Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Date d'inscription : 27/10/2014
Messages : 69
Localisation : In your fehce.
Humeur : Ça dépend. Apporte-moi un thé au lait avec du sucre et peut-être que ça sera déjà mieux, don't yuh think?

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte (Joker du jeu de cartes)
Arme(s): Le Cardshifter en permanence, si on peut appeler ça une arme ; quelques autres armes volées à l'occasion en prenant l'apparence de quelqu'un d'autre ; et une arbalète, aussi, qu'il n'utilise pas souvent, mais à laquelle il tient car elle lui rappelle bien des souvenirs.
Un petit mot ?: Don't make me waste my time, shtewpehd. Fetch me sugar.

MessageSujet: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   Lun 27 Oct 2014 - 18:44
Avant-propos :
Je tiens à m'excuser pour les choses suivantes :

  • Cette présentation est exagérément longue. J'en suis désolée. Je tenais à ne pas trop omettre de détails et j'ai fini par en inclure beaucoup trop... Bref, bon courage pour la lire, et prenez tout votre temps, y en aura probablement besoin.
  • Cette présentation contient des passages en anglais. On peut appeler ça à la fois une "déformation professionnelle" et une "déformation par intérêt" de ma part. Ces passages en anglais sont traduits sous forme de spoilers situés en-dessous.
  • Ce personnage est un tricheur. Par conséquent j'ai moi-même dû tricher dans la rédaction de cette fiche... C'est-à-dire que je me suis accordé beaucoup de libertés quant au conteste, et à sa nature. Quincy a gagné son statut de compte par tricherie, en s'emparant d'un objet magique, et non pas de la manière naturelle de devenir un compte. Pour une raison similaire, il ne correspond pas vraiment à un personnage de compte précis. À l'origine, je le place dans le contexte des cartes à jouer d'Alice au Pays des Merveilles, qui font partie de la garde et de la cour de la reine de Crudelis. Disons que, par tricherie encore, il s'est accordé un statut particulier... Enfin. Je vous laisse voir à la lecture de cette présentation si un tel statut vous semble acceptable ou non. Sinon n'hésitez pas à me le dire... J'écris beaucoup en ce moment, je serai peut-être bien capable de pondre un perso de rechange avec autant de motivation. XD Qui sait.
  • Cet avant-propos est beaucoup trop long lui-même. J'en suis désolée. Bon courage, bis.


~~~



Carte d'identité

Nom : Hart
Prénom : Quincy Sultan
Surnom : Le Joker (appellation autoproclamée ; tout autre surnom, qu'il soit affectueux ou dégradant, serait de toutes façons considéré comme dégradant et très… Très mal pris.)
Sexe : Masculin
Âge : Bloqué à 12 ans et demi (mais il n'ira pas vous le raconter ; il se revendique comme étant beaucoup plus vieux.)
Origine : Queer Tales (autrefois un Lambda de Crudelis)
Orientation Sexuelle : Confus. Essaie de ne pas y penser. C'est bon pour ces attardés de post-pubères, et ça déconcentre.


Tout sur votre personnage


~Behold, ladies and gentlemen, the story of a cheater, a cheating brat, an artificial Tale… And please pardon your narrator, willya? Your narrator loves English.~
Traduction :
 


Physique : Quand on voit Quincy pour la première fois, il est difficile de distinguer s'il s'agit d'un garçon ou d'une fille. Cela n'est probablement pas pour lui déplaire : plus l'ambiguïté règne à son sujet, plus ça lui convient. La même chose vaut pour son âge : Quincy a clairement la taille d'un enfant, mais au vu de sa morphologie et surtout de son comportement, il peut être difficile de savoir exactement quel âge il a. Si vous lui posez la question, il vous répondra probablement quelque chose de grandiloquent du style "Je suis vieux comme le monde." Ses cheveux, taillés en un carré irrégulier, sont d'un éclat atypique qui les rend tantôt roses, tantôt mauves, tantôt verdâtres, tantôt blonds, et caetera, en fonction de la lumière…  Et il adore ça. Ça accentue encore plus l'ambiguïté. Ses yeux sont hétérochromes : le droit est vert tirant sur le brun et le gauche est bleu tirant sur le violet. Il porte sur sa tête les marques des quatre enseignes dont il a volé l'identité : le carreau est dans sa pupille droite, le pique dans sa pupille gauche, le trèfle sous forme de broche accrochée au chapeau qu'il porte quasiment toujours, et le coeur sous forme de marque rouge-rose sur sa joue droite. Gringalet de constitution physique faible, Quincy flotte littéralement dans tous les vêtements qu'il porte. Ses comportements alimentaires et ses besoins physiques laissent penser qu'il serait atteint d'une maladie de type diabète, bien qu'évidemment personne, et surtout pas lui-même, n'aie jamais songé à faire examiner sa condition. Précisément à cause de sa constitution faible, Quincy exècre toute forme d'exercice physique. Il a par conséquent développé une paresse compulsive qui n'a fait qu'empirer avec le temps. La voix de Quincy, androgyne comme tout le reste, est généralement haut-perchée, grinçante ; elle a quelque chose d'agaçant. Quincy ne se sépare jamais du Cardshifter, une pierre précieuse de la taille d'un oeuf d'autruche et la source de ses pouvoirs —non pas qu'il aille ouvertement expliquer à qui que ce soit de quoi il s'agit, cela dit ; c'est bien trop dangereux—. Une hypothèse consiste à croire que les bandes de tissu qu'il porte au cou et aux poignets auraient été récupérées sur les uniformes de ses anciens camarades.


~So the Joker was just an angry little boy… A very, very angry little boy.~
Traduction :
 


Caractère : Pauvre petit Lecteur, tu viens d'arriver, tu t'es perdu dans l'immensité de Queer Tales, tu as peur de mourir dans ce grand jeu du loup-garou? Ne t'en fais pas : ton ami le Joker est là! Il a des super-pouvoirs, il est plein de ressources, il est malin comme un singe, il peut t'apporter la solution que tu veux… Parce qu'un Joker, c'est, l'un dans l'autre, le moyen le plus sûr et le plus direct de tricher légalement, après tout! Qui cracherait sur une opportunité pareille? Naturellement, ce n'est pas gratuit : il va juste falloir que tu lui rendes un petit service en retour… Laisse-le juste trouver une idée…
C'est là le rôle rêvé et le passe-temps préféré du petit Quincy S. Hart depuis qu'il est devenu Joker : trouver un Lecteur encore tout frais, se présenter à lui comme un sauveur bienveillant, sourires et compagnie, et se le mettre dans sa poche pour que ce dernier fasse tout ce qu'il lui demande, sous couvert de lui donner un coup de main en échange. Bien sûr, Quincy n'aide jamais vraiment personne : ça serait trop fatigant, trop peu réalisable et sans aucun intérêt. Par contre, tout ce qu'on peut obtenir d'une personne en lui promettant de l'aide en retour, si on la fait mariner suffisamment, c'est absolument fantastique! Et Quincy, malgré le fait qu'il n'aie pas toujours nécessairement des besoins urgents, en profite sans compter.
For, you see, Quincy a toujours été un enfant gâté, et le reste encore maintenant qu'il est Joker. Évidemment, comme il a causé la mort du seul parent qu'il avait —à la réflexion c'était peut-être pas le truc le plus intelligent à faire—, il doit s'en remettre à d'autres personnes pour satisfaire ses caprices. Et, en l'occurrence, n'importe qui serait un bon candidat. Bon, pas tout à fait n'importe qui : Quincy prend soin de se rapprocher, de préférence, des Lecteurs qu'il suppose facilement manipulables et inoffensifs, et redoute comme la peste les autres Contes ou les Lecteurs de longue date, parce qu'il se doute bien de quoi ces derniers sont capables. D'un naturel si méfiant qu'il peut parfois virer à la paranoïa, Quincy pratique à outrance la discrimination entre les Contes et les Lecteurs, et même, assez ironiquement, entre les Contes et les Lambdas. Il fait preuve d'un grand manque de respect envers à peu près tout le monde, que celui-ci soit caché ou dévoilé de façon ostentatoire —cela dépendra de la personne en question et de si elle peut être une menace ou non, par exemple. Quincy n'éprouve absolument aucune gêne à insulter les autres, et ce de manière injustifiée le plus souvent. Il y est si habitué qu'il est probable qu'il ne réalise pas où est le mal.
Parce qu'il pense pouvoir se le permettre et surtout qu'il pense le mériter, Quincy a des goûts de luxe, tant du point de vue du logement que de l'alimentation. Il a développé une dépendance aux produits sucrés, particulièrement les boissons, et peut devenir très irritable s'il vient à en manquer. En fait, bien qu'il tente de cacher, en particulier auprès des inconnus, tout ce qui pourrait être interprété comme une faiblesse de sa part, il convient de noter qu'à cause de son orgueil surdéveloppé et l'impatience d'enfant qui demeure dans son caractère, l'irriter est une chose plutôt facile. Le vexer aussi. Évitez de le vexer, cela dit. Quincy est de nature excessivement vindicative et tenace, et s'il a décidé de faire payer quelqu'un, il ne reculera devant rien pour y arriver. "Oeil pour oeil, dent pour dent" est sa règle d'or en termes d'humiliation. Si quelqu'un ose l'humilier ne serait-ce qu'un peu, il fera en sorte de l'humilier au moins dix fois plus. Peu importe de qui il s'agit, d'ailleurs. C'est, semble-t-il, l'un des rares cas où l'orgueil du Joker réussit à mobiliser toute sa motivation. Le reste du temps, il préfère généralement faire faire ce qui lui passe par la tête par quelqu'un d'autre, ou, s'il doit faire quelque chose lui-même, y met souvent beaucoup de détachement et de mauvaise volonté —il râle facilement, dans ce genre de cas—. La position de meneur ingrat est pour lui moins fatigante, plus amusante et lui donne une impression d'autorité et de contrôle sur les choses. Et, bien sûr, parce qu'autrement ce serait beaucoup trop simple et parce qu'il semble totalement incapable de la moindre empathie —à quoi ça lui servirait?—, Quincy est très exigeant avec les personnes auxquelles il demande des "services". Faire les choses à moitié signifierait se moquer de lui, et il déteste, décidément, il DÉTESTE… Qu'on se moque de lui.


Histoire :

~For your convenience, this story will be split in chunks. Everybody loves sweet yummy chunks of whatever-you'd-like…
Be sure to look for the Chunks of Q. though. They're the absolute tastiest.~

Traduction :
 


[CHUNK 1]

Ils étaient quatre. Quatre petits garçons, chacun portant un uniforme identique, nés et élevés à Crudelis, qui passaient leurs journées à jouer ensemble dans les parties les plus calmes de la cour du Château. Leurs pères étaient tous membres du personnel royal, chacun sous une enseigne de carte différente. Il y avait d'abord Dan, fils du valet de carreau ; Carlow, fils du valet de trèfle ; Quade, fils du valet de pique ; et Quincy, fils du dix de coeur.
