Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 [Intrigue N#1] D'un rien on fait un tout...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Vicieux et tout Puissant~


Date d'inscription : 05/11/2009
Messages : 293

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?:
Arme(s):
Un petit mot ?:

MessageSujet: [Intrigue N#1] D'un rien on fait un tout...   Jeu 14 Jan 2010 - 12:54
La mine est si sombre. On ne me voit pas. On ne me voit plus. La lumière s’est éteinte depuis un bout de temps déjà, m’effaçant. Je ne suis rien. Lui non plus d’ailleurs. Il est assit là, tout seul, regardant dans le vide. Il attend. Plus aucun sentiment n’anime son visage, pourtant, il est beau. Non, il était beau à une époque. Des traits fins et anguleux, une peau nacrée, presque translucide. Un nez droit et des lèvres minces. Plus jamais elles ne s’étireront en un sourire casanier. Et ses yeux, encadrés de longs cils noirs, d’un bleu profond. Qu’ils sont beau, mais je les aimerais mieux carmin. Patience. Bientôt ils prendront la couleur que je désire. Bientôt tout sera comme je le souhaite. Je dois rester calme.
Mon excitation monte tandis que son souffle devient plus faible. J’aime le voir si impuissant, tout comme j’ai adoré ses expressions de souffrance avant qu’il ne s’écroule sur ce sol caillouteux, avant que son regard ne s’éteigne et qu’il ne meurt à l’intérieur.

Je l’ai aimé pourtant, le suivant partout, l’accompagnant dans toutes ses quêtes. Mais ce dernier voyage, il le fera seul. Sa souffrance ne sera plus jamais mienne. Comment ai-je fait pour accepter d’être l’esclave d’un être si faible ? Cet amour que je lui vouais, s’est tarit. Aujourd’hui, au fond de moi, il n’y a que de la haine. De la haine pour ce monde pourrit. Pours ces minables, ne sachant pas user de leurs pouvoirs. Ils méritent tous de crever. Je m’y emploierais. Patience. J’ai le temps. Je vais renaitre quand toi, mon bien aimé, tu te seras éteint.
Regardez le. Cette pâleur cadavérique, ce dos courbé par le poids de l’attente. Ses cheveux d’un jais brillant lui tombent devant les yeux, cachant le néant de son regard. Il est vide. Toc, toc, toc. Il n’y a plus personne. Je voudrais rire, mais je n’ai pas de bouche. Je suis inexistant. Pour l’instant. Je vais tout lui prendre. Allez, meurs mon mignon ! CREVE BORDEL DE MERDE ! Je te l’ordonne.

Il ne m’entend pas. Il n’a jamais fais attention à moi. Pour lui, je n’étais personne. Je ne faisais pas partie de son monde. Pourtant, je suis bien là. Je l’ai toujours été, tout comme les autres. Dés qu’il aura poussé son dernier râle, ils viendront me rejoindre. Ils ont en marre d’être transparent, invisibles et sans visage. On va prendre les votre. Ah !
Je crois que ça y est. Je n’entends plus son souffle lourd. Son cœur a cessé de battre. C’est beau, ce silence. Et cette expression ! Magnifique ! Dommage que je sois le seul à pouvoir en profiter. La noirceur du lieu vous en empêche. C’est pas grave. Des cadavres vous allez en voir d’autre. Je vous le promet. Ce monde va devenir mien et vous… Vous allez tous CREVER !
HAHAHAHAHAHAHAHA !
J’entends mon rire. Il raisonne dans cet endroit sombre. Ma bouche s’étire enfin en un sourire cruel. Je passe doucement mes doigts sur mon corps, prenant conscience de mon existence. Je vis enfin. Je suis beau. Je suis sombre. Je suis la noirceur incarnée.

Je me penche vers ce cadavre à qui j’ai volé mes traits. Il n’a plus le droit à ce visage. Je suis unique. Bientôt tous les autres le seront aussi.
Mes doigts glissent sur sa peau glacée. J’aime ce contact. J’aime l’odeur de la mort. Mes ongles s’enfoncent dans sa peau, profondément. Dommage qu’il ne ressente plus rien. J’aurais aimé le voir me supplier du regard. Tant pis. Je vais me contenter de le rendre méconnaissable. Ma colère et ma haine montent. Je lui déchire la joue. Je continue mon carnage, lui lacérant la peau, lui déchirant les lèvres. Et je ris. D’un rire inhumain. D’un rire fou. Mes doigts s’enfoncent dans ses yeux bleus. Je les veux rouges, comme les miens.
C’est beaucoup mieux. Tu ne me ressembles plus du tout. Ma langue passe sur ma main, recueillant le liquide carmin. Ce monde sera bientôt à ton image. Détruit par mes soins. Vous allez tous crever mes beaux ! A nous de vivre pour une fois !

Quelqu’un est là… Ah ! C’est toi ? Tu veux jouer aussi ? Vas-y, amuse-toi. Délecte toi de leur futur souffrance. Fais ce qui te plait. Organise un grand cauchemar et rit !

Misérables contes, détestables humains. Vos heures sont comptées. Votre mort est plus proche que vous ne semblez le croire. Votre sang, je le ferais couler. Je le boirais avant que le fil de votre vie ne se coupe complètement. Je veux sentir entre mes mains votre souffrance. Eux aussi, c’est-ce qu’ils attendent.
Non. Le jeu serait même plus amusant si c’est vous qui vous entretuez. On va mettre une belle petite pagaille dans votre petite existence.
Crevez vite mes chéris ! Je veux faire de Queer Tales MON monde.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Intrigue N#1] D'un rien on fait un tout...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: × Mine :: × Centre de la Mine-
Top-Sites


Merci ♥