ne regrettais pas cette décision, j'espérais juste que la directrice accepterait cette offre.

Ma vie vous appartient,
elle est entre vos mains,
à la seule condition, égale,
libérez Dray, Mlle Loyale




HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMademoiselle LoyaleMademoiselle Loyale ♥


Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 23

Messages : 678
Localisation : In the Dark Wood Circus
Emploi/loisirs : Mener à bien le spectacle et après...
Humeur : Just Crazy ♫

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Portrait de Dorian Gray
Arme(s): Un fouet d'épine
Un petit mot ?: Fuh fuh...

MessageSujet: Re: Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]   Mer 13 Aoû 2014 - 22:55
Loin d'être aussi empêtrée dans ses propres files, les yeux clairs restaient lissent, une façade infranchissable qui cachait un être fragile. Oh un être rendu fort par le feu de son amour, mais il finirait par la consumer entièrement. Oh ce ne sont que tes cendres que l'on récupérera quand tu sortira de là. Oui Aurore tire les ficelles, et peu import si cette Mellissandre ne se laisse pas attacher, son aveuglement et sa naïveté suffiront à ce qu'elle se pende toute seule, nul besoin de tirer de ficelle, simplement appuyer sur la corde sensible.

Aurore avait touché juste en sous-entendant que Dray était en quelque sorte son prisonnier. Oh c'était juste insinué rien de plus, mais le coeur s'emballe et c'est la panique, puis la colère. Elle l'avait bien senti dans leur étreinte de tout à l'heure. La demoiselle frémissait de colère. Oh en réalité crois-moi, ce n'est pas contre Aurore que tu dois diriger ta colère mais contre les hommes. L'amour aaaah quel fléau. Et déterminée au nom de ses sentiments, la jeune fille ne pu qu'accepter en opposant toutefois une condition. Forte jusqu'au bout hein ? On verra d'ici là...

- J'accepte mais à une condition, je ne devrais pas rester plus d'un an. Dans un an maximum, vous me laisserez voir Dray. Si vous trouvez que je vous ai rapporté assez d'argent avant ce délais, vous me laisserez le voir.

Un an ? Oh mais Aurore n'avait pas l'intention de l'exploiter aussi longtemps, déjà elle ne savait pas très bien ce qu'elle savait faire. Oh au pire on trouvait toujours...c'est juste que travailler un an en partie noire, fuh fuh...pauvre fille ce serait au-dessus de ses forces. Remarquez on dit que l'amour rend aveugle et ça n'a jamais été aussi vrai. Rajoutons qu'il rend inconscient. Pire même, au moment où Aurore allait saisir la petite main tendue, celle-ci s'échappa modifiant son accord :

- Attendez ! En fait, je suis prête à travailler à vie pour vous si vous libérez Dray. Je vous offre ma vie contre la sienne.

A ces mots Aurore ne put s'empêcher d'ouvrir de grand yeux ronds et de considérer cette petite chose bleue avec incrédulité. Non elle n'était pas à ce point...c'était possible ça...autant de...tellement de...stupidité ??? Sotte petite sotte si tu savais, oh que c'était risible, et d’ailleurs la directrice ne put se retenir, et après son état de surprise elle se mit à partir dans un grand éclat de rire. Moqueur, railleur. Aaaah, Dray avait vraiment rapporté une sacrée perle. Une qui avait gobée sans broncher toutes ses phrases enrobées de mièvreries. Elle s'était laissée emporter s'oubliant totalement. Quelle horreur et quelle naïveté !

Peu à peu, la directrice se calma et pointa sur son interlocutrice un regard affligé de tant d'étalement de stupidité. Sa bonne humeur dominait aussi elle se retint de salir cette frimousse suintante de bonne volonté pour sauver l'élu de son coeur. Et quel élu, tu vas être déçu cocotte. Ça aussi elle se garda bien de lui dire. Attrapant la main de la jeune fille Aurore lui décocha un sourire chargée de moquerie :

- Oh mais si tu veux ma jolie, si tu acceptes ce marché Dray est libre mais toi tu vas rester trésor. Je vais te faire travailler dur crois moi, et peut être qu'au bout de quelques jour tu regretteras ton geste et tu te rendra compte qu'un homme ne vaut pas la peine que l'on sacrifie tout cela.


Elle lâcha sa main et fit quelque pas en arrière pour héler un jeune apprentis qui passait par là.

- Toi là-bas, va me chercher un des quatre As.