Chacun de ces pères travaillait dans l'enceinte même du palais, mis à part le père de Quincy qui, confiné au rang de simple nombre, passait le plus clair de sa profession à arpenter la cour au cas où un intrus se montrerait. Alors, pourquoi le fils d'un simple nombre passait-il tout son temps avec des fils de valets? Ma foi, ça avait peut-être quelque chose à voir avec leurs âges similaires, tout simplement. Ou peut-être avec le fait que leurs parents travaillaient aux mêmes heures de toutes façons. Ou peut-être encore avec le fait que depuis tout jeune, le petit Quincy avait souvent geint auprès de son père, puis d'autres personnes encore, comme quoi il n'avait pas d'amis et les autres enfants ne voulaient pas jouer avec lui, et pour qu'il s'arrête de geindre, on l'avait flanqué avec les autres, qui le laissaient finalement se joindre à eux par habitude.
…Mais au fond, si on ne l'invitait pas aux jeux à la base, c'était peut-être aussi parce qu'il était si lent à la course et si peu habile avec une balle, et qu'il passait son temps à se plaindre.
—Eh, diiites! Attendez-moi, quoi!
—Mais dépêche-toi un peu, Quincy!
Quincy ne se dépêchait pas —ou, comme il le disait lui-même, ne parvenait pas à se dépêcher—, et finalement il fallait toujours que les autres s'arrêtent pour l'attendre. Haletant, il arrivait, s'arrêtait pour reprendre son souffle, et relevait la tête avec un sourire qui avait tout de l'innocence parfaite de l'enfance.
—Si vous saviez ce que j'aime jouer avec vous…
Ah. Il y avait aussi ce détail énervant à propos de Quincy. Il pouvait passer en à peine une seconde des pleurnicheries à la flatterie niaise, sans qu'on sache jamais vraiment si ce qu'il disait était sincère ou non.
—On restera toujours amis, pas vrai?
—Mais oui, Quincy, mais oui. Allez, on avance.
Vous le savez bien, cher lecteur, ce genre de phrase, ce genre de question optimiste est là uniquement pour se faire narguer d'avance par le futur…


[CHUNK 2]

Dear Diary,
Today I played with the other boys in the castle's gardens again. It's pretty boring but it's not like I could play with anybody else so I just went along. I did show that I wasn't happy, though.
Carlow has had his hair cut recently. I doesn't suit him at all, he looks terrible. I tried telling him with tact but the others told me off and I got yelled at again. I'm glad I have those friends but sometimes I really have that feeling that nobody likes me.
Maybe it's because I don't have a mom so when my friends come over at our house there's nobody there to make cookies for them. Maybe it's because our house isn't really that classy at all. My dad is kind of a loser. He keeps implying he isn't and he pretty much obeys my every command so he shows me that he can do things, but I'm not impressed. I've been to Quade's house yesterday. I wish our house was like Quade's. His room is absolutely gigantic. He didn't allow me to play with his expensive toys because I had lost a relay race teamed up with him the other day. He holds a grudge against me, which is very unfair. I wish I could show him once in a while. I feel that he doesn't respect me enough.
Not that anybody does, really.

Traduction :
 


[CHUNK 3]

Quincy n'aimait pas jouer aux jeux de société.
Il ne savait pas si c'était une question de rang, ou quoi que ce soit d'autre, mais comme par hasard il se retrouvait toujours avec les pires cartes ou les pires lancers de dés. Il partait toujours avec un inconvénient. Et du coup, il perdait toujours. Plus il perdait, plus le sentiment de perdre l'énervait. Et moins il avait envie de perdre. Et, par conséquent, moins il avait envie de jouer.
De temps en temps, cependant, il essayait d'ajouter, aussi discrètement que possible, quelques cordes à son arc. Une carte puissante importée d'un autre jeu. Des dés pipés identiques au dés utilisés, pour lui permettre d'avancer plus vite. Un remaniement des cartes à son avantage lorsqu'on jouait à la bataille.
Pourtant, presque à chaque fois, il finissait par se faire prendre, et ses camarades, à tour de rôle, lui administraient une rouste, pour le punir.
—Oui, mais en même temps, comment voulez-vous que je gagne sans tricher?
Il continuait à geindre entre deux sanglots.
—J'ai toujours les pires cartes et les pires jeux. Tout ça parce que je suis fils de dix. En quoi c'est juste, hein?
—Juste?
Quade faisait un pas en avant, un sourire moqueur sur le visage. Quincy détestait le fait que Quade soit tellement plus grand que lui. Ils avaient pourtant le même âge, à peu près. Mais sa taille permettait au fils du valet de pique de toujours le regarder de haut, et c'était insupportable lorsqu'ils se disputaient.
—Mais enfin, Quincy, qu'est-ce que tu entends par "juste"? Ça a toujours été comme ça dans notre société. Les avantages que tu as dépendent de ton rang. C'est la règle. Pour s'en sortir après, c'est la loi du plus fort. Ça a toujours été comme ça. Qu'est-ce qu'une autre forme de "justice" aurait à voir là-dedans?
—Tu vas quand même pas réinventer le monde, Quince, ajoutait Carlow, qui mesurait dans ses paroles le ridicule même de cette hypothèse.
—Et puis, ce n'est pas comme si tu étais si mal loti que ça, remarquait Dan, plus logique encore. Tu es seulement un rang en-dessous de nous. La différence n'est quand même pas énorme.
—Si! (Quincy tapait du pied sur le sol.) Si, elle l'est!
Et il rentrait chez lui en pleurant, pour aller immédiatement se plaindre auprès de son père sans la moindre considération.
—Shtewpehd, shtewpehd, shtewpehd!
Les seuls jeux qu'il appréciait vraiment, c'était le menteur, le loup-garou, tous ces jeux où justement, la victoire revenait à celui qui savait le mieux mentir. Bluffer. Tricher légalement, en quelque sorte. La simple possibilité de pouvoir tricher légalement paraissait, pour Quincy, absolument formidable.
Lorsqu'il boudait chez lui, il parcourait les livres de son père, et cherchait dedans des techniques lui permettant de s'en sortir en trichant. Si la loi du plus fort dont parlait Quade s'appliquait réellement, alors le seul moyen pour lui de réussir à s'élever au-dessus des autres, c'était en jouant malhonnêtement. Ça lui était bien égal d'être malhonnête. Après tout, à Queer Tales, qui ne l'était pas? Les membres de la garde royale étaient tous plus corrompus les uns que les autres, et pourtant on les vénérait comme des héros dignes de respect. L'un dans l'autre, peut-être que tant qu'on y était, c'était encore mieux de tricher que de jouer dans les règles.
Son père avait passé sa vie à jouer dans les règles, et regardez où ça l'avait mené. Un minable sans volonté dont tout le monde riait dans son dos. Quincy ne voulait pas connaître le même sort ; mais alors, pas du tout.


[CHUNK 4]

Dear Diary,
We played cheat today and I won. Although it wasn't really the first time, the others couldn't believe it! I could tell that Carlow and Quade wanted to hit me so bad but they couldn't because technically, I won fair and square. Isn't it wonderful to be able to win fair and square at a game called 'cheat'? It's like magic, really!
I seem to be the only one who is happy about that, though. How weird, isn't it? I bet if it was Quade or Dan or Carlow who'd won, the others would have been happy. The problem with me is that I have no charisma, it seems. That's not fair either. How come some are gifted with charisma and some aren't?
Do you think charisma could be created artificially? That would be neat.

Traduction :
 


[CHUNK 5]

—Tout ça c'est de ta faute, Hart!
—Si on ne t'avait pas laissé entrer sur le terrain, on aurait pu gagner!
—Ça n'a rien à voir!
—Rien à voir?
Quade était fumasse. Il ne s'agissait pourtant que d'une petite partie d'allez-savoir-quel sport collectif, comme on en faisait tous les jours. Mais l'orgueil d'un petit garçon dans le cadre de telles parties se retrouve soudain étrangement décuplé, la plupart du temps.
—Ça a TOUT à voir, demi-portion! Si encore ce n'était que la première fois… Mais à CHAQUE fois que tu entres sur le terrain tu nous fais perdre!
Il se mit à compter les défauts sur ses doigts.
—T'es petit, t'as pas de muscles, tu ressembles à une fille, tu pleures tout le temps, tu triches, tu te fiches des règles, t'as aucun esprit d'équipe, et tu passes ton temps à quitter le jeu sans prévenir pour boire ou aller aux toilettes!
—J'y peux rien, ça! J'ai besoin!
—Ben, peut-être que si tu buvais moins, tu n'aurais pas besoin d'aller aux toilettes si souvent!
—Ça n'a rien à voir! Je me sens déshydraté donc j'ai besoin de boire! Et ensuite j'ai besoin d'aller aux toilettes, et j'y vais après et je me sens déshydraté à nouveau! J'y peux rien si j'ai pas un corps aussi avantageux que les vôtres!
Quade ne répondit pas immédiatement, considérant ce garçon si maigre et si petit avec le regard le plus méprisant du monde. Il y avait quelque chose de particulièrement exaspérant dans cette voix aiguë et ridicule qui essayait de lui crier dessus.
—Chochotte.
Comme précisément pour confirmer ses dires, les yeux de Quincy se remplirent à nouveau de larmes. Quade y était si habitué que ce fut loin de l'arrêter dans son procès.
—Des fois je me demande pourquoi on prend même la peine de te supporter. Si ton minable de père n'avait pas été se plaindre de ta part auprès des nôtres, on n'aurait peut-être jamais eu à t'intégrer dans nos parties!
Brève pause de Quincy. Choc.
—Tu n'as pas dit ça. Tu n'as pas osé dire ça!
—Oh, mais si, je l'ai dit. En quoi on aurait des comptes à te rendre, que je sache?
Quincy ne trouvait rien à répondre. Il se sentait pris d'une envie terrible de frapper Quade, mais il savait que s'il faisait ça il se prendrait un coup trois fois plus douloureux immédiatement après. Ce sentiment d'impuissance le faisait enrager. Ses poings se serrèrent, et sa gorge également, saisie par l'injustice de la situation. Il se mit à reculer, pointant son audience d'un index qu'il voulait menaçant, mais qui était probablement loin de l'être assez.
—Oui, ben, j'ai certainement pas de leçons à recevoir sur l'esprit d'équipe de la part d'ordures comme vous! Vous êtes dégueulasses!
Le même index se mit alors à se déplacer d'une "ordure" à une autre.
—You're shtewpehd, you're shtewpehd, and you're downraght TALL and shtewpehd!
Et il s'enfuit en courant jusque chez lui, laissant derrière lui un Quade fort perplexe qui se demandait en quoi le mot "tall" pouvait bien être une insulte.


[CHUNK 6]

—Daddy?
—Oui, sweetheart?
