Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 Yui Tamaki [Finie je crois]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarPandora's Box


Date d'inscription : 30/10/2011
Messages : 72

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Lectrice
Arme(s):
Un petit mot ?:

MessageSujet: Yui Tamaki [Finie je crois]   Dim 30 Oct 2011 - 22:29
    Nom : Tamaki
    Prénom : Yui
    Surnom : //
    Sexe : Féminin
    Âge : Vingt deux années terriennes
    Origine : De Nagoya, Japon
    Orientation Sexuelle : Asexuée ? Elle n’éprouve aucune attirance pour un genre en particulier.

Physique :

La dernière image que Yui avait eue d’elle avant son entrée dans Queer Tales restait floue dans sa mémoire, se servir de l’océan comme miroir produisait souvent cet effet. Cela faisait peu de temps qu’elle s’était perdue dans ce monde magique, mais elle ne pensait pas avoir beaucoup changé. Ses cheveux bruns lui descendaient juste en dessous des épaules et une légère frange laissait quelques mèches s’égarer devant ses yeux. Avec le temps, son regard d’un vert sombre sera complètement masquer par sa chevelure. En attendant, il laissait entrevoir ses faiblesses, sa tristesse. Croiser son regard, c’était plonger en elle et se recouvrir de ce qui la perturbait pour l’en éloigner. Ce contact rompu, son visage semblait vous gratifier d’un doux sourire qui n’atteignait jamais ses iris, comme si elle portait bien trop pour vous et s’en excusait en vous offrant cette image reposante.

Une chaine argentée brillait à son cou, tombant jusqu’au haut de sa poitrine. Là, gisait un pendentif prisonnier du métal précieux. Il représentait un Kirin, cet animal de la mythologie chinoise dont la description était compliquée. D’après les légendes, il résiderait seulement dans les lieux paisibles. Reposant ainsi sur le corps de la jeune fille, il était comme le signe de son calme. Ce symbole mystique avait été gravé jusque dans sa chair, accroché à son épaule. Un choix difficile à faire accepter à ses parents tant les tatouages étaient synonymes de mafia dans son pays natal, mais jamais elle ne le regretta. En descendant plus bas, on rencontrait un corps des plus banals au Japon : peu de formes, mais une minceur agréable. C’était l’un des rares détails de son physique qu’elle se plaisait à entretenir par le seul exercice qu’elle supportait, la course.

Dans le monde des humains, Yui n’avait pas beaucoup de choix vestimentaires, l’uniforme classique de son école était ce qu’elle revêtait le plus souvent. Ce goût imposé par son établissement lui était resté dans Queer Tales. Une jupe de couleur sombre lui arrivant aux genoux accompagné d’un chemisier blanc et d’un nœud papillon. La seule différence résidait dans le relâchement de ce dernier qui ne lui serrait plus le cou. Pour les temps plus froids, elle s’était trouvé une veste dans les tons bruns ainsi qu’un bonnet de la même couleur. Le seul élément de sa garde robe qui semblait plus original était une paire de mitaines noires, rayée de multiples teintes vives.


Caractère :

À première vue, Yui semblait être une personne des plus normales. Pas de pulsions meurtrières, pas de schizophrénie ni de nymphomanie (voire de satyriasis...). Peu de choses dans sa personnalité semblait exceptionnelles. On pouvait tout de même distinguer deux traits particuliers de caractère. D’abord, sa sérénité était sans faille comme si toute la douceur de l’humanité s’était réfugiée en elle. Qu’importe sa position, personne ne l’avait vu s’énerver, pas même une seule fois. Ensuite, il y avait cette faille que l’on discernait dans son regard. C’était un peu comme un fardeau qu’elle voulait porter sur ses frêles épaules, sans se plaindre de son poids. La tristesse d’un monde... Ces tourments l’avaient sans doute poussée à devenir cet être solitaire. Elle ne refusait pas la compagnie pour autant, pouvant tenir une conversation normalement, sans tenter de s’éclipser, mais elle se tenait toujours sur ses réserves. Comment pourrait-elle envisager de dévoiler ce que son esprit renfermait ?

Hormis ces deux facettes de sa personnalité, on ne pouvait dire de Yui qu’elle était d’une gentillesse sans limite. Sa naïveté avait une limite qui, une fois atteinte, lui faisait poser de nombreuses questions. La plupart était d’une inutilité frappante, presque dangereuse dans certaines situations, mais c’était ainsi qu’elle s’empêchait de dire oui à n’importe quoi, ou n’importe qui. La jeune femme avait pourtant du mal à voir les gens malheureux, ou à les blesser elle-même par ces actions, mais elle préférait ajouter cela à son fardeau plutôt que de céder.