Le garçon parti aussitôt et Aurore attendit qu'il revienne avec n'importe lequel des artistes. Ils étaient tellement occupés en ce moment, mais ils seraient ravie d'apprendre qu'une recrue allait intégrer la partie noire. Or de question de placer cette fille en partie rose. Elle allait souffrir pour son aimé, se dévouer pour sa cause et quand fatiguée, mais heureuse de ce qu'elle aura accomplis, elle le verra enfin, ce sera dans les bras de Aurore. Et alors elle verra, oh oui elle verra..que tous ces efforts ont été accomplis pour servir un coeur versatile qui séduit pour mieux mentir. Cette jeune fille devrait se considérer chanceuse, c'est une belle leçon qu'elle allait apprendre dans le cirque. Plongée dans ses réflexions, Aurore laissa échapper quelque mots dans un murmure :

- Les gens dévoués à une cause aussi bête que l'amour, tous ils me dégoutent.

Mais ces gens sont drôlement pratique il faut leur reconnaitre. Pas besoin de faire beaucoup d'effort pour les faire tomber, ils se créent des nœuds eux-même sur leur propre ligne de vie. Il suffit juste d'être présent au bon moment pour que le tout casse pour de bon.
Des pas dans son dos se firent entendre, Diamond approcha des deux femmes. Comme d'habitude ses vêtements étaient sales et boueux, et il transportait un sac de toile sur ses épaules. Aurore ne s'interrogea même pas sur la récente escapade qu'il avait dû faire. Lui par contre demanda immédiatement :

- T'as besoin de moi ?

Le tutoiement n'avait jamais dérangé Aurore qui lui désigna la jeune fille d'une main.

- Cette demoiselle a l'intention de travailler pour nous en partie noire, j'aimerais que tu lui montres tout ce qu'elle doit savoir.


Diamond ne put masquer sa surprise concernant la partie dans laquelle la jeune fille devait travailler. Mais il passa outre cette extravagance et questionna :

- Et je la met où du coup ?

Elle réfléchit un instant.

- Je crois qu'il y a une place dans la tente de Whisper, ça lui fera quelqu'un à qui parler.

Aurore se tourna vers la jeune fille pour voir si cette dernière allait protester de nouveau ou poser une question. Oh elle s'en poserait surement en découvrant l'homme qui partagerait sa tente. Le mime aux lèvres cousus étaient un des anciens du cirque, qui serait ravie de retrouver un peu de compagnie, bien qu'au fond de lui il ne soit qu'un spectre. Aurore était satisfaite et dire qu'elle ne connaissait même pas son nom, et quelle importance d’ailleurs. Au fond c'est une ficelle de plus, isolée, mais une de plus qui viendra soutenir la toile de ce chapiteau bariolé, pour l'éternité, ainsi en avait-elle décidé.

Hors rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar ♥ Sirène au coeur brisé ♥


Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 21

Messages : 75
Localisation : Sous l'océan ♪♫

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte
Arme(s): Couteaux de lancer
Un petit mot ?: Mot

MessageSujet: Re: Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]   Mar 26 Aoû 2014 - 17:17
Le marché est-il vraiment juste,
ou bien va-t-il me mener à ma chute ?


J'étais en train de peser le pour et le contre de la situation, du marché que me proposait la directrice, mais je ne voulais risquer de me faire avoir, je posais une condition simple. Un an maximum à son service avant de voir mon aimé, cela me paraissait équitable. Si seulement j'avais su ce qui m'attendait peut-être aurais-je été plus prudente, peut-être ne me serais-je pas faite emporter par la passion qui m'animait ? Cette passion qui me fit, alors que Mlle Loyale allait accepter ma condition, changer d'avis et mettre en jeu ma propre vie. Il était vrai que l'Amour rendait idiot car à cet instant je ne savais ce que je risquais en mettant ma vie entre les mains de la femme aux cheveux roses. Mon instinct me disait pourtant que je ne devais pas lui faire confiance mais l'Amour poussait au pire aux folies et c'était pour Dray que je le faisais. Je n'avais que lui en tête et je voulais à tout prix empêcher qu'il souffre plus. Sotte que j'étais.

A l'instant où je prononçais les mots qui allait sceller mon destin, la directrice fut stupéfaite, elle ne s'attendait pas à cela. Moi-même quelques instants plus tôt je ne pensais pas agir comme cela mais j'étais quelqu'un de très impulsif et je changer très souvent d'avis. Cependant cette fois, j'aurais peut-être dû me taire.Je m'en fichais de ma vie, si cela pouvait permettre à mon seigneur du vent d'être libre. Mlle Loyale éclata d'un rire machiavélique, moqueur. Je ne comprenais pas pourquoi mais ça allait vite venir. Je la regardais, impassible attendant qu'elle serre ma main. Après s'être remise, elle la saisit et me dit :

-Oh mais si tu veux ma jolie, si tu acceptes ce marché Dray est libre mais toi tu vas rester trésor. Je vais te faire travailler dur crois moi, et peut être qu'au bout de quelques jour tu regretteras ton geste et tu te rendra compte qu'un homme ne vaut pas la peine que l'on sacrifie tout cela.