Quincy réprima une grimace. Il haïssait en secret ce genre de surnoms. "Sweetheart". Quel genre d'homme qui se respecte appelle son fils comme ça? Ces petits noms, c'était bon pour les mères, et ce n'était pas parce que Quincy n'avait pas de mère qu'il fallait que son père en assure le remplacement.
—Qu'est-ce que c'est, exactement, le "Cardshifter"?
Le dix de coeur tourna complètement son regard vers son enfant maigrelet affalé sur un coussin, un gros livre entre les mains. Depuis qu'il s'était disputé avec ses amis, il passait le plus clair de son temps à traîner dans le salon en feuilletant les livres de son père. C'était sa façon de bouder. Or, le livre qu'il lisait en ce moment parlait précisément de cette chose appelée "Cardshifter". Figures.
—Oh, tu relis encore ce vieux livre?
—Je t'ai posé une question, daddy dearest.
Le dix de coeur lâcha un soupir.
—C'est une légende. Ça n'existe pas.
—Oui, mais, even so, qu'est-ce que c'est?
Comme il voyait que son paternel ne lui répondait pas comme il l'aurait souhaité, il se replongea dans son livre et lui tendit une perche.
—Ils disent ici que c'est une pierre magique qui confère à celui qui s'utilise la capacité de se transformer en qui bon lui semble.
—Tu vois bien? Ce sont des bêtises. Une chose aussi avantageuse que celle-là ne peut sûrement pas exister.
Quincy ignora royalement la remarque de son père. Il n'en pensait pas moins. Ses petits doigts parcouraient frénétiquement les pages.
—Ils disent qu'il est caché dans l'une des trésoreries royales.
—Voyons, c'est impossible.
—Tu es déjà allé dans les trésoreries royales, daddy?
—Non, sweetheart, tu sais bien qu'elles ne sont accessibles qu'à un nombre très limité de personnes et…
—Si tu n'y es jamais allé, comment peux-tu savoir que le Cardshifter n'y est pas?
Le dix de coeur ne put rien répondre. Quoi qu'il eût répondu, de toutes façons, cela n'aurait pas réussi à satisfaire son fils, qui était toujours complètement absorbé dans les illustrations du livre.
—Moi, j'y crois. Je crois que justement, si quelqu'un a un jour pris la peine de décrire une chose aussi formidable, c'est qu'elle doit exister! Ces choses-là ne s'inventent pas.
Quincy souriait de toutes ses dents. Son idiot de père ne lui serait d'aucune utilité, mais ceux des autres, peut-être. Il se promit alors de se réconcilier dès que possible avec Dan, Quade et Carlow, et de faire en sorte de se faire à nouveau inviter chez eux, pour demander au passage, comme si de rien, à leurs parents s'ils savaient quelque chose à propos de ce Cardshifter.
Si une telle chose existait, il fallait qu'il la voie de ses propres yeux.


[CHUNK 7]

Dear Diary,
I got to talk with Carlow's dad today. Each time I talk with one of the jacks I get to know more about the Cardshifter. It really does exist! Dan and Carlow's dads say they've seen it from afar once. They know where it is. The Cardshifer exists and I know some people who know of its location. It thickens. It all thickens.
I can't stop thinking about the Cardshifter. I want to see it so bad! The other lads did not even know about it. Where have they been all their lives? Don't they even ask their dads about what they do at work? If MY dad was a jack, I sure would ask him everyday.
I had to tell them about it. Good thing their dads confirmed that it did exist, else they may not have believed me. They never believe me. They say it's because I cheat too much and because they're still mad at me for the other day, but that is bullcorn. They never believed me in the first place, they didn't need a reason for it before.
But now that their dads told us it was true, they have to believe it. They're bound to get interested in it too. You can't not be interested in something so fantastic. I know I can't stop thinking about it. Soon it will be the same for the others. Soon we will all be interested in the same thing and they will be grateful to me because I'm the one who had the idea of mentioning it.
Or not. Maybe they're going to take all the credit.
But even so, I don't even care what they think anymore. We will have something to talk about. Something to hope for. And hopefully I may be able to work out something from this.

Traduction :
 


[CHUNK 8]

Depuis qu'il s'était réconcilié avec ses amis, Quincy s'était remis à sortir. Mais pas seulement avec ses amis, et c'était là la différence. Il se rendait en ville, arpentait les rues de Daresbury seul en s'assurant de ne pas être suivi, entrait dans une librairie, une bibliothèque ou un magasin d'antiquités, y disparaissait pendant des heures. Quand il rentrait chez lui, la nuit était déjà tombée. Il avait les bras et le sac chargés de livres ou de feuillets qu'il refusait expressément de montrer à son père. Bien entendu, ça ne faisait qu'intriguer encore plus le dix de coeur, mais jamais il n'aurait eu le front d'être en désaccord à propos de quoi que ce soit avec son fils. Cet enfant était tellement sensible. Un rien suffirait à l'émouvoir. Mieux valait éviter le conflit. Et s'il voulait avoir des secrets, qu'il aie des secrets. Il grandissait, après tout.
—Sweetheart… Ces choses que tu lis, ce ne sont pas des cochonneries, au moins?
Quincy s'empressa de remplacer l'expression d'incrédulité qui lui venait naturellement par un faux air profondément choqué qui était beaucoup plus pratique dans cette situation.
—Oh, daddy dearest!
Son père était en proie à un mélange entre la panique à l'idée d'avoir choqué son fils, et le soulagement de voir que son petit était encore si innocent, après tout. Bien entendu, il n'y avait rien à craindre…
—Oh, pardon, excuse-moi, sweetheart… Je ne voulais pas insinuer une chose pareille, c'était maladroit de ma part.
—Je ne te parle plus, daddy! Je suis très attristé de voir que tu me prends pour un n'importe-qui de la sorte. Je vais dans ma chambre.
Et qu'on s'exécute immédiatement en tapant bien des pieds dans les escaliers.
—Sweetie?
—Je ne te parle plus! Je lis!
—Je serai pardonné demain matin?
Bref silence.
—…Peut-être. Si on a des pancakes au petit déjeuner.
Pancakes it was. Cette autorité sur son père avait décidément quelque chose de formidable.
Des cochonneries, cela dit… Franchement. Comme s'il avait le temps pour des cochonneries.


[CHUNK 9]

Dear Diary,
I now know most of the things I needed to know about the Cardshifter. It is simply amazing how much information one can find, even on magical items like these, if one is enough of a "bookworm", if I may say so myself.
I have synthesized the key information which I will be needing, and written it down on a little sheet of paper which I keep with me at all times, in case I should have to destroy the books. If possible I would prefer not to do so. You never know when you will need this little extra piece of information after all.
Of course, there is also you, dear diary. You're valuable evidence. I may have to destroy you when this is all over.
Although if everything goes as planned, when this is all over, I may even be too powerful to care about leaving evidence or being found.
Everything should be set into motion soon enough. I simply cannot wait.

Traduction :
 


Dernière édition par Quincy S. Hart le Ven 7 Nov 2014 - 12:49, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 27/10/2014
Messages : 69
Localisation : In your fehce.
Humeur : Ça dépend. Apporte-moi un thé au lait avec du sucre et peut-être que ça sera déjà mieux, don't yuh think?

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte (Joker du jeu de cartes)
Arme(s): Le Cardshifter en permanence, si on peut appeler ça une arme ; quelques autres armes volées à l'occasion en prenant l'apparence de quelqu'un d'autre ; et une arbalète, aussi, qu'il n'utilise pas souvent, mais à laquelle il tient car elle lui rappelle bien des souvenirs.
Un petit mot ?: Don't make me waste my time, shtewpehd. Fetch me sugar.

MessageSujet: Re: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   Lun 27 Oct 2014 - 18:52
[CHUNK 10]

—Bien! À l'ordre du jour : notre plan pour mettre la main sur le Cardshifter.
Debout devant son assistance —trois autres garçons assis chacun sur une chaise dans un coin de son immense chambre—, Quade tournait en rond, tentant de récapituler dans sa tête toutes les étapes. On en était arrivé là : "mettre la main sur le Cardshifter". Quand une chose devient trop intéressante, et qu'on ne cesse d'en parler, on finit par vouloir la voir. Et par vouloir s'en emparer, même, pour mesurer l'étendue de ses pouvoirs. Voir ce que ça faisait en vrai. S'amuser un peu, probablement, et le remettre à sa place ensuite avant d'avoir eu le temps d'avoir des ennuis. Les adultes ne remarqueraient rien.
Assis sur la chaise tout à gauche, Quincy balançait imperceptiblement ses jambes dans le vide, les yeux levés vers ce grand dadet de Quade comme s'il buvait absolument chacune de ses paroles. Intérieurement, il jubilait. Tout ça était vraiment trop facile. Il lui avait suffi de glisser une ou deux suggestions vagues de temps à autre, et l'idée avait ensuite germé toute seule dans la tête de ses camarades. Il n'avait même pas eu besoin de réfléchir à un plan. Si ça tournait mal, il pourrait très bien dire, lâchement, qu'il s'agissait de l'idée de Quade, et ce ne serait même pas un mensonge. Vraiment trop facile. Vraiment.
—D'abord, on a besoin de convaincre l'un de nos pères de bien vouloir nous emmener dans la trésorerie. Le jour importe relativement peu ; il suffit juste de savoir lequel s'y colle. (Geste vers Quincy.) Le père de Quincy est un inutile, donc on le raye de la liste d'office.
(Froncement de sourcils de la part de Quincy.)
—Hey!
—Mais, poursuivit Quade, comme on n'est pas des ingrats, et que c'est Quincy qui nous a parlé du Cardshifter en premier, il a le droit de venir avec nous. S'il participe correctement au plan comme tout le monde.
—Tu peux compter sur moi, Quade! répondit Quincy, prenant l'air le plus docile possible.
De toutes façons, il était tout à fait dans son intérêt que ce plan fonctionne. Et puis, ce n'était pas comme s'ils pouvaient le rejeter à présent. S'ils le rejetaient ils savaient très bien que Quincy irait tout rapporter à leurs parents sur le champ. C'était un risque à ne pas courir.
—Je sais bien que c'est de nos pères qu'on parle, mais il faut tenir compte du fait que les objets dans la trésorerie sont protégés par la garde et que par conséquent, tout le monde qui y travaille est sur les dents. Il faudrait quelqu'un qui se laisse quand même assez facilement distraire. Ça exclut d'office le père de Dan.
Dan hocha silencieusement la tête. Le valet de carreau était connu pour son professionnalisme et sa concentration sans failles, qui se ressentaient d'ailleurs dans l'éducation de son fils.
—Je pense qu'on est tous d'accord pour dire qu'il vaut mieux que ce soit le mien, déclara Carlow en dressant la tête. Le père de Dan est complètement hors course pour ce genre d'affaire, et le père de Quade fait trop de zèle, je suis pas rassuré de ce qui pourrait arriver s'il commençait à se méfier de nous.