Tout le monde avait sa propre définition de ce qu’était l’amour. Pour Yui, ce sentiment n’avait aucune expression physique. Embrasser, cajoler, coucher ensemble... Tout cela n’avait rien à voir avec l’attirance sentimentale qu’il y avait à la base. Beaucoup l’avait prise pour une fervente catholique, mais il n’en était rien. La religion cautionnait les rapports sexuels pour engendrer, mais elle s’en moquait. À quoi bon avoir des enfants ? Ces êtres minuscules pouvaient paraître adorables au premier coup d’œil, mais s’en occuper chaque jour, le guider dans la vie... Ce n’était en rien ce qu’elle souhaitait pour son future. Un moyen de se prémunir des déceptions et de garder en tête ses responsabilités, sans doute, mais personne n’avait encore pu briser ces idéaux...


Histoire :

Yui naquit au vingtième siècle, en plein cœur de la seconde guerre mondiale. Pourtant dans le malheur total qui entourait sa naissance, elle eut la chance de garder auprès d’elle ses deux parents alors que tant d’hommes se sacrifiait au combat. Sa mère travaillait dans les fabriques d’arsenal militaire avec son père qui, souffrant d’un handicap, ne pouvait être envoyé sur les champs de bataille. Une période sombre de l’histoire qu’elle traversa en tant que nourrisson mais son enfance fut marquée par la pauvreté d’un pays en pleine reconstruction. Les visages souriants qui l’entouraient n’en demeuraient pas moins marqués par la lassitude et le chaos environnant. Ce fut cette période qui l’amena à cette mentalité qui est la sienne aujourd’hui, comme si, à cinq ans, elle aurait voulu enlever ces « défauts » sur ces faces attentionnées, tout enfermer en son sein, se transformer en boite de Pandore... Et déjà la fillette traçait sa voie future. Jours après jours, nuits après nuits, sa métamorphose se poursuivait et bientôt son regard devint profond, exempt de gaité. Ses parents, inquiets, tentèrent plusieurs fois de la comprendre, mais lorsque son sourire se dessinait, ils oubliaient totalement cette ancienne expression. Ce fut de cette façon qu’elle parvint à traverser sa prime jeunesse sans encombre, avant d’entrer doucement dans l’adolescence.

Cette période de sa vie fut aussi compliquée que pour toutes les autres filles de son âge. Bien sûr, elle connut sa rébellion contre ce qui représentait l’autorité, mais ce qui fut le plus compliqué pour ses parents fut de la voir s’enfermer un peu plus dans un monde de morne silence. Ils eurent pourtant une lueur d’espoir l’année de ses seize ans lorsqu’elle rencontra son premier amour. À cet instant, malgré cette tristesse profonde, son regard parvenait à étinceler comme jamais. Mais leurs espoirs s’écroulèrent bientôt lorsqu’elle leur annonça que tout était fini. Ce jour là, aucune larme ne quitta ses yeux, un sourire ornait même ses lèvres. Le fait que Yui ne veuille pas se laisser approcher, toucher, avait irrité son copain. En lui en parlant, il avait rompu toute la magie de l’amour qu’elle ressentait, ne laissant à la jeune fille d’autre choix que de briser ce couple, avec un léger sourire aux lèvres. Il s’était effondré, elle avait demi-tour pour rentrer. Depuis, aucun autre garçon n’avait pu se faire une place dans son existence...

Les années passèrent ensuite sans changement majeur dans sa vie. Aucun employeur n’avait encore voulu lui donner sa chance et elle continua de vivre avec ses parents. Cette situation dura jusqu’à un séjour dans la maison de ses aïeux où sa famille avait décidé de se rassembler pour se ressourcer d’après ce qu’ils disaient tous. Yui ne se mêlait pas trop à eux, ne les appréciant pas vraiment, un sentiment réciproque. Ainsi isolée, elle s’était mise à fouiller dans le bric-à-brac contenu dans leur grenier. Des photos en noir et blanc représentant ses ancêtres, des boites qui ne renfermaient rien d’autre que de l’air... Mais ce qui l’intéressa le plus fut cette collection de livres qu’elle trouvait impressionnante. On ne pouvait pas dire qu’elle était une grande lectrice, mais de temps en temps elle aimait se laisser dériver dans un univers imaginaire, transporté par les mots d’un auteur connu. N’ayant rien de mieux à faire, la jeune fille s’installa dans un coin, s’aménageant un fauteuil à base de vieux coussins poussiéreux, et commença ses lectures. Elle lut ainsi trois ouvrages pendant la première semaine de ces « vacances » et s’attendait à pouvoir retrouver la ville quand elle entendit qu’on l’appelait. Reposant la dernière œuvre qu’elle avait choisie, à la couverture de cuir abîmée par les années, Yui descendit.

« On va prolonger notre séjour de quelques jours, ton père a pu négocier ça avec notre patron... »

Son sourire s’estompa et elle se contenta d’un hochement de tête pour faire signe qu’elle comprenait avant de rejoindre son antre. Dans son dos, résonnèrent les paroles de sa mère qui rejoignait les autres. « Décidément, je ne comprendrais jamais ma propre fille... » Une phrase qui entraîna aussitôt un débat qui les emmena jusque tard dans la journée. Pendant ce temps, Yui tournait en rond. Elle n’aimait pas cette situation, elle n’appréciait pas cette bâtisse. Mais...

