Petit humain, mais qu'as-tu fait ? Ouvrir ce livre, pris de curiosité ! Quelle grave erreur, car dès maintenant, les contes te garderont pour eux !
La seule manière de t'en sortir, c'est de te battre et survivre. [RPG Survival Conte&Humain]

Partagez | 
 

 [Intrigue 1] On n'échappe pas à son passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar~ L’Ange de la Vengeance ~


Date d'inscription : 07/08/2013
Age : 25

Messages : 72

Still There
Lecteur ou Conte (lequel) ?: Conte
Arme(s): Aucune arme physique
Un petit mot ?: Vengeance

MessageSujet: [Intrigue 1] On n'échappe pas à son passé   Jeu 22 Aoû 2013 - 19:00
On n’échappe pas à son passé. Le Comte fait partie de ces gens qui tentent d’oublier ce qu’ils étaient avant. Mais le passé finit toujours par revenir, et pas toujours de la manière que l’on croit...

La fatigue le gagnait, et il finit par s’endormir d’un sommeil profond qui était du à une cause magique et non naturelle. Le Comte se retrouva dans un décor qu’il ne connaissait que trop bien. C’était son manoir dans le monde qu’il avait quitté il y a déjà longtemps. Il remarqua la bibliothèque saccagée qu’il avait laissée à son départ, des étagères entières s’étaient écroulées déversant tout leur contenu sur le sol. Lui qui aimait tant les livres, avait du mal à croire qu’il avait atteint un tel degré de colère pour ravager ainsi sa bibliothèque. Il tenta de se frayer un chemin à travers ce qu’il restait de sa prestigieuse collection. Puis il ouvrit la porte, il tomba nez à nez avec celui qu’il avait voulu oublier à tout prix.

Ferdinand Mondégo. La haine qu’il avait si longtemps cachée refit surface. Ses muscles fins se tendirent sous l’effort. Il ne devait pas craquer pas après tout ses efforts pour cacher et oublier sa vengeance cruelle et sans pitié. Mais là, il l’avait devait lui à sa merci. Il pouvait enfin accomplir cette vengeance qu’il avait préparé pendant tant d’années, tandis qu’il croupissait en prison. Il releva la tête pour plonger son regard si particulier dans celui de Ferdinand. Ses yeux brulaient d’une haine intacte après tant d’années.

L’homme recula devant la puissance de son regard, il ne pensait pas que la rage de Dantès était aussi forte. L’ombre avait choisis cette apparence pour fragiliser le Comte ne pensant pas qu’au contraire c’était son point le plus fort. Elle en avait déduis que s’il cachait ses sentiments c’est qu’ils étaient sa faiblesse. Edmond avait simplement caché sa haine pour tenter de se construire, de vivre une vraie vie et non un enfermement dans une cellule. Il voulait gouter à la liberté, ce qu’il a fait avec brio tout ce temps et l’ombre venait de se prendre elle-même à son propre piège.

Toute la haine et la rage qu’il avait gardé caché se déchainait face à son pire ennemi. Tous ces sentiments avaient grossit dans l’ombre jusqu’à atteindre cette proportion. Et voilà le résultat, un pur concentré de vengeance et rien ne l’arrêterais tant qu’il n’aurait pas fait souffrir celui qui avait hanté ses pensées tout ce temps. Celui qui avait osé s’accaparer sa belle Mercedes, son seul amour, son plus grand trésor. Il aurait tout donné pour elle mais elle l’avait trahi pour se marier à celui qui l’avait enfermé au château d’if. La prison avait endurci le cœur de Dantès jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien, rien que de la poussière. Et là, le Comte était né, quelqu’un que personne n’oserait attaquer ou menacer. Quelqu’un qui pouvait venger ce qu’il avait subit.

Il se dirigea à grands pas en direction de Mondégo, rien ne semblait l’arrêter. L’ombre usait de tout le pouvoir qui lui avait été accordé mais rien n’y faisait. La haine de Dantès faisait trembler l’air. L’atmosphère était électrique et quand il fut à quelques pas de Ferdinand il s’arrêta.


« Je vais te faire souffrir autant que tu m’as fait souffrir. »


Il s’approcha encore, d’un pas plus lent pour inquiéter son ennemi, ce qui marchait à merveille. L’ombre tremblait, elle arrivait à ressentir de la peur alors qu’elle ne pouvait mourir. C’était à n’y rien comprendre. Elle aurait du gagner pour enfin avoir un corps mais voilà que sa ruse se retournait contre elle et elle était trop paralysé par la peur pour changer d’aspect. Le Comte sortit d’une de ses manches, un couteau effilé. Ce qui n’annonçait rien de bon pour l’ombre. Quelques instants après les premiers cris se réverbèrent contre les murs. Edmond évacua toute sa haine et sa cruauté dans ces instants. La souffrance de celui qu’il croyait être son pire ennemi atteignit une douleur rarement égalée. Durant des heures, les cris affreux et déchirants que poussaient résonnèrent dans la pièce factice crée par cette dernière. Au fur et à mesure, ses pouvoirs diminuaient et la pièce se transforma en un vide noir où seuls se trouvaient le Comte emplit d’une ivresse vengeresse et sa pauvre victime qui vivait (enfin presque) mille morts. Puis l’ombre incapable de supporter un instant de plus en compagnie de Dantès, parfaite incarnation de l’enfer en ce cauchemar, disparut purement et simplement.

Le comte se redressa d’un coup, il s’était endormi sur son livre. Il pensait en avoir fini ave ce rêve des plus agréables. Mais ces moments où sa vengeance s’accomplissait avait réveillé chez lui, l’esprit de la vengeance en lui. Il devait retourner dans son monde. Mais comment maintenant qu’il était devenu un conte. Qu’importe le moyen, il le trouverait et il retournerait accomplir sa vengeance. Une étincelle nouvelle brillait dans le regard du Comte...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Intrigue 1] On n'échappe pas à son passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy End :: × Manoir Monte Cristo-
Top-Sites


Merci ♥