Quade baissa la tête. Quincy continuait d'écouter attentivement.
—Ce n'est pas faux. En plus, le père de Carlow est celui qui est le plus sympa avec les enfants. Il ne sera pas difficile à convaincre dès le départ.
—Bien vu.
—Je suis d'accord!
—Alors c'est décidé : ce sera le père de Carlow. Tu te sens d'attaque pour le convaincre, mate?
—Compte sur moi.
—Merci bien. Bon. Je récapitule…
Le plan était très simple, en réalité. Se faire inviter par l'un des pères pour une visite de la trésorerie tous les quatre. Là, arrivés à mi-chemin de la visite, Quincy et Carlow diraient avoir besoin d'aller aux toilettes et prendraient congé. Personne ne les suspecterait de tramer quoi que ce soit : le père de Carlow avait bien trop confiance en son fils, et Quincy, qui passait de toutes façons son temps à aller aux toilettes, était beaucoup trop petit et trop pleurnichard pour oser faire quoi que ce soit de vraiment répréhensible. Ensuite, ils auraient tout le loisir de s'emparer du Cardshifter pendant que Quade et Dan faisaient diversion. Il y aurait fort probablement une serrure à crocheter, mais depuis quelques semaines déjà, Quincy s'était entraîné.
Un plan pareil avait toutes les chances d'échouer lamentablement… Mais en même temps, tout autant de chances de réussir. C'était là l'aspect magique des plans les plus simples.


[CHUNK 11]

Sure enough…
—Quincy?
La visite de la trésorerie s'était passée sans encombre. On était ensuite rentré chez Carlow pour "jouer ensemble" jusqu'au soir. Assez vite, évidemment, les quatre garçons, qui avaient tout fait pour rester aussi impassibles que possible, s'étaient retirés dans la cabane au fond du jardin de Carlow, dont le jeune garçon avait depuis longtemps fait sa "base secrète", en quelque sorte, et où personne n'avait le droit d'entrer, hormis lui et ses trois amis. Et là, enfin, tout le monde s'était tourné vers le fils du dix de coeur, et toute la ferveur dans leurs regards étaient revenue.
Quincy acquiesça solennellement et souleva doucement la large tunique noire qu'il portait. L'objet roula en dehors et se mit à léviter à quelques centimètres au-dessus du sol. C'était une pierre précieuse ornée, grosse comme un petit ballon, et dont l'éclat merveilleux ne cessait de la faire changer de couleur. L'expression grave de Quincy se changea en sourire plein de malice et de satisfaction.
—Ta-dam!
Exultations chuchotées.
—Génial! Bien joué, mates!
—On a réussi!
—Je n'arrive pas à croire que ça a été aussi facile!
Quincy jouait le jeu comme tout le monde. Mais évidemment, il était moins surpris que les autres de la facilité de cette opération. La plupart de ceux qui, peut-être, croyaient encore aux pouvoirs du Cardshifter ignoraient comment s'en servir de toutes façons. Ils avaient beau avoir réussi à dérober le Cardshifter, celui-ci ne fonctionnerait pas pour eux. Bien sûr, il s'était bien gardé de le dire. Qui aurait voulu voler un artefact qui ne fonctionne pas?

—Oh, bummer!
Naturellement, quelques heures d'essais infructueux plus tard, les quatre garçons en étaient réduits à se taper la tête contre les murs de la cabane. À quoi bon s'être donné tout ce mal? Où étaient les pouvoirs de ce sacré machin? Pourquoi aucune incantation, aucun contact, aucun geste ne fonctionnait-il?
—Quince! Tu es sûr que tu n'as pas lu autre chose dans tes bouquins, sur la façon de le faire fonctionner?
—Sûr et certain! Si je l'avais su ça ferait longtemps que je l'aurais dit!
Comme si j'allais vous dire une chose pareille. Quelle inutilité. Quel gâchis.
—Écoutez, les amis, ça m'énerve tout autant que tout le monde, mais je crois qu'on n'arrivera à rien aujourd'hui, et il est déjà tard… J'ai besoin d'avoir mon jus de fruit du dîner, moi…
Quade fronça les sourcils dans un soupir.
—Pour une fois, Quincy n'a pas tort. Il vaut peut-être mieux qu'on rentre tous chez nous. On réessaiera demain.
Bien qu'à contrecoeur, chacun approuva d'un hochement de tête silencieux. Intérieurement, Quincy priait. Faites que quelqu'un fasse la remarque. Si quelqu'un d'autre que moi la fait personne ne pourra dire que c'était mon idée. Faites que quelqu'un fasse la remarque…
—Il faut trouver un endroit pour cacher le Cardshifter.
OUI! Exactement, Dan. Tu as toujours été le plus intelligent.
—Je… Je veux bien le cacher chez moi!
Quincy feignait à présent parfaitement l'air de celui qui avait dû faire un gros effort pour réussir à lâcher une si grosse remarque. Il faut dire que ça collait extrêmement bien à son personnage, et que les regards incrédules de ses trois camarades étaient exactement le genre de réaction qu'on aurait pu espérer de leur part.
—Toi, Quince? Toi, t'es volontaire?
—Euh… Ben… (Nouvelle étape du numéro : le regard style "ne-me-fais-pas-regretter-ce-que-je-viens-de-dire". Suivi d'un sourire gêné.) Vos parents à vous, ce sont des valets… Si jamais les choses tournent mal et que le Cardshifter est retrouvé chez l'un d'entre vous, votre avenir sera compromis et votre famille risque d'être dégradée… Moi, mon père est déjà plus bas sur l'échelle, alors…
Et, après un silence, pour ne pas paraître trop cruel à l'égard de son pauvre père, il se reprit et ajouta :
—Et puis… Je veux faire quelque chose pour aider! J'ai jamais vraiment aidé à quoi que ce soit dans notre bande… J'aimerais prendre ça comme une chance de me racheter pour toutes les parties de ballon que je nous ai fait perdre! Je vous décevrai pas, je vous jure…
Les trois autres le considérèrent gravement pendant un court instant, puis le visage de Quade s'éclaira à nouveau d'un sourire :
—Alors c'est d'accord. C'est toi qui t'y colles. Mais tu feras attention, hein?
—Oui! Promis!
Imbéciles. Quelle sacrée bande d'imbéciles.


[CHUNK 12]

Dear Diary,
I HAVE IT! I OWN IT! It's in my room right now! I'm staring at it! Oh my god, it's so incredibly beautiful. It shines a million colors. And it's mine. All mine. All but mine!
Well, at least it will be, soon enough. As long as I have completed the necessary rituals, I will finally be able to use it.
It may take a little while. But I will just have to be patient until everything is finally over.
Then, I will have the ability to become anyone. And therefore do anything.
Oh, but I must hide it good. Anybody could come and look for it now. I cannot let anyone snatch it away from me. I'm too close now. Way too close.

Traduction :
 


[CHUNK 13]

Un soir, en plein milieu du dîner, des membres de la garde royale étaient entrés en trombe dans la maison de Quincy et de son père et s'étaient mis à fouiller les lieux de fond en comble. Dans la bibliothèque du salon, cachés derrière les livres les plus ordinaires, ils avaient trouvé tout un amoncellement d'ouvrages et de feuillets tous plus étranges les uns que les autres, qui parlaient du Cardshifter. Le Cardshifter qu'on avait récemment volé… Ils étaient persuadés d'avoir trouvé leur homme.
Le père de Quincy déclara n'avoir jamais vu ces livres et ignorer d'où ils venaient. Et bien qu'il dise la vérité, personne ne le croyait, bien évidemment. Dans un bref éclair de panique et de génie, il se souvint que son "sweetheart" était souvent rentré ces derniers temps avec les bras chargés de bouquins.
—C'est… Ils sont à mon fils! Ces livres sont à mon fils!
Quincy assistait à la scène, impuissant, collé contre un mur du fond de la pièce, tremblant comme une feuille. On exprima son mécontentement face à ce dix de coeur infâme qui osait accuser son fils plutôt que d'assumer un blâme.
—Et pourquoi m'arrête-t-on, s'il vous plaît? Posséder un ou deux livres n'est pas un crime, que je sache!
—Vous êtes en état d'arrestation pour le vol du Cardshifter.
—Le Cardshifter? Mais il n'y en a pas, de Cardshifter! Il n'existe pas!
—Il vient de dire qu'il n'existait plus!
—Ça veut dire qu'il l'a détruit? L'ignoble!
—Une telle source de pouvoir… Ça fait bien longtemps que des idéalistes dans son genre cherchent à s'en emparer pour la détruire! Mais qui aurait cru qu'un de ces fous y serait parvenu un jour…
Inespéré. La bêtise générale de la société qui l'entourait ne faisait que polir les projets de Quincy pour les rendre encore plus lisses et sans encombre. Il n'avait même plus besoin de faire d'effort pour guider l'opinion dans son sens. C'était dans les moments comme celui-ci que Quincy Sultan Hart se disait que, décidément, le monde était quand même bien stupide et bien en-dessous de lui. Et qu'il pouvait en faire ce qu'il voulait. Et qu'il allait se gêner, d'ailleurs.
—C'est… C'est vrai, ces livres, ils sont à moi!
Nouveau numéro de l'enfant pleurnichard. De grosses larmes roulaient sur les joues de Quincy, qui avait réussi à capter l'attention générale, alors qu'il lâchait un aveu qui semblait énormément le faire souffrir.
—C'est moi qui ai ramené ces livres à la maison. Tout ça, c'est de ma faute. Daddy n'y est pour rien!
Il "tenta" de rendre cet aveu plus élaboré. C'est ce qu'un enfant paniqué aurait pu tenter de faire, non?
—Daddy… Daddy disait toujours que le Cardshifter ne devrait pas exister… (Notez le glissement de sens. Idiot mais suffisant apparemment.) Du coup, ça a attisé ma curiosité, et… Ces livres, ils sont à moi, ils sont à moi parce que Daddy m'a dit de prétendre qu'ils étaient à moi, et je le fais parce que Daddy…
Il s'interrompit un instant, exactement comme s'il venait de lâcher la terrible vérité compromettante. C'était la suite du scénario, évidemment. Ses yeux se rivèrent sur le visage de son père. Il plaqua ses deux mains sur sa bouche, sous le choc, et ses sanglots redoublèrent.
—Oh mon Dieu… Daddy… Pardonne-moi! Je ne voulais pas…!
Le père de Quincy adressait à présent un regard qui semblait signifier : "Qu'est-ce que tu me fais, là?!". Et quoi de plus sincèrement parfait pour cette situation? Cette réaction naturelle ne faisait que le compromettre encore plus!
—Il a osé forcer un enfant innocent à mentir pour ses combines?
—C'est méprisable! Tout simplement méprisable!