Pour Dray, je suis prête à sacrifier ma vie,
car je ne peux vivre en sachant qu'il souffre ici.


J'étais prête à travailler, l'Amour me ferait tenir le temps qu'il faudrait., en plus j'avais la satisfaction de savoir que grâce à moi, Dray était libre et cela me mettait du baume au cœur. Et puis elle ne savait pas que le beau brun était différent des autres gentil, attentionné et vraiment amoureux, amoureux comme personne auparavant. De ça, j'en étais certaine, il m'aimait et maitenant lui aussi se trouvait dans mon cœur, je murmurais tandis que la directrice hélait un des artistes :

« Dray, lui, en vaut la peine. »


Elle n'en tint pas compte, ou bien l'avais-je murmuré trop bas, dans tous les cas, elle partit dans ses réflexions. La seule chose qu'elle sembla en retirer fut :

- Les gens dévoués à une cause aussi bête que l'amour, tous ils me dégoutent.

Elle avait tort, elle avait tort et Dray et moi, nous allions lui prouver qu'elle se trompait . L'Amour n'était pas une cause bête c'était même la seule qui valait le coup d'être soutenue. Le silence s'installe entre la directrice et moi quand soudain un jeune homme roux s'approcha de nous. Cela devait être l'un des 4 as dont elle avait parlé. Il semblait sur de lui et revenir d'un endroit peu recommandable au vu de l'état de ses vêtements. Il demanda directement à Mlle Loyale si elle avait besoin de lui, elle me désigna d'un geste de la main en lui disant :

- Cette demoiselle a l'intention de travailler pour nous en partie noire, j'aimerais que tu lui montres tout ce qu'elle doit savoir.


La surprise se lut sur le visage de l'as de carreau, la partie noire était-elle si terrible ? La femme aux cheveux roses m'avait dit que j'allais travailler dur mais à la tête du roux cela semblait bien pire. Il continua demandant à la directrice où il devait m'emmener. Cette dernière me plaça avec Whisper, je ne le connaissais pas mais j'étais heureuse de ne pas me retrouver seule. Mlle Loyale se tourna vers moi, cherchant un refus ou une protestation mais je ne dis rien, j'acceptais mon sort.

Les dés sont jetés,
je n’ai pourtant pas l'impression d'avoir gagné.


L'as me prit le bras, pas violemment, simplement de façon à ce que je le suive. Je vis la directrice s'éloigner.  La jeune homme se présenta comme étant Diamond et me demanda si j'avais des questions, le temps qu'on arrive à la tente. Je lui demandais un rapide fonctionnement du cirque. Il m'expliqua la hiérarchie qui régissait le Dark Wood Circus. Tout en haut se trouvait la directrice dont j'appris afin le nom : Aurore Boréale. Juste en dessous se trouvait Grey Yale, un marionnettiste qui d'après le roux gérait presque le cirque à lui tout seul. Et enfin les généraux d'Aurore, les 4 as, si j'avais des questions ou des réclamations, je devais m'adresser à eux plutôt qu'à leurs supérieurs.

Je lui demandais ensuite quelle était la différence entre la partie rose et la partie noire. Il hésita un instant avant de me dire que la partie rose s'occupait du spectacle de l'après-midi, tout public et que la partie noire était celle des monstres et autres choses que l'on ne pouvait pas montrer à tout le monde, celle qui s'occupait du spectacle du soir. Je commençais à avoir peur de ce qui m'attendait sans parler que la partie noire était aussi très sombre physiquement parlant. Le soleil commençait à décliner dans le ciel et je me doutais que cet endroit ne devait pas bien être rassurant de nuit. On arriva enfin à la tente...ma tente semblait-il.

-Voilà on y est. Si tu as d'autres questions, tu passes me voir, je traîne quelque part dans le cirque en général. Allez salut !

Je le remerciais avant d'entrer doucement dans la tente, la silhouette qui s'y trouvait se retourna. J'eus un un instant de stupeur en voyant le visage du dénommé Whisper. Je ne sais pas ce qui m’effraya le plus : les lèvres cousues au fil noir du mime ou bien le regard sans vie qu'il arborait, reflet des souffrances qu'il avait subi. Je trouvais de plus en plus que la directrice avait un sens de l'humour macabre. Je lui fit un sourire compatissant, tout en me promettant que je ne finirais pas comme lui que mon amour pour Dray m'empêcherait de sombrer dans cette non-vie. Je me présentais au mime, triste de ne rien pouvoir faire pour l'aider. Heureusement mes pensées furent égayées par le fait que mon seigneur du vent n'aurait plus à subir les tortures d'Aurore.

Me voilà, j'y suis,
dans la gueule du loup,
l'Amour est fou,
il fait faire des folies.




HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Les feux de l'aurore ne sont pas si doux. [ft Aurore Boréale][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: × The Dark Wood Circus-
Top-Sites


Merci ♥