* Au moins, l’évasion m’est possible avec ces livres * Ce fut la dernière chose à laquelle elle pensa avant de se plonger dans son nouveau choix. En l’ouvrant, elle fut surprise d’y trouver une sorte de comptine. Cet étonnement laissant rapidement la place à de la satisfaction. Celui-ci serait moins difficile à lire que les précédents. Mais à l’instant où ses yeux finirent la dernière ligne, ses doigts attrapant le coin de la page pour passer à la suivante, tout disparut. Un profond sentiment d’angoisse la saisit tandis que la magie s’opérait et bientôt, elle se retrouva seule au milieu d’une grande clairière. Elle sentait sa poitrine comme comprimée par la crainte de cette région inconnue. Que faisait-elle ici ? Comment était elle arrivée dans cet endroit ? Ces questions, elle se les posa pendant son errance à travers les paysage tous plus improbables les uns que les autres. Doucement, par des rencontres plus ou moins fructueuses, elle en apprit davantage sur ce monde, puisque la civilisation qu’elle connaissait n’existait plus ici.

Queer Tales... Un monde à la fois étrange, intriguant et effrayant dans lequel elle évolua et évolue toujours depuis une vingtaine d’années maintenant, se demandant bien comment elle pourra retrouver sa famille... Ou simplement continuer à y vivre pour toujours...


Votre but dans tout ça ? : Survivre, ce serait déjà bien, et si jamais elle pouvait rentrer chez elle, ce serait l'extase, mais bon, il faut pas trop rêver non plus. Après si jamais survie il y a, peut être devenir un conte.
Autre chose à dire sur votre personnage ? ://


Groupe de Votre Personnage : Une petite Dragibus.

Une Demeure ? : //

Un Rang Personnalisé ? : Pandora's Box
Spoiler:
 


Votre Prénom : //
Votre Âge : //
Comment avez-vous connu le Forum ? : Surprise !
Qu'en pensez vous ? : Ben je l’aime bien sinon, je ne serais pas là.
Que pensez vous du thème ? : J’aime ce côté sombre.
Des Suggestions ? : //
Code : { validé par Charlinou ♥ }
Quelques mots ? : //
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar♤ Lady-killer ♡


Date d'inscription : 19/09/2009
Age : 23

Messages : 1009
Localisation : En vadrouille
Emploi/loisirs : Me cacher sous ton lit ♥
Humeur : Inconnue

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Grisélidis (conte)
Arme(s): Ma chère Anathème [Faux]
Un petit mot ?: Où elles sont mes brebis ?

MessageSujet: Re: Yui Tamaki [Finie je crois]   Lun 7 Nov 2011 - 12:50
Re-Bienvenue mon Petit ;) !

Bon alors rien à redire sur ton Histoire, c'est -p-a-r-f-a-i-t !!
J'aime beaucoup ton personnage, un mélange entre Dragibus et Caramel bien travaillé =D
Donc se sera Dragibus pour toi ^^

Te voilà Validé ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMademoiselle LoyaleMademoiselle Loyale ♥


Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 23

Messages : 678
Localisation : In the Dark Wood Circus
Emploi/loisirs : Mener à bien le spectacle et après...
Humeur : Just Crazy ♫

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Portrait de Dorian Gray
Arme(s): Un fouet d'épine
Un petit mot ?: Fuh fuh...

MessageSujet: Re: Yui Tamaki [Finie je crois]   Lun 7 Nov 2011 - 14:33
Bienvenue petite sucrerie

Amuse toi bien parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPandora's Box


Date d'inscription : 30/10/2011
Messages : 72

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Lectrice
Arme(s):
Un petit mot ?:

MessageSujet: Re: Yui Tamaki [Finie je crois]   Lun 7 Nov 2011 - 17:01
Merci beaucoup ! ♥

Maintenant, place au RP =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar{Apprenti Shinigami}


Date d'inscription : 28/09/2009
Age : 22

Messages : 365
Localisation : Tu veux vraiment le savoir ?
Emploi/loisirs : Jpeux pas tout dire~
Humeur : Gnn...

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: La faucheuse/La mort
Arme(s): /
Un petit mot ?: Je n'ai pas mérité ce qu'il m'arrive!

MessageSujet: Re: Yui Tamaki [Finie je crois]   Lun 7 Nov 2011 - 18:14
yep, let's go Very Happy


Non mais je ne joue pas moi, je travaille !

{Savais-tu que la mort avait un visage ? ♥️}

Le vrai Joachim...♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Yui Tamaki [Finie je crois]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Yui Tamaki [Finie je crois]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: Hors-RPG :: • Fiches Validées :: Lecteurs-
Top-Sites


Merci ♥