Le reste s'était déroulé de soi-même, et extrêmement vite, avait-il semblé. Il avait suffi d'allumer la mèche pour que les feux d'artifices commencent. Le père de Quincy avait été immédiatement inculpé du vol et de la destruction du Cardshifter, et conduit sur la Place des Exécutions pour s'y faire couper la tête, comme d'autres, dès le lendemain, sans autre forme de procès. Affaire classée. Et un orphelin au compteur. Quincy avait assisté à l'exécution, mêlé à la foule, feignant les sanglots les plus déchirants du monde. Et puis, lorsque son père avait été exécuté et que la foule de la place s'était dissipée, il repartit chez lui, d'un pas lourd d'abord, puis qui s'accéléra à mesure qu'il n'était plus entouré de monde.
Il ne prit même pas le temps de se surprendre du silence lorsqu'il poussa la porte de leur maison vide. Le "tu es rentré, sweetheart?" que son idiot de père poussait à chaque fois qu'il posait un pied à l'intérieur ne lui manquerait certainement pas.
Séchant son visage mouillé, il se hâta vers le miroir le plus proche. Il alluma une lumière pour y voir plus clair et commença à inspecter son visage, puis ses vêtements, puis son corps, sous toutes les coutures.
Rien. La marque en forme de coeur n'était nulle part.
Pas d'erreur pourtant : son père était bien mort. Et, ne nous leurrons pas, clairement mort par sa faute, même si personne, à part lui, ne le savait. Or, c'était peut-être précisément cela le problème? Peut-être qu'il n'était pas suffisamment clair que c'était lui, le coupable?
Il avait déjà songé à cette éventualité. Après tout, en soi, la mort de son père n'était pas le résultat d'un homicide direct de sa part. C'était le résultat d'un plan, tout au plus. Oui, après tout, il était compréhensible que cela n'aie pas fonctionné.
—Tsk.
Quincy grimaça. Qu'à cela ne tenait, bien sûr, mais cela voulait dire aussi qu'il allait devoir se charger du sale boulot lui-même. Ça lui prendrait du temps et de l'énergie… C'était beaucoup plus risqué…
Mais tant pis. Il était déjà allé beaucoup trop loin pour pouvoir revenir en arrière. Et ça en valait largement la chandelle.


[CHUNK 14]

Quelques jours s'étaient écoulés depuis l'exécution du père de Quincy. Les quatre garçons, encore sous le choc face à la situation, ne s'étaient pas réunis depuis. Les remords et la paranoïa les rongeaient et les dissuadaient souvent de sortir de chez eux plus que nécessaire. C'était trop bête. Tout ça pour un stupide artefact qui ne marchait même pas.
En ville, on causait des nouvelles, comme toujours. Un objet de la trésorerie royale avait apparemment été volé et détruit. Certains pensaient que c'était effectivement une bonne idée de le détruire. D'autres considéraient cela comme un acte irresponsable. Mais finalement, on trouvait d'autres sujets de conversation et on oubliait cette histoire de vol. Un petit serviteur de l'enseigne des coeurs avait été porté disparu récemment. Généralement quand quelqu'un était porté disparu, cela signifiait qu'il était mort. Il serait remplacé bientôt, sûrement. Les décès étaient monnaie courante à Queer Tales, après tout.
Dan réfléchissait à ces faits en lisant la gazette, ce jour-là, dans le salon principal de leur grande demeure. Il aimait à concentrer son esprit sur des faits concrets de ce type pour oublier le reste. Il était difficile de rester impassible, en ce moment. Le père d'un de leurs amis était mort, indirectement par leur faute.
Quelle ne fut pas sa surprise, d'ailleurs, lorsqu'on vint lui annoncer qu'une personne à la porte demandait à lui parler, et qu'il se retrouva nez à nez avec Quincy S. Hart. Le pauvre garçon avait l'air bien mal en point. Il semblait encore plus maigre qu'avant, ses yeux étaient pleins de cernes, et son corps un peu sale, poussiéreux. Allez savoir à quoi il occupait son temps depuis qu'il s'était retrouvé sans parents.
—Quincy…?
—Dan… Je suis désolé de te déranger comme ça…
Quincy remarqua que Dan avait les yeux fixés sur sa joue droite. Oui, après tout ça n'avait rien d'étonnant : il devait s'intéresser à la marque en forme de coeur qui s'y trouvait.
—Oh… Ça? Je me suis dessiné ça sur le visage pour rendre hommage à mon père… Il me manque beaucoup, tu sais.
Dan, gêné, ne sut que répondre. Il se doutait bien que le père de Quincy lui manquait.
—Veux-tu entrer?
—Non, merci, je… Je ne voudrais pas déranger, et puis des derniers temps ça me fait un peu bizarre d'aller dans les endroits où on jouait ensemble avant que… Enfin… Avant que ça arrive…
La sensation de malaise s'accrut encore. Dan sentit sa gorge se serrer. Quincy poursuivit.
—Mais… Je suis venu parce que j'aimerais quand même qu'on parle… Tu as toujours été le plus réconfortant et celui qui raisonnait le mieux, et j'aurais bien besoin de tes paroles en ce moment. Est-ce que… Ça te dérange si on va dans un endroit plus calme, pour discuter un peu de tout ça? Je préfèrerais qu'on soit seuls…
Pauvre Quincy. Il semblait être la définition même de la vulnérabilité à cet instant. Dan sentit qu'il fallait faire quelque chose.
—Bien sûr, Quincy. Bien sûr. Où tu veux. Laisse-moi juste prendre mon manteau, et j'arrive.


[CHUNKS OF Q.]

—Mère! PÈRE!
Un cauchemar. C'était un cauchemar.
Quade n'arrivait pas à le croire. Non, certainement, il allait se réveiller, il faisait un mauvais rêve et bientôt tout allait revenir à la normale, ce n'était pas possible autrement.
D'abord il y avait eu le vol du Cardshifter qui ne les avait menés à rien. Ensuite le père de Quincy avait été exécuté, à cause de ce même Cardshifter, et Quincy s'était retrouvé orphelin. Et depuis, il n'avait plus pris de nouvelles ni de Quincy, ni de Dan, ni de Carlow. Cette histoire l'avait trop embrouillé. Il avait trop honte, peut-être, même s'il avait du mal à se l'admettre lui-même. Il ne pourrait pas leur faire face comme ça. Ce plan avait été son idée, après tout…
Mais alors, est-ce que ce qui était en train d'arriver était une rétribution face à ses actes? Une punition divine, un retour de karma sur tout ce qu'il avait fait ces derniers temps?
Il était rentré chez lui un soir, un peu tard, rongé par ce sentiment de malaise qu'il traînait depuis quelques jours, et il les avait vus. Son père et sa mère gisant sur le sol, leurs corps plus transpercés de flèches que toutes les représentations imaginables de Saint Sébastien, baignant dans leur propre sang. Et sans vie, bien évidemment.
Il avait essayé de leur parler, de les secouer, n'importe quoi qui pourrait les faire réagir. Ça ne pouvait pas être en train d'arriver. C'était un cauchemar. Il n'y avait pas d'autre explication.
Les retours de karma n'existaient pas! Qui avait pu faire une chose pareille? Personne n'avait de raisons de tuer son père et sa mère. Ils n'avaient pas d'ennemis. Et son père était bien trop fort pour se faire tuer de toutes façons! Qui avait pu faire ça?
—Tiens, tiens, tiens, tiens! Juste celui qui manquait dans le tableau!
Non.
Pas possible. Pas cette voix. Pas cette voix haut-perchée insupportable.
Qu'est-ce qu'il fichait là, celui-là?
—Quaaaaaade!
Glacé de terreur, Quade se retourna. C'était pourtant bien lui. Lui qui le considérait avec un sourire de malade mental, les yeux plissés, la tête légèrement inclinée sur le côté. Il tenait une arbalète au bout de son bras tendu. La vision était à peine croyable.
—Quincy…?!
—Je suis content de te voir, Quade. Je t'ai attendu depuis longtemps, tu sais. J'avais hâte que tu arrives. Je me devais de t'accueillir en bonne et due forme.
Le fils du dix de coeur s'avança dans la pénombre, révélant un peu plus son visage. Ce fut alors que Quade se rendit compte d'à quel point il avait changé. Il l'avait surtout reconnu à sa taille et à sa voix. Mais ses cheveux étaient à présent d'une couleur étrange, indéfinissable, ses yeux, son visage et son chapeau étaient jonchés de marques étranges, et les vêtements qu'il portait n'avaient eux-mêmes plus aucun sens. À côté de lui, à quelques centimètres, flottait le Cardshifter. Bien entendu, son père ne l'avait pas détruit. Personne ne l'avait détruit. Mais qu'est-ce que Quincy comptait bien pouvoir en faire?
—Quincy… Qu'est-ce qui t'est arrivé? Tu as l'air d'un monstre!
Le sourire de Quincy se changea brièvement en une moue pincée.
—Comme c'est peu courtois. Je ne me trouvais pas si mal au contraire. Mais peut-être préfères-tu une image plus familière?
Et, en un clin d'oeil, Quade fut stupéfait et terrorisé de se retrouver littéralement en face de son doppelgänger. Quincy avait disparu, laissant place à une copie conforme de lui-même.
—Serais-tu narcissique au point de mieux apprécier ton propre reflet, Quade? interrogea la copie.
Le Cardshifter. Il fonctionnait. Malgré tout leur dépit et leurs désillusions, Quincy avait finalement réussi à se servir de son pouvoir. Quade se raidit.
—Quincy… Comment tu as fait ça?
—Oh, c'est simple, en réalité, répondit Quincy dans un éclat de rire, en reprenant sa forme originelle. Quiconque veut utiliser le Cardshifter doit au préalable réaliser quelques sacrifices. Quatre sacrifices, pour être précis. (Et, se rapprochant de Quade de quelques pas, il ajouta, d'un ton plus grave, mais sans perdre son sourire : ) Quiconque veut utiliser le Cardshifter doit d'abord lui prouver sa loyauté en tuant un membre de chaque enseigne. De ses mains. J'ai d'abord cru que causer indirectement la mort de mon père suffirait à remplir mon sacrifice pour l'enseigne des coeurs. Erreur naïve. Mais je l'ai rapidement rattrapée en réglant son compte à ce serviteur l'autre jour.
—Le serviteur porté disparu… C'était à cause de toi?
Quade se reprit rapidement et secoua la tête.
—Ça ne pouvait pas être toi. Tu serais complètement incapable d'une chose pareille!
—Que tu crois, mate. Que tout le monde croit, d'ailleurs. Et c'est bien pour cela qu'il m'a été aussi facile de mener mes opérations à bien. Personne ne se doutait de rien. Personne n'aurait soupçonné ce minable, ce bon à rien de petit Quincy Sultan Hart.
Quade se sentit pâlir. Le regard que venait de lui adresser Quincy, à l'instant, et cette pointe de haine refoulée dans sa voix, ne donnaient absolument pas envie de douter de lui une seule seconde.
—Mais tu sais quoi? Je leur ai montré. À Dan et à Carlow d'abord. J'ai commencé par Dan. C'est son sacrifice si bienveillant qui m'a valu d'obtenir cette petite merveille. (Et, en disant cela, il pointa du doigt la marque en forme de carreau qu'il avait dans l'oeil droit. Quade ne répondit rien, les yeux écarquillés, ayant grand peine à croire ce qu'on lui racontait.) Ensuite, Carlow. J'ai quelque peu fait preuve de maladresse en m'occupant de lui, cela dit, et ses cris avant de mourir ont comme qui dirait attiré l'attention de sa famille. J'ai été obligé de les tuer tous…
Il s'interrompit et tira un bout de langue, prenant l'air faussement confus d'un "oups" ignoblement léger. Quade dut faire un gros effort pour ravaler sa bile.
—Dégueulasse… Tu savais pour le Cardshifter et tu ne nous as rien dit… Tu t'es servi de nous et maintenant, tu nous remercies de la contribution en tuant tout le monde…
—Please, please, please. (Quincy leva sa main libre en l'air.) C'est moi qui parle, ici. Je n'ai pas besoin de qui que ce soit pour me réénoncer l'évidence. (Et la tirade se poursuivit : ) Cela dit, tuer toute la famille de Carlow au lieu de me contenter de lui m'a aidé à me faire la main. C'est fou comme plus on tue de monde, moins on y est sensible, tu n'as pas idée… Du coup, ça a rendu la chose plus facile quand je me suis occupé de tes parents. (Geste méprisant de la tête vers le père, puis la mère de Quade.) J'étais venu chez toi expressément pour te chercher, et au lieu de ça je n'ai trouvé qu'eux, qui traînaient dans le passage… Je me suis dit, pourquoi attendre? À quoi bon repasser plus tard? Après tout, j'étais pressé aussi d'obtenir mon sacrifice pour l'enseigne des piques. Et ils n'ont rien vu venir, bien sûr. Ton père a beau être un valet au palais, dans le fond, lorsqu'il s'agit de trop faire confiance à ceux qui ont l'air inoffensif, il est aussi minable que les autres. (Ignorant le regard débordant de haine de Quade, il ajouta, après réflexion : ) Oh, pardon. Il ÉTAIT.
—Sale vaurien de félon! Malade! Enragé!
—Silence!
Quincy fit un nouveau pas en avant et releva son arbalète, visant pile entre les deux yeux de Quade. Le jeune garçon se raidit, sentant soudain la menace de la mort de façon beaucoup plus concrète. C'était réel. Ses parents étaient morts et à l'instant, il allait mourir lui aussi. On le visait avec une arme. Quincy haussa un sourcil. Apparemment il obtenait la réaction escomptée.
—Comme tu t'en rends compte, tu semblais oublier que c'est moi qui porte l'arme, ici. Et s'il y a quelqu'un qui est en mesure d'insulter l'autre, c'est moi.
Jouissant pleinement de sa puissance, Quincy sentit son sourire étrange revenir sur son visage.
—Mais vois-tu, je suis d'humeur magnanime, à l'instant. Après tout, j'ai déjà accompli tous les sacrifices nécessaires. Théoriquement, il ne m'est pas indispensable de te tuer. Alors je vais te laisser une chance. Tu apprécierais ça, non? Une chance de ne pas mourir…
Pas de réponse. Mais la question ne se posait même pas. Quoi qu'on dise, n'importe quel être vivant se retrouvait minable lorsqu'il était face à la mort. L'instinct de survie dictait toujours la conduite des gens. Alors Quincy poursuivit :
—Alors… Tu sais ce qu'il te reste à faire.
—N… Non, je sais pas! Qu'est-ce que…
—Ne joue pas avec ma patience, Quade. (Quincy ne souriait plus. Il fit un nouveau pas en avant, son arbalète toujours placée dans la ligne de mire.) Excuse-toi.
Silence gêné pendant lequel Quincy s'impatientait.
—M'excuser…?
—Ne te fous pas de moi! (Quincy ne souriait plus, mais alors plus du tout. Il dut prendre une courte respiration pour se calmer.) Excuse-toi pour toutes ces années où vous m'avez traité comme un moins-que-rien. Depuis qu'on se connaît ça a toujours été pareil. Au début je vous disais que j'aimais jouer avec vous. Et c'étai vrai, Quade. Mais jamais je n'ai obtenu une réponse positive sincère de votre part. Vous me supportiez, tout au plus, et vous rendiez la chose assez claire, n'est-ce pas? Il n'y a qu'au moment où j'ai parlé du Cardshifter que j'ai commencé à exister en tant que personne à vos yeux. (Et, promenant imperceptiblement son arme sur le visage terrifié de Quade, il conclut : ) Ça m'a déplu, Quade. Ça déplairait à n'importe qui. Excuse-toi.
Quade resta à nouveau silencieux un moment. Plus ça allait et plus la situation lui semblait absurde. Il était dans sa propre maison, entouré des cadavres de ses deux parents, et ce nain de Quincy qui avait toujours passé son temps à pleurnicher et à faire le faiblard visait son front avec une arbalète, et sa vie dépendait de simples excuses. C'était disproportionné. Et la haine de Quincy lui semblait complètement injustifiée. Le Cardshifter l'avait rendu fou, sûrement.
—A… A… Attends, Quincy, tu exagères, c'est…
Il fut interrompu par la sensation glacée de la pointe de la flèche qui frôlait son front. Quincy venait de faire un autre pas.
—Tu te crois en mesure de négocier? Laisse-moi te résumer la situation : soit tu rechignes, et tu connais le même sort que les autres ; soit tu t'excuses et je te laisse la vie sauve. Ce n'est quand même pas si compliqué que ça, si?
Sa voix s'était faite plus douce, très ironiquement rassurante. Vivre quelques années de plus était une opportunité en or, après tout. Les joues de Quade s'étaient inondées de larmes, et il tremblait de tous ses membres. L'incrédulité était passée et laissait place à une peur sans bornes. La ligne entre sa vie et sa mort était si fine, sur le moment, qu'il allait forcément craquer d'une seconde à l'autre.
Et effectivement, il craqua.
Ça se déversa comme un énorme flot. Quade éclata en sanglots et se confondit en excuses pendant au moins une bonne minute. Quincy le laissait parler, se délectant de chaque mot qui permettait au fils du valet de pique de les rabaisser tous, et de l'élever sur un piédestal. Exact : ils étaient des minables, des infâmes, des vermisseaux, et ils ne méritaient même pas d'avoir connu une personne telle que lui.
Et puis, au bout d'un moment, Quade ne sut plus quoi dire. Il tomba à genoux, hors d'haleine, considérant Quincy avec un regard suppliant, en reniflant de temps en temps pour ravaler ses sanglots. Ce visage était formidable. C'était le visage le plus formidable que Quincy avait jamais vu. Considérant de haut ce garçon qui mesurait une bonne tête de plus que lui, il avança sa main libre pour soulever délicatement le menton de Quade, en l'appuyant dans sa paume.
—There, there. Ça va mieux, non? On ne se sent pas mieux, de savoir qu'on ne va pas mourir?
Il laissa remonter son pouce pour caresser la joue de Quade, essuyant au passage une autre larme qui coulait.
—There, there, there. Ne pleure plus. Arrête de pleurer…
Et, juste au moment où la respiration de Quade se faisait plus régulière, par souci de juste timing, Quincy changea radicalement de ton.
—…Petite larve.
Il retira sa main. Il ajusta sa visée. Ça ne dura même pas une seconde. Quade eut à peine le temps d'écarquiller les yeux. Puis, en un éclair, la flèche lui transperça le crâne de part en part.
Alors qu'il regardait le corps de son camarade tomber lourdement sur le sol, Quincy ravala son mépris. Comme s'il allait garder en vie la seule personne qui était au courant de son identité d'origine. La seule personne qui savait comment fonctionnait les pouvoirs de Quincy et qui, pour l'instant, aurait été en mesure de mettre en tête de l'arrêter. Ça n'était absolument pas logique. Mais après tout, le désespoir peut mener bien bas…
Le garçon aux quatre symboles regarda vaguement ses bras. Un peu de sang avait giclé dessus. Ça l'avait fatigué et il faudrait qu'il se lave deux fois plus ce soir-là. Il balaya la pièce du regard. Avec ces trois cadavres, c'était un vrai désordre. Quincy leva les yeux au ciel. Il n'avait plus qu'une envie : quitter ce lieu malpropre en laissant tout en plan, et aller se laver, puis prendre un bon jus de fruit. En s'éloignant, il pestait, comme s'il venait de s'éclabousser dans une flaque d'eau sur le bord de la route.
—Ugh. Dirteh, dirteh, diiirteh…


[CHUNK 15]

Dear Diary,
Today I done killed all my friends. That was worth it. Somewhat tiring, but worth it. I will rest now and resume the fun when I feel like it.
The Cardshifter shines even brighter now. It's the most beautiful thing ever. You will find me air-headed, but here is a thing I had not noticed before : the patterns of its facets seem to form a star shape, which makes it look even more amazing. I love it, love it, love it. It's so adorable, if it wasn't so useful I could eat it up! Because that's just it : it does work, perfectly! Those books did not lie. I must confess that transforming into Quade right in front of him was hilarious. Not the most useful gesture, but when one has unlimited power, one should simply go ahead and use it, should they not?
I am never letting go of this little gem, ever. I'm its master now. And it's fantastic for both of us.
Dear me, though. Quade's face when he realized he was going to die… That was priceless. That was the most beautiful face I had ever seen. I wish I could have been able to see it in a loop forever and ever.

Traduction :
 


[CHUNK 16]

Combien de temps s'était écoulé depuis la mort de Quade, Dan et Carlow? Allez savoir. Une éternité peut-être, ou très peu de temps. Le temps ne semblait plus être une notion qui intéressait Quincy, depuis que son existence avait pris ce tournant si formidablement absurde. Les seuls éléments encore réguliers qui marquaient ses journées étaient le fait d'avoir faim, d'avoir soif, d'avoir sommeil, et d'avoir envie d'aller aux toilettes. Dès qu'il mangeait et qu'il buvait, il lui fallait du sucre. Il faut croire que certaines choses ne changent jamais.
Les moyens de se procurer à manger et à boire avaient grandement changé depuis ce temps-là, cela dit. Autrefois il lui suffisait de réclamer auprès de son père, mais son père n'était plus là à présent. Or, à présent, il avait un pouvoir. Ça lui suffisait. Il lui suffisait de se changer en haut membre de la garde royale en plein exercice, et on lui accordait aisément de la nourriture et/ou un logement, soit gracieusement, soit à crédit, et dans ce dernier cas, c'était alors au véritable intéressé de régler la note plus tard. Et ce n'était plus son problème. Il était alors déjà loin et sous une autre forme. Bien sûr, cela lui demandait plus d'investissement personnel. Mais au moins, dans cette nouvelle vie, personne n'était là pour le rabaisser ou se moquer de lui. Au contraire, c'était lui qui se moquait des autres.
—Bien le bonjour!
C'était souvent comme cela qu'il se présentait. D'une manière exagérément polie pour commencer, en s'inclinant avec fausse modestie comme s'il était une célébrité de passage en pleine ovation.
Trouver de nouveaux Lecteurs dans la ville de Daresbury n'était que la première phase de l'opération, bien sûr. Encore fallait-il en trouver un, mais lorsque la chasse semblait bonne, le reste était de suite beaucoup plus amusant. Si Quincy repérait une personne qui avait l'air suffisamment perdue, déphasée peut-être, qui, avec un peu de chance, pourrait s'avérer être un Lecteur, il n'hésitait pas à l'entraîner dans une ruelle sombre pour se présenter et offrir un acompte ou une démonstration de ses pouvoirs.
—Je me présente : on m'appelle le Joker. À ton service! (Et il ajoutait, avec un clin d'oeil exagéré : ) Littéralement.
Et il expliquait tout, du moins sa version du "tout" ; celle qui prenait bien soin de ne révéler que les informations utiles. Il finissait toujours par en venir au fait assez vite :
—Bref, dans ce monde, la seule loi qui vaille, c'est la loi du plus fort. Malheureusement nous ne sommes pas tous bâtis pareil, et évidemment, les personnes qui sont nées ou ont évolué à Queer Tales partent déjà avec un tour d'avance. Mais il y a toujours une solution, comme partout… Et cette solution, je te la donne en mille, my friend, c'est de savoir tirer son épingle du jeu.
On demandait clarification, généralement. Quincy faisait semblant de se sentir offensé au simple terme de "tricher", parfois, dans un premier temps.
—"Tricher" me semble être un mot tellement laid. Personne ne l'apprécie. Et pourtant, hélas, je suppose que c'est bien cela! Mais qui pourrait en blâmer qui que ce soit? Tout le monde triche. Que ce soit dans ton monde d'origine, ou encore plus ici. Et moi (geste de la main vers le torse pour insister sur ce "moi"), le Joker, je suis la personnification même du seul et unique moyen de tricher légalement. Extrêmement pratique, non? Pas de soucis de conscience. Pas d'accusations justifiées. Des loopholes à volonté!
On aurait dit qu'il vantait un étalage sur un marché. Et ça tenait un peu de cela en effet, en y réfléchissant bien. Comme un bon charlatan.
—Mais, vois-tu, ayant moi-même été autrefois l'une de ces personnes défavorisées par la nature comme par notre terrible, terrible société, et ayant su améliorer ma situation précisément en trichant, if you wud, je crois fermement que n'importe qui peut y arriver, et mon empathie pour ceux qui me sont semblables me pousse à vouloir les aider lorsque je les sens dans le besoin.
Sourire faussement magnanime et complice. Il fallait y mettre le jeu d'acteur qu'il fallait, au début.
—Qu'en dis-tu? Je pourrais mettre mes pouvoirs à ton service le temps de te roder un peu dans cette course folle. Je demanderai simplement quelques petits services en échange. Rien n'est gratuit en ce triste monde et il me semble juste, après tout, d'être quelque peu récompensé pour mes services, si services je rends, n'est-ce pas?
En fonction de la crédulité, ou au contraire de la jugeote du Lecteur inconnu, celui-ci était plus ou moins facile à convaincre. Mais une fois que c'était fait, la situation était parfaite. Il suffisait d'en profiter ; le pauvre naïf (ou la pauvre naïve) ne pouvait plus vraiment revenir en arrière après s'être engagé. Refuser de se plier aux conditions de Quincy, c'était s'exposer à son chantage, ou dans le pire des cas, s'en faire un ennemi.
—Je voudrais commencer par demander un petit quelque chose… Oh, trois fois rien, penses-tu, mais ça serait un bon moyen de tester ta loyauté envers moi, tu ne penses pas? Je m'excuse de me montrer aussi peu courtois par ma méfiance, mais tu comprendras bien assez tôt que dans ce monde, ce genre de formalité est nécessaire… (Haussement d'épaules.) Bref. Assez discutaillé… Vois-tu, j'ai en ce moment extrêmement soif, et cela fait longtemps que je n'ai pas eu l'occasion de goûter au thé d'un certain Jardin des splendeurs… Pourrais-tu par hasard m'en rapporter un peu? (Geste des doigts : ) Avec quatre sucres pour un demi-litre.
Éventuellement on rechignait. Il insistait alors :
—Tout de même! Ce n'est pas comme s'il était si loin, ce jardin, et il ne s'agit que d'un peu de thé, je ne demande pas la lune non plus… Cela me semble plutôt équitable si je te propose en échange de mettre mes pouvoirs à ton service, pas vrai?
Le thé, au fond, ou quoi que ce soit d'autre qu'il puisse demander, n'était pas le but ultime de la manoeuvre. Le but était principalement de savoir jusqu'où pourrait aller un Lecteur pour s'attirer les bonnes grâces de Monsieur le Joker. C'était absolument fantastique, comme sensation. Personne n'aurait cherché à s'attirer les bonnes grâces d'un Quincy S. Hart. Mais cette nouvelle identité-là… Ça changeait complètement la donne.
C'était certainement, irrévocablement, indubitablement, la meilleure chose qui lui soit jamais arrivée de toute sa vie.
Car après tout ils étaient tous si idiots, et tout cela était si facile.

Votre but à Queer Tales? Profiter des avantages qui lui ont manqué quand il était petit, et faire de Queer Tales, aux dépends des autres, un monde plus agréable pour lui-même, en quelque sorte. Les objectifs dans ce sens varient : avoir du sucre quand il est en manque, jouer un mauvais tour quand il s'ennuie, se venger de quelqu'un lorsque cette personne l'a vexé, etc.
Autre chose à dire sur votre personnage? Pouvoir : le Cardshifter lui permet d'emprunter instantanément l'apparence de n'importe quel membre (vivant) de la garde ou de la cour de Crudelis qui appartient à une enseigne de carte à jouer (coeur, pique, trèfle ou carreau). Les limitations de ce pouvoir sont les suivantes :
-Il ne peut prendre l'apparence que d'une seule personne par jour (c'est-à-dire qu'en 24 heures il ne peut pas se transformer en plusieurs personnes différentes).
-En une journée, il peut faire autant de fois qu'il le souhaite l'aller-retour entre sa forme d'origine et celle de la personne dont il a emprunté l'apparence. À minuit, cependant, il reprendra par défaut sa forme originelle. Le jour qui suit, il a le choix : réemprunter l'apparence de la même personne que la veille, ou prendre celle de quelqu'un d'autre. Ce choix régira ses transformations de la journée, et ainsi de suite.
-On parle bien ici d'emprunter l'apparence de quelqu'un, pas ses souvenirs ou ses connaissances. Pour acquérir ce genre de savoirs, Quincy doit se débrouiller autrement, ce qu'il n'hésite pas à faire s'il y est déterminé. En prenant l'apparence d'une personne, Quincy emprunte aussi ses capacités corporelles naturelles (force, vitesse, endurance, acuité visuelle, ce genre de chose), mais pas ses capacités acquises (techniques de combat par exemple).
-La Reine de Coeur est hors course. Impossible de prendre son apparence. Heh. C'est la Reine, après tout. …Et d'ailleurs, techniquement, ce n'est même plus la reine elle-même mais son ombre. Ça complique encore les choses…
Bien qu'il s'agisse techniquement d'un pouvoir volé et que ce pouvoir, comme on vient de le démontrer, possède ses limites, Quincy n'hésite absolument pas à s'en vanter, car cet argument lui sert souvent d'appât pour s'amuser aux dépends des Lecteurs.
À noter que le Cardshifter est la seule et unique raison pour laquelle Quincy est un Conte, et non plus un simple Lambda. Ce que cet objet représente pour lui, et les implications si on le lui dérobait, ne sont donc plus à démontrer.

Langue : Outre la langue commune de Queer Tales, Quincy sait également parler l'anglais, langue obscure de l'Ouest du monde réel. Son père, fervent dévoreur de livres qui a toujours essayé de combler son manque de force physique et sociale en développant sa culture, le lui a appris dès son plus jeune âge, d'après les quelques connaissances qu'il avait pu en rassembler lui-même —il a également essayé avec d'autres langues, mais, par question d'affinité, il semble que Quincy n'a retenu que l'anglais—. Enfant, il s'est vite mis à utiliser cette connaissance, de prime abord peu utile, à des fins plus personnelles : par exemple, il a partagé ses notions d'anglais avec ses anciens camarades pour l'utiliser comme une sorte de "code secret" entre amis, ce qui fait que ces derniers comprenaient la plupart des choses qu'il disait, même dans cette autre langue. De même, à l'époque, il tenait un journal intime qu'il rédigeait en anglais, pour être sûr que le moins de personnes possible puisse comprendre ce qui s'y trouvait.
Aujourd'hui, la maîtrise de l'anglais lui reste utile exactement dans le même objectif : jargonner sans se faire comprendre. À la limite, il est possible que certains Lecteurs issus de pays anglophones le comprennent, certes, mais il a tendance, dans ce cas, à retourner l'argument dans son sens en jouant la carte de la complicité : "Tu vois, je suis comme toi, je parle ta langue d'origine."
Parce que sa connaissance de l'anglais est principalement livresque et qu'il n'a eu que rarement l'occasion de le pratiquer à l'oral avec des personnes qui savaient aussi le parler, Quincy s'exprime dans cette langue avec un accent très étrange qui ressemble à un mélange mal assemblé de plusieurs accents régionaux. Cela le rend, peut-être, d'autant plus difficile à comprendre, pour cette raison.



Détails pour nous
Groupe de Votre Personnage : Nougat (Je crois? Je ne suis même pas sûre.^^")

Une Demeure ? Pas de demeure fixe ; il se sert fréquemment de son pouvoir ou d'autres personnes pour trouver le moyen de se loger temporairement dans des demeures ou auberges luxueuses de Daresbury —et change d'endroit soit quand il s'ennuie, soit quand il a mis trop de désordre là où il se trouvait—. S'il venait à passer la nuit dans un endroit trop peu adapté à ses standards, cela s'en ressentirait clairement sur son humeur le lendemain.

Un Rang Personnalisé ?
Code:
❥ The <b>J</b>oker



Le forum & vous
Votre Prénom : Agathe, mais généralement je circule sur le net sous le nom d'AKHTS.
Votre Âge : 21 ans. Myargh.
Comment avez-vous connu le Forum ? Il y a des années, je cherchais un forum qui me permettrait de jouer deux petits marcassins qui parlent. C'était parti de là…
Qu'en pensez vous ? Je l'aime beaucoup!^^ Même si hélas je suis loin de le montrer assez…
Que pensez vous du thème ? C'est mon préféré depuis que je suis sur ce forum, je crois. J'adore la dualité lecteur/conte dans le logo.
Des Suggestions ? …Nope.
Code : Un rêve est une écriture et maintes écritures ne sont que des rêves.
Quelques mots ? Donc au cas où c'était pas clair, ceci est le deuxième compte d'Ishishi / Noshishi (alias I-No or something). J'ai dit il y a peu dans les absences que je commençais à en avoir assez de ces deux-là et que je comptais les faire tuer bientôt (yep, cruauté envers les animaux, je plaide coupable), mais que je reviendrais sûrement avec un nouveau perso. Ben… Voilà. Un nouveau perso. (XD Cette présentation a été BEAUCOUP plus vite que je ne l'avais prévu, en fait.) En espérant qu'il m'inspirera davantage.
Oh, et... PARDON CE TRUC EST SUPER-LONG, C'EST ENCORE PIRE QUE CE QUE JE PENSAIS. T^T


Dernière édition par Quincy S. Hart le Ven 7 Nov 2014 - 12:26, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 27/10/2014
Messages : 69
Localisation : In your fehce.
Humeur : Ça dépend. Apporte-moi un thé au lait avec du sucre et peut-être que ça sera déjà mieux, don't yuh think?

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte (Joker du jeu de cartes)
Arme(s): Le Cardshifter en permanence, si on peut appeler ça une arme ; quelques autres armes volées à l'occasion en prenant l'apparence de quelqu'un d'autre ; et une arbalète, aussi, qu'il n'utilise pas souvent, mais à laquelle il tient car elle lui rappelle bien des souvenirs.
Un petit mot ?: Don't make me waste my time, shtewpehd. Fetch me sugar.

MessageSujet: Re: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   Lun 27 Oct 2014 - 19:13
Hellow et merci!

• Ça marche, je m'occupe de ce pas de la traduction des passages en anglais!^^
• Tet fait très joli parce que n'importe quel personnage de No Game No Life, graphiquement, ferait joli... Mais prendre un personnage comme physique juste parce qu'il fait joli, c'est rarement dans mes habitudes. Je n'ai certes pas lu le visual novel, mais je peux au moins dire que No Game No Life était de loin l'un des meilleurs animes de cette année.

Breeef, j'arrête mon blabla et je m'en vais écrire quelques petits trucs en français!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 23

Messages : 1307
Localisation : Je t'attends dans mon manoir ♪

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel et Gretel
Arme(s): J'en ai trop pour les citer toutes. Mais sur moi, mon fidel couteau de poche!
Un petit mot ?: Qui a dit que les bonbons n'étaient pas dangereux ?! Ahah!

MessageSujet: Re: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   Lun 27 Oct 2014 - 19:21
... Bon, mon crétin de frère s'est permis de modérer ta fiche comme ... *l'étrangle* Je n'ai pas pris le temps de lire ce qu'il a dit, j'ai juste supprimé son message XD

Ne tiens pas compte de ce qu'il t'a dit (même si je ne sais pas exactement ce qu'il a écrit >>), mea culpa !  Je lirai ta fiche tout à l'heure Cool Cela dit j'ai cru comprendre qu'il parlait d'une traduction ! En effet, je veux bien que tu traduises les passages en anglais et que tu mettes les traductions en bas de ta fiche Smile


Fortes Fortuna Juvat.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 27/10/2014
Messages : 69
Localisation : In your fehce.
Humeur : Ça dépend. Apporte-moi un thé au lait avec du sucre et peut-être que ça sera déjà mieux, don't yuh think?

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte (Joker du jeu de cartes)
Arme(s): Le Cardshifter en permanence, si on peut appeler ça une arme ; quelques autres armes volées à l'occasion en prenant l'apparence de quelqu'un d'autre ; et une arbalète, aussi, qu'il n'utilise pas souvent, mais à laquelle il tient car elle lui rappelle bien des souvenirs.
Un petit mot ?: Don't make me waste my time, shtewpehd. Fetch me sugar.

MessageSujet: Re: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   Lun 27 Oct 2014 - 19:22
XDDD En fait c'était plutôt intéressant, pour être honnête.

Je continue la traduction des passages en anglais du coup, je le signalerai dans le titre quand j'aurai terminé ;) Désolée du dérangement et de cette fiche beaucoup trop longue, encore une fois!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 23

Messages : 1307
Localisation : Je t'attends dans mon manoir ♪

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel et Gretel
Arme(s): J'en ai trop pour les citer toutes. Mais sur moi, mon fidel couteau de poche!
Un petit mot ?: Qui a dit que les bonbons n'étaient pas dangereux ?! Ahah!

MessageSujet: Re: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   Lun 27 Oct 2014 - 21:24
Ouf, j'avais peur qu'il t'ait dérangé! Tant mieux s'il n'en ait rien o/ *desserre un peu sa prise sur sa gorge*

Oui, c'est très long, mais je survivrai XD Tu le vaux bien (Garnier)~ Je te tiens au courant quand j'ai fini de tout lire Smile


Fortes Fortuna Juvat.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 23

Messages : 1307
Localisation : Je t'attends dans mon manoir ♪

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel et Gretel
Arme(s): J'en ai trop pour les citer toutes. Mais sur moi, mon fidel couteau de poche!
Un petit mot ?: Qui a dit que les bonbons n'étaient pas dangereux ?! Ahah!

MessageSujet: Re: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   Mar 28 Oct 2014 - 11:09
Et voilà! Ma lecture valait le coup, c'était super prenant !! Very Happy J'étais trop triste pour les gamins, je m'étais attachée à eux T_T *frappe Quincy*

Je n'ai relevé aucune incohérence de ta fiche! Si ce n'est un petit détail, celui disant qu'il est facile de repérer un lecteur : certes ils ont des vêtements et des habitudes étranges, mais il n'arrive que 30 lecteurs par an à Queer Tales ! A part les tous nouveaux, les autres doivent déjà être moins faciles à repérer... Je tiens cette information de la gazette Suspect

Aussi, la langue à Queer Tales est universelle. Donc si Quincy parle l'anglais, c'est forcément qu'il l'aura appris dans un livre ou je ne sais où. Le fait qu'il puisse le parler et que les autres puissent l'entendre sans traduction immédiate dans leur esprit implique qu'il a conscience de parler anglais et non sa langue natale. Mais du coup, je ne suis pas certaine que les lambdas qui ne connaissent pas l'anglais le comprennent quand il parle ainsi! Ce n'est pas un gros problème, mais merci de le préciser dans "autre chose concernant votre personnage" --> Les autres le comprennent-ils quand il parle anglais?

Tu es donc validée avec grand plaisir! J'ai hâte de te voir RP, et j'espère qu'un de mes personnage croisera ta route Very Happy

Pour ishishi/noshishi, si tu ne veux pas les tuer et simplement dire qu'ils poursuivent leurs aventures, fais le moi savoir! Je les mettrai tout simplement en cadavre, morts ou pas Smile


Fortes Fortuna Juvat.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 27/10/2014
Messages : 69
Localisation : In your fehce.
Humeur : Ça dépend. Apporte-moi un thé au lait avec du sucre et peut-être que ça sera déjà mieux, don't yuh think?

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte (Joker du jeu de cartes)
Arme(s): Le Cardshifter en permanence, si on peut appeler ça une arme ; quelques autres armes volées à l'occasion en prenant l'apparence de quelqu'un d'autre ; et une arbalète, aussi, qu'il n'utilise pas souvent, mais à laquelle il tient car elle lui rappelle bien des souvenirs.
Un petit mot ?: Don't make me waste my time, shtewpehd. Fetch me sugar.

MessageSujet: Re: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   Mar 28 Oct 2014 - 15:24
Re-hello!

Merci beaucoup et désolée pour le dérangement, encore une fois.

J'ai modifié l'allusion aux Lecteurs dans l'histoire, et ce avec joie, pour le coup j'avais écrit ça très rapidement et sans considérer le contexte avec suffisamment d'attention —je devais arriver à la fin de mon histoire et j'écrivais des bêtises, sûrement—. La modification est moindre mais j'espère qu'elle sera suffisante!

Pour l'anglais, j'ai ajouté une section "Langue" dans la catégorie "Autre chose à dire sur votre personnage?". Comme apparemment j'aimais bien écrire dans ce truc, cette section est longue, là encore, mais j'espère qu'elle apportera suffisamment de clarifications à ce sujet.

Je vais juste déranger avec une dernière question, aussi, concernant le groupe : j'ai placé Quincy dans le groupe "Nougat" pour le moment, mais honnêtement je ne suis même pas sûre de si ce groupe lui convient le mieux ou non.^^" Donc si je fais erreur à ce sujet n'hésite pas à me prévenir, je serais contente de profiter des lumières des admins!

Enfin, concernant I. et No., l'idée de les tuer me plaisait pas mal pour être honnête, au moins ça leur ferait une fin... Propre? XD Je sais pas si c'est le mot, mais bref. Kathleen est d'accord pour se charger du meurtre, sachant que nous avons un RP en cours et qu'il pourrait bien se conclure de cette façon. Donc pour l'instant je les garde, et je te tiendrai au courant par la suite! ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 23

Messages : 1307
Localisation : Je t'attends dans mon manoir ♪

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Hansel et Gretel
Arme(s): J'en ai trop pour les citer toutes. Mais sur moi, mon fidel couteau de poche!
Un petit mot ?: Qui a dit que les bonbons n'étaient pas dangereux ?! Ahah!

MessageSujet: Re: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   Mar 28 Oct 2014 - 16:39
Tes précisions sur la langue sont très complètes ! Very Happy Merci. Et il est inutile de t'excuser, voyons xD

Pour le groupe, je pense que nougat lui convient bien ! Il se sert des autres et est très imbu de sa personne. Comme il tue uniquement pour ses intérêts, ça colle aussi tout à fait au groupe! Personne n'a dit que les nougats étaient des poltrons incapables de se salir les mains quand il le faut Suspect

Très bien, j'attends ton MP pour les deux zouaves!


Fortes Fortuna Juvat.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Date d'inscription : 27/10/2014
Messages : 69
Localisation : In your fehce.
Humeur : Ça dépend. Apporte-moi un thé au lait avec du sucre et peut-être que ça sera déjà mieux, don't yuh think?

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte (Joker du jeu de cartes)
Arme(s): Le Cardshifter en permanence, si on peut appeler ça une arme ; quelques autres armes volées à l'occasion en prenant l'apparence de quelqu'un d'autre ; et une arbalète, aussi, qu'il n'utilise pas souvent, mais à laquelle il tient car elle lui rappelle bien des souvenirs.
Un petit mot ?: Don't make me waste my time, shtewpehd. Fetch me sugar.

MessageSujet: Re: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   Mer 29 Oct 2014 - 0:27
Je suis très en retard, mais je passais juste pour remercier à nouveau, pour cette précision et pour la validation!^^

À très vite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Le moyen le plus sûr de tricher légalement [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: Hors-RPG :: • Fiches Validées :: Contes-
Top-Sites


Merci